Tahiti Infos

​Collectif XXL pour crise hors normes


(Photo : APF)
(Photo : APF)
Tahiti, le 28 septembre 2021 – Second prêt garanti par l'Etat, coût de la seconde vague Covid en Polynésie, soutien massif à la trésorerie de la CPS, subvention à Air Tahiti Nui ou encore économies drastiques dans les services et ministères… Le dernier collectif budgétaire XXL transmis par le ministre de l'Economie et des Finances à l'assemblée détaille la remobilisation budgétaire face à une “situation critique jamais connue”.
 
Le grand argentier du Pays, Yvonnick Raffin, a transmis cette semaine à l'assemblée son projet de “quatrième collectif budgétaire” qui dévoile notamment les détails de l'utilisation du second prêt garanti par l'Etat de 35,8 milliards de Fcfp, confirmé en juillet dernier par le Président de la République lors de sa visite officielle en Polynésie française. Un collectif qui permet également de mesurer le coût financier de la crise sanitaire sans précédent qui touche le fenua depuis août : 2,15 milliards de Fcfp.
  “Situation jamais connue”
 
Le rapport transmis aux élus de Tarahoi, et qui doit être examiné vendredi en commission, rappelle qu'au moment du vote du précédent collectif, en juin dernier, la situation sanitaire “semblait s'être améliorée”. Mais c'était avant une crise qui a “plongé la collectivité dans une situation critique jamais connue”. Une épidémie qui nécessite de consacrer de nouveaux moyens au secteur de la santé, avec notamment une subvention de 1,3 milliard au centre hospitalier. Le collectif révèle également les économies réalisées par près d'une trentaine de services du Pays, d'établissements publics et mêmes des cabinets ministériels du gouvernement pour plus d'un milliard de fonds de tiroirs et serrages de ceinture sur la masse salariale.
  Autre sujet d'importance, le soutien apporté à la trésorerie des comptes sociaux, avant une réforme de la protection sociale généralisée annoncée pour 2022. Pas moins de 7,4 milliards de Fcfp de second prêt garanti par l'Etat iront directement dans les caisses de la CPS. La compagnie Air Tahiti Nui, comme attendu, récupère 6 milliards de Fcfp de “subventions” grâce au second prêt de l'Etat, auxquels s'ajoutent 2,1 milliards de remboursement de l'avance en compte courant d'associé accordé par la Polynésie à la compagnie aérienne l'an dernier. En tout, ces 8,1 milliards seront formalisés par une “subvention d'équilibre” visant à éponger les 8,176 milliards de déficit d'Air Tahiti Nui en 2020.
  Plan de relance
 
Enfin, le reste du prêt garanti par l'Etat sera reversé “de manière exceptionnelle” au budget de fonctionnement du Pays. Paris ayant accepté de déroger à la “règle d'or” qui impose habituellement aux fonds issus de prêts d'aller au budget d'investissement. Le reste des 22,4 milliards de Fcfp seront réservés au financement des actions du “plan de relance” pour 2021 à 2023.
 

La demande de trésorerie de la CPS est bouclée

Pas moins de 7,4 milliards de Fcfp du second prêt garanti par l'Etat vont venir soulager la trésorerie de la Caisse de prévoyance sociale. Un versement qui vient régler une situation complexe issue de la première crise Covid et signalée l'an dernier… En effet, la situation économique s’étant considérablement dégradée avec le confinement et la fermeture des frontières en 2020, “la dégradation de l’emploi notamment a entraîné une forte contraction du recouvrement des cotisations et créé des tensions de trésorerie des comptes sociaux”, explique le rapport du quatrième collectif budgétaire transmis par le gouvernement à l'assemblée. Il rappelle que le 31 juillet 2020, le directeur de la CPS avait exprimé un besoin de financement total de 24 milliards Fcfp pour “garantir le paiement des prestations sociales du régime général des salariés (RGS) sur la période courant du mois d’avril 2020 à février 2022”.
 
Si l'on résume, l'an dernier, une première tranche de 16,6 milliards de Fcfp a été octroyée à la CPS par le premier prêt garanti par l'Etat (9,7 milliards) et grâce au versement anticipé de la dette due au FADES pour (6,9 milliards). Cette année, le second prêt va permettre d'octroyer les 7,4 milliards de Fcfp manquant pour la trésorerie de la CPS jusqu'en février 2022. Ceci “en attendant la réforme de la PSG annoncée pour 2022”, précise le rapport. Une réforme qui s'annonce donc indispensable…
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Mardi 28 Septembre 2021 à 21:18 | Lu 2370 fois