Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Grève à retardement à l'Intercontinental Tahiti



PAPEETE, 16 septembre 2019 - L'hôtel Intercontinental Tahiti est sous le coup d'une grève à l'appel du syndicat O Oe to Oe Rima, dix jours après un premier mouvement avorté.

L'hôtel Intercontinental Tahiti est sous le coup d'une grève depuis ce lundi matin. Le taux de participation est jugé "faible" par la direction du resort de Faa'a qui doit, dans le même temps, faire face à un taux d'occupation estimé à 80%. 

Début septembre, le fleuron tahitien du groupe Intercontinental était déjà sous le coup d'un premier préavis de grève déposé par O Oe to Oe Rima. Le mouvement avait été levé sans accord. L'absence de date d'échéance sur le préavis posait en effet un problème d'insécurité juridique en cas de grève. 

Un nouveau préavis de grève a été déposé la semaine dernière avec une échéance fixée cette fois-ci au 16 septembre, 0 heure. Les demandes sont inchangées et se résument en quatre points, dont la révision du décompte des congés payés en vue d’un total de six semaines par an, l’instauration d’une prime de nuit de 15% du salaire horaire, passé 20 heures et la revalorisation effective à 6% du service de charge, sur la base d’un paiement mensuel. Des négociations sont en cours depuis la semaine dernière.

Difficile cependant de regarder ce mouvement syndical sans voir sa relation avec la grève en cours depuis le 29 août à Moorea ou celle qui menace dès ce mardi l'enseigne Intercontinental de Bora Bora. De l'aveu des responsables de la confédération syndicale O Oe to Oe Rima, ce mouvement syndical d'ensemble est un acte de solidarité ouvrière avec la grève qui s'enlise depuis bientôt trois semaines sur l’île sœur.

Dans l’établissement hôtelier de Moorea, la principale demande concerne la réintégration de quatre employés de cuisine mis à pied à titre conservatoire depuis fin août. Ils sont accusés par une collègue qui se dit victime d'un viol en réunion. Les quatre accusés nient depuis le début.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Lundi 16 Septembre 2019 à 15:33 | Lu 2204 fois





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Octobre 2019 - 21:15 Puta’i garde le choix pour les municipales

Jeudi 17 Octobre 2019 - 21:10 L’autre affaire qui embarrasse l’APC

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués