Tahiti Infos

Eau ionisée : un spécialiste invite à la plus grande prudence


Eau ionisée : un spécialiste invite à la plus grande prudence
Pour la réalisation de notre article : "Eau ionisée, le « miracle » qui inquiète le corps médical au Fenua", nous avions interrogé un spécialiste de l’eau, le Pr Yves Levi. Professeur de santé publique et environnement à la faculté de Pharmacie de l'Université Paris Sud, co-fondateur d'un master sur les risques sanitaires liés à l'environnement, Yves Levi est aussi membre de l'académie nationale de pharmacie. Malgré son emploi du temps très chargé, cette homme aux multiples casquettes a trouvé le temps de répondre plus longuement à nos nombreuses questions, ce lundi. Ce spécialiste des questions liées à l’eau a derrière lui 15 années de carrière dans les centres de recherche des deux grands industriels français de l'eau privée, suivies de 14 ans de recherche à l'université. Il nous donne son avis sur ces ioniseurs d'eau, vendus chers ( entre 140 000 et 250 000F au Fenua), grâce à des arguments marketing parfois mensongers qui ont alerté le service des affaires économiques, et le centre d'hygiène et de salubrité publique (voir l'article). Le Pr Yves Levi met en garde la population polynésienne contre les "balivernes" et en appelle à une loi pour encadrer les appareils qui entrent en contact avec l'eau potable. Interview.


Eau ionisée : un spécialiste invite à la plus grande prudence
M. Levi, tout d’abord, peut-on « ioniser » l’eau, et si oui, pouvez-vous nous détailler comment ?

L'électrolyse de l'eau est une expérience courante faite à l'école qui génère les deux gaz qui composent la molécule d'eau : de l'hydrogène et de l'oxygène. L'eau est en mesure de dissoudre des molécules pour former des ions. C'est ce que vous faites lorsque vous mettez du sel de table (chlorure de sodium) dans l'eau des pâtes en libérant des ions chlorure et des ions sodium. Lorsque l'on parle d'alcalinité et de pH, il s'agit de la concentration en ions H+ dans l'eau que l'on peut modifier en ajoutant un acide (par exemple du vinaigre) ou des alcalis (par exemple de la soude). L'eau est ainsi naturellement, et selon les endroits, par exemple chargée en ions calcium, magnésium, nitrates ou sodium. Parler d'ionisation de l'eau est un terme inexact car il s'agit d'introduire des ions dans l'eau. Ces ions dissous dans l'eau sont parfois utiles à la santé (ions calcium) et d'autres toxiques (ions cyanures). Tout dépend donc de ce que l'on rajoute dans l'eau et de la dose !

Aviez-vous déjà eu connaissance de l’existence de ces ioniseurs d’eau ? Ont-ils vraiment une raison d’être?

Ce type de dispositif est largement diffusé sur internet sur des sites qui revendiquent des produits et substances dits "bio" ou de "soins naturels" la plupart du temps sans justification scientifique, sans descriptif technique et sans preuves d'efficacité. Seule la description précise et technique de la constitution des appareils, de ce qui est réellement libéré dans l'eau, de son innocuité et des moyens de vérifier ce qui se passe peut permettre de juger. Ce n'est pas avec une fiche publicitaire ne donnant aucune indication et garnie de revendications abusives que l'on doit faire confiance à un système qui peut aussi bien dégrader la qualité de l'eau et être dangereux pour le consommateur.
Les auteurs parlent de pH acide ou basique et oublient de signaler que l'estomac possède un pH très acide et que les sels minéraux de l'eau ont un rôle important pour la santé et que l'on ne touche pas à cette qualité sans risques.

Que penser des travaux scientifiques cités dans la bibliographie que nous a envoyée l’une des sociétés qui commercialise ces ioniseurs ?

J'ai téléchargé ces deux articles dans des revues à comité de lecture. Ils nécessitent une lecture approfondie et il y a beaucoup de paramètres variant dans ces expériences. Par ailleurs rien de montre le lien entre ce type d'expérience et ce qui se passerait dans ces appareils vendus. Je ne veux pas me prononcer dessus pour le moment car je n'ai pas le temps de les lire attentivement.

Que penser de la comparaison, faite par la société qui nous a répondu, entre eau ionisée et homéopathie ?

Il en va toujours du même principe : ceux qui ne sont pas en mesure de prouver leurs revendications et de soumettre leur système à une évaluation indépendante et objective utilisent la "théorie du complot" en argumentant sur leur soit-disant certitude qu'ils ne démontrent pas mais qu'il faut croire sans réserve. C'est toujours l'opposition entre la croyance et la science avec l'objectif de gagner beaucoup d'argent.

Concernant les arguments de vente de certains vendeurs, notamment ceux qui ont distribué le prospectus que nous avons publié sur Tahiti Infos, peut-on parler de publicité mensongère ?

La communication sur ces dispositifs que l'on trouve dans ces publicités et sur internet revendique toujours les mêmes arguments des effets de "bien être" d'"énergie" etc.... Les auteurs osent ,sans honte, parler de "coupe faim" d'effet "anti-âge" et autres balivernes du même genre. Bien entendu, lorsque l'on demande au distributeur de prouver ses revendications, il ne peut strictement rien démontrer et ne propose qu'une chose : croire sans réfléchir et surtout ne pas comprendre.

Faut-il légiférer pour contrôler la mise en vente de ces ioniseurs, et plus largement, de tous les appareils de traitement de l’eau ?

Il est clair que tout appareil destiné à être en contact avec l'eau potable ou susceptible de modifier sa qualité devrait être agréé non seulement pour l'innocuité de ses matériaux qui doivent avoir une attestation de conformité sanitaire, mais également sur ses effets qui peuvent nuire à la santé.
Un système qui est chimiquement inerte et n'a aucun effet serait du vol auprès des consommateurs mais ne nuirait pas à leur santé. Un système qui modifierait les caractéristiques de l'eau pourrait conduire à des risques.


Rédigé par F K le Lundi 9 Mai 2011 à 12:19 | Lu 24298 fois