Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Cession des titres du groupe Hersant en Polynésie : le directeur délégué s'exprime



Cession des titres du groupe Hersant en Polynésie : le directeur délégué s'exprime
Quel avenir pour la filiale du groupe Hersant Média (GHM) en Polynésie française ? C’est la question que se posent avec inquiétude les salariés du groupe depuis l’annonce des termes de l’accord de principe trouvé entre GHM et ses banques ( lire l'article) sur la restructuration de sa dette de 215 millions d’euros.

Cet accord prévoit un abandon de créances de 50 millions d’euros de la part des banques, en contrepartie d’un remboursement immédiat de 10 millions d’euros par le groupe, et de 23 millions par ses actionnaires, mais aussi de la cession des titres de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie française. Ce point a été abordé mardi matin par le directeur délégué de GHM en Polynésie, Richard Brozat, au cours d’un comité d’entreprise ordinaire, mais bouleversé par l'actualité du groupe.

D'après l'Agence France Presse, les choses pourraient se faire rapidement : citant une source proche du dossier, l'AFP affirme que si les banques confirment l'accord, "le temps que tout se mette en place, c'est une affaire qui sera terminée entre fin février et fin mars". Mais selon Richard Brozat, la filiale polynésienne du groupe aurait jusqu’à fin 2013 pour trouver un repreneur éventuel. De son côté, le secrétaire du CE a refusé de répondre à nos questions.

Des "acteurs économiques de la place" seraient intéressés

Reste donc à trouver des investisseurs intéressés par la reprise des titres polynésiens du groupe. Certains "acteurs économiques de la place" se seraient déjà manifestés, nous a affirmé le directeur délégué. Les discussions porteraient sur une reprise globale de l’ensemble des sociétés de la filiale : la SOC La Dépêche (la Dépêche, l’imprimerie et le Paru Vendu), la société d’exploitation Les Nouvelles (qui regroupe le quotidien les Nouvelles et le TikiMag) et la société PacFM (NRJ et l’événementiel du groupe). Il s'agirait d'investisseurs locaux, mais aucun nom n'a encore été donné.

185 personnes sont employées par le groupe Hersant Média en Polynésie française. Leurs emplois ne sont pas menacés pour l’heure, a précisé Richard Brozat. Interrogé par Tahiti Infos, un membre de la rédaction a toutefois indiqué que les journalistes préféreraient un "repreneur extérieur" plutôt qu'un investisseur local, forcément impliqué dans la vie économique. "Il y aurait un risque pour notre indépendance journaliste" nous a confié ce salarié, qui se dit de son côté "plus inquiet pour les conséquences sur le contenu éditorial que pour les emplois" même s'il reconnaît qu'un repreneur risquerait de "faire le ménage" dans le groupe.

L’accord entre GHM et ses banques devait être signé ce mardi, mais ne l’a pas encore été, certaines banques ayant demandé « quelques jours de réflexion supplémentaires », explique M. Brozat. Quand il sera officiel, "il n'y a plus d'obstacle à l'accord avec Rossel", avait expliqué lundi l’Agence France Presse (AFP), ce qui permettrait de former un groupe qui vendrait chaque jour 900.000 exemplaires et pèserait plus de 500 millions d'euros de chiffre d'affaires.



Richard Brozat : "Le groupe Rossel, basé en Belgique, ne s'intéresse pas aux titres de GHM en Outremer"

Cession des titres du groupe Hersant en Polynésie : le directeur délégué s'exprime
Le projet d’accord avec les banques prévoit une cession de la filiale du groupe Hersant en Polynésie. Où en sont les discussions ?

GHM est parvenu en fin de semaine dernière à un accord de principe avec ses banques en vue de la restructuration de la dette du groupe. Un certain nombre de banques ont donné leur accord de principe, d’autres ont demandé quelques jours de réflexion supplémentaires. Dans le cadre de la restructuration de cette dette, un certain nombre d’engagements qui ont été pris de la part de l’actionnaire GHM, également des banques qui ont confirmé qu’elles abandonnaient une partie de la dette du groupe. Les discussions portent aussi sur la cession des pôles polynésiens et calédoniens, c’est un des points exigés par les banques pour valider la restructuration globale de la dette. Le calendrier reste à déterminer, mais on parle d’une cession d’ici la fin 2013.

Pourquoi ce délai ?

Je ne peux pas vous dire, je ne participe pas aux négociations avec les banques. Je pense que c’est une façon de nous laisser du temps, afin que nous puissions préparer cette opération dans les meilleures conditions possibles.

Votre rôle sera donc désormais de préparer cette cession ?

Depuis la visite de M. Hersant en 2010, où il s’était exprimé sur l’ouverture du capital de façon minoritaire à des investisseurs locaux, je suis en discussion avec des acteurs économiques de la place. Depuis l’annonce de la cession des titres polynésiens dans la presse, certains sont revenus vers moi pour savoir s’il était possible d’envisager une prise de participation majoritaire ou totale. Je suis en train de discuter avec eux pour voir les modalités d’une cession totale, si toutefois c’est ce qui est validé dans le cadre de l’accord définitif avec les banques.

Ce sont des acteurs économiques qui sont déjà impliqués dans le monde des médias ?

Il y a différents intervenants, mais je ne donnerai pas de noms.

S’oriente-t-on vers une vente groupée des titres, ou est-ce que certains pourraient être vendus séparément ?

Non, on part sur une cession groupée des titres polynésiens. Les éventuels repreneurs sont intéressés par une reprise globale de nos activités.

Pourquoi les banques ont-elles demandé la cession de la filiale polynésienne ? Vous avez des difficultés financières ?

Non pas du tout, puisque le groupe se porte bien en Polynésie. Nous avons connu quelques années difficiles et avons dû nous restructurer, mais le groupe va bien maintenant. Il ne faut pas oublier que la restructuration de la dette financière du groupe s’inscrit dans un projet plus global qui est l’alliance ensuite avec le groupe Rossel, qui est basé en Belgique, et qui ne s’intéresse pas aux titres de GHM en Outremer.

Quand vous dites que la situation financière est bonne, vous voulez dire que le groupe fait des bénéfices ?

La situation financière est bonne.

On parle d’une fusion entre les deux titres de la presse quotidienne du groupe, La Dépêche et les Nouvelles, est-ce envisagé ?

Je ne suis pas au courant de ces informations.

Comment s’est passé le Comité d'entreprise ce matin ? Les salariés sont inquiets pour leurs emplois…

Le CE s’est très bien passé. Il s’agissait d’un CE ordinaire, et non extraordinaire. J’ai rassuré les membres du comité sur les perspectives du groupe. Cession ne signifie pas liquidation.

Faut-il craindre des suppressions d’emplois en cas de cession à un investisseur polynésien ?

Je ne peux pas me prononcer sur les intentions d’un éventuel repreneur.

Rédigé par F K le Mardi 6 Décembre 2011 à 16:00 | Lu 2544 fois







1.Posté par GHM. Grande Honte Messieurs le 07/12/2011 09:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ah!!! Ben voyons c'est rassurant ça...
Un pseudo investisseur local, déjà qu'avec des "fils de" professionnels de la presse ça ne fonctionne pas que vont devenir les employés dirigés par un groupe formé à "l'alimentaire"?

Et puis franchement les chiffres annoncés à la TV, dignes des années où tout le pognon partait arroser les fossoyeurs actuels, ils va falloir les produire à l’investisseur local!

Puisque ça marche si bien pourquoi les Belges n'en veulent pas?

Mais bon il faut rassurer les gens en cette fin d'année.

2.Posté par fouillem le 07/12/2011 09:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ouahhh!!
Ça décoiffe d'être Directeur chez Hersant.
Courage à tous

3.Posté par Pierre Lenquête le 07/12/2011 10:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Afin de permettre à M. Patrick, dit Philippe, Hersant de continuer d'acheter des journaux en Suisse, nous ouvrons une souscription à son intention…
Membres du Personnel, créez une société du Personnel et exigez une participation dans le capital pour votre liberté rédactionnelle !

4.Posté par nicolas le 07/12/2011 10:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il faudra réduire les salaires, diminuer le personnelle car le groupe hersant à tahiti est aussi touché par la crise aussi; il suffit de voir les annonceurs , y en a bcp moins que l'année dernière, désolé c'est le commencement de la fin,

5.Posté par colombo le 07/12/2011 11:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si les annonceurs sont frileux ce n'est pas forcément du à la crise. C'est aussi lié à la baisse des ventes des quotidiens, il n'y a qu'à voir le matin aux feux les vendeurs à la criée. Il y a quelques années c'était un vrai sport de courir entre les voitures pour satisfaire la demande. Aujourd'hui il suffit d'observer sur une moyenne de 1 minute 30 passé à proximité d'un vendeur; s'il fait 3 ventes c'est le max. Il suffit aussi de voir avec quel stock le vendeur débute, là où il y avait 3 caisses aujourd'hui il y en a une. C'est bien dommage que les quotidiens ne soit pas en papier recyclable parce qu'un bon paquet part à la benne tous les jours!
Les salariés locaux n'y sont pour rien bien sur, c'est le monde qui bouge...

6.Posté par amikaouette le 07/12/2011 11:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le monde bouge, c'est certain, et avec les délais imposés par l'impression papier, les informations arrivent avec 24 heures de retard par rapport au web, donc forcément... il faut tout réinventer mais GHM n'est pas un maître en la matière... pensez-donc rien qu'à la quantité de papier qu'il faut faire venir par bateau, stocker, les prix que ça coûte! sans compter les arbres qu'on abat! alors que lorsque le journal arrive on a déjà eu toutes les infos sur le web! GASPILLAGE!

7.Posté par TIKI2011 le 07/12/2011 12:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je sais de source sure que la Dépêche est au bord du dépôt de bilan. Les comptes sont dans le rouge. Que vaut une entreprise qui perd de l'argent? L'âge d'or est révolu! Vive Fenua TV

8.Posté par emere cunning le 07/12/2011 21:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous ne croyez pas si bien dire. Et oui, "le monde bouge", et s'informe, autrement qu'avec leurs papelards, qui vont direct... au dépotoir. Leurs mensonges ça a eu payé... ça ne paye plus.
Quoique ceux-là, ils ont plus d'un tour sous la manche. Et s'ils sont partis vers des cieux plus rémunérateurs (en se gardant leur Voici local qui marcherait toujours autant), on ne va sûrement pas les pleurer. Oufff, quel bon débarras.

9.Posté par ELECTRA le 09/12/2011 08:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Avec un IPAD et 15 euros on peut avoir 25 magazines en lignes chaque mois...
LAISSONS LES FORETS EN PAIX

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Octobre 2019 - 15:39 Les savoir-faire des Tuha’a Pae exposés

Lundi 21 Octobre 2019 - 15:39 Heiata Aka et Teva Fauura exposent en duo

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués