Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


​Relaxe du mutoi de Faa’a accusé d’agression sexuelle



​Relaxe du mutoi de Faa’a accusé d’agression sexuelle
Tahiti, le 6 avril 2021 - Un policier municipal de Faa’a a été relaxé mardi à l’issue de son procès par le tribunal correctionnel. L'homme était prévenu du délit d’agression sexuelle sur une jeune femme en octobre 2017, alors qu'il se trouvait dans l'exercice de ses fonctions.
 
Le parquet a dix jours pour faire appel. A l’issue de quatre heures d’instruction à l’audience, le tribunal correctionnel a relaxé mardi après-midi un mutoi de Faa’a à l’encontre duquel le ministère public venait de requérir une peine de cinq ans d’emprisonnement dont trois avec sursis, assortie d’un mandat de dépôt, une interdiction définitive d’exercer en qualité d’agent des forces de l’ordre et l’obligation d’indemniser sa victime. L'homme était prévenu du délit d’agression sexuelle sur une jeune femme en octobre 2017, alors qu'il se trouvait dans l'exercice de ses fonctions.

La plaignante l’accusait de s’être livré à des attouchements sur elle et de lui avoir proposé un rapport sexuel, alors que l’agent était supposé la maintenir à distance pendant que deux de ses collègues intervenaient pour faire de même avec le compagnon de cette dernière, afin de calmer leur altercation sur le parking de Vini Vini à Faa’a. Des attouchements et une invitation faits en quelques secondes, alors qu’il était à quatre mètres de ses collègues.

La femme n’avait porté plainte que plusieurs mois plus tard, en février 2018. L’enquête avait ensuite piétiné pendant plus de deux ans avant d’être relancée par la brigade de recherches, courant 2020. L’agent municipal a été entendu en garde à vue le 20 janvier dernier dans cette unité de recherche de la gendarmerie, avant d’être placé sous contrôle judiciaire en attendant son procès.

S’il clame son innocence depuis le début, ce mutoi est confronté à une plaignante qui a réitéré mardi encore à la barre ses accusations, le traitant de “menteur” et jurant “devant Dieu” dire vrai. Elle demande 750 000 Fcfp de dommages et intérêts. Mais dans ce dossier, comme l’a longuement souligné Me Myriam Toudji, lors de sa plaidoirie “il y avait un seul élément à charge : les accusations de cette jeune femme. Et un certain nombre de points d’interrogation sur l’invraisemblance des faits d’agression sexuelle qu’elle imputait à mon client”.
Le parquet a considéré qu’il convenait de soutenir la parole de cette victime, d'où les lourdes réquisition, mais après en avoir délibéré le tribunal considère qu’il n’existe pas d’éléments suffisants pour entrer en voie de condamnation.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mardi 6 Avril 2021 à 19:31 | Lu 6678 fois





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 17 Mai 2021 - 17:22 L' exposition Hoho'a sort de son cadre

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus