Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


​Ice : Le gang du conteneur passe à la barre



Tahiti, le 22 avril 2021 - Quatre complices impliqués dans un trafic d’ice entre Los Angeles et Tahiti ont été jugés jeudi en comparution immédiate, pour l’importation de 1,5 kilo de méthamphétamine en mars dernier. Les prévenus écopent de peines allant de trois à sept ans de prison, avec maintien en détention.
 
 Entendus en garde à vue pendant 96 heures, du 3 au 7 mars dernier, les quatre prévenus avaient entièrement reconnu les faits. Jugés en comparution immédiate jeudi, l’instruction à l’audience a permis de récapituler le rôle joué par chacun dans deux tentatives d’importation d’ice échouées : 896 grammes en octobre et 1,5 kilo saisi dans un conteneur à l’arrivée au port de Papeete, en mars dernier. Mais des zones d’ombre persistent. Notamment sur l’identité d’un complice à Tahiti, qui aurait pu financer ces deux tentatives d’importation.
 
C’est un informateur de la section de recherches qui avait vendu la mèche en octobre dernier. Ce tuyau révélait l’imminence d’un voyage à Los Angeles que devait organiser un petit commerçant inconnu des services de police dans le cadre d’un trafic d’ice. En enquêtant, les limiers de la SR constatent que ce résident de Punaauia âgé de 55 ans est en effet prévu sur un vol pour la Californie, mi-octobre. Voisin de rangée sur ce vol, ils constatent aussi la présence d’un individu de 49 ans déjà bien connu pour ses précédentes condamnations dans des affaires de stupéfiant, notamment en 2013 dans la Vahine Connection : Yannick Itchner. “Et là, ça fait tilt”, constate le président du tribunal.

Les enquêteurs mettent le petit commerçant sous surveillance. Mais ce voyage d’octobre sera infructueux. L’opération, coorganisée avec Yannick Itchner, permet l’achat de 896 grammes de méthamphétamine. La drogue pourrait avoir été acquise par le biais de Jud Zimmerman, un autre protagoniste condamné dans l’affaire Vahine Connection. La marchandise devait ensuite être acheminée vers Tahiti en utilisant un prête-nom, le neveu du petit commerçant. Le jeune homme agissant en contrepartie de 10 millions de Fcfp de rémunération. Employé dans une société d’acconage du port, ce dernier dispose de contacts auprès des transitaires.

A Los Angeles, la drogue est cachée dans des enceintes. Les colis doivent être ramenés par voie maritime. Manque de pot, lorsque le prête-nom se présente chez le transitaire, le samedi de son départ, les bureaux sont fermés. Le colis est déposé chez un contact de Los Angeles. L’oncle affirme aujourd’hui à la barre que cette marchandise n’a jamais été récupérée et qu’il en a perdu la trace.

Vous y avez laissé combien au final ?”, interroge le juge. “10 000”, répond-il. Des dollars US.
Vous espériez vendre la marchandise 150 000 Fcfp le gramme. En ce moment elle se vend deux fois plus cher…”, contextualise le président Léger. “Ça rate. Vous décidez donc d’organiser une nouvelle importation”.
 
L’homme mystère
 
La nouvelle tentative aura lieu en décembre. Le commerçant utilise cette fois-ci son fils pour acquérir la drogue et organiser son transport vers Tahiti. La marchandise est achetée à Las Vegas, après d’un contact que lui indique son père : 1,5 kilo acquis pour la somme de 15 000 dollars US. Encore une fois, elle est logée dans des enceintes remises dans leur boite d’origine : “Packaging flambant neuf, sorti d’usine”, observera la procureure. La méthamphétamine est ainsi ramenée dans quatre colis jusqu’à Los Angeles. Elle est confiée au transitaire le 11 janvier 2021 pour être expédié à Tahiti par conteneur consolidé, adressée au prête-nom. Manque de pot à l’époque, les faits et gestes de toute la petite équipe sont pistés par la Section de recherches. La marchandise est finalement saisie à l’arrivée au port de Papeete, le 3 mars.
Le coup qui devait “relancer les affaires” de ce petit commerçant, le plonge un peu plus dans le besoin alors qu’il prétend avoir vendu tous ses biens pour financer l’opération.
 
A supposer que vous n’ayez pas fait qu’un coup, d’où vous est venue l’idée ?”, questionne le président. “Yannick était dans le besoin, moi aussi. Il m’a proposé de faire un coup. L’idée m’a tentée. Ça permettait de relancer mes affaires.”
Vous partez donc directement dans le haut de gamme : 1,5 kg”, commente le juge. “Comment comptiez-vous revendre ?” 
J’allais chercher des clients”, répond le prévenu. Le président relance : “Comment ? En vendant des doses de 0,1 gramme au coin de la rue ?”. Silence. “Je ne vous demande pas comment vous comptiez blanchir l’argent…

A de multiple reprises, le président du tribunal a tenté de faire avouer le nom de cette mystérieuse personne qui semble jouer un rôle clé dans ce trafic, pour la distribution et probablement aussi au plan financier. Il aura fallu une suspension d’audience, en fin d’après-midi jeudi, pour que le petit commerçant de Punaauia s’engage à “dire la vérité”, sur ce complice mystère. Pas à l’audience cependant, mais “directement avec Mme le procureur”. Une promesse censée lui gagner la clémence du tribunal. A voir.
 
Mais visiblement, pour la représentante du ministère public, promesse n’est pas aveu : “On est au bord d’un renversement. On s’attendait à ce qu’il nous livre un nom. Ce n’est pas le cas”. La magistrate a embrayé sur un réquisitoire en taclant l’apparente “candeur” des déclarations faites par les prévenus. Elle a requis trois ans de prison dont dix-huit mois avec sursis mise à l’épreuve pendant trois ans, assorti d’un mandat de dépôt et d’une amende de 3 millions de Fcfp pour chacune des deux petites mains de ce trafic. Pour le petit commerçant, présenté comme le financier, instigateur et organisateur de ces deux tentatives d’importation, elle a requis sept ans de prison dont trois ans avec sursis et l’interdiction de gérer tout type de société. Pour Yannick Itchner, “en double récidive”, elle a demandé au tribunal de prononcer une condamnation à neuf ans de prison assortie d’un mandat de dépôt. Après en avoir délibéré, le tribunal condamne le fils du petit commerçant organisateur de ce trafic à 3 ans de prison dont 12 mois avec sursis et 3 millions d'amende. Le neveu qui avait agi comme prête-nom est condamné à 3 ans de prison dont 18 mois avec sursis et 3 millions d'amende. Le chef de ce petit réseau d'importation écope de 6 ans de prison et 10 millions d'amende. Yannick Itchner purgera quant à lui 7 ans de prison et devra s'acquitter de 10 millions d'amende. Le maintien en détention a en outre été ordonné pour les quatre condamnés.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Jeudi 22 Avril 2021 à 20:00 | Lu 9407 fois





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 16 Mai 2021 - 20:13 Mareva Georges, Miss Tahiti 1990

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus