Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Violences à Haapiti : "Cela va de mal en pis"



Violences à Haapiti : "Cela va de mal en pis"
Tahiti le 06 juillet 2021 – L'île de Moorea a fait couler beaucoup d'encre ces dernières semaines. Malheureusement pas pour ces belles plages ni pour ses beaux motu, mais pour toutes les violences perpétrées par une bande de jeunes "bien connus" des forces de police.
  
Une agression a eu lieu le 26 juin dernier à Haapiti au niveau du centre commercial "Le petit Village". Un jeune homme appelé "Petite frère", sa concubine et leur fils ont été pris d'assaut par une cinquantaine de jeune. Batte ou encore parpaings ont été utilisés par les jeunes agresseurs pour mettre à terre leurs victimes. Petit frère a dû être évasané au CHPF. Il y est encore. Sa grande sœur, Taiana, en colère et désemparée assure que son frère va mieux : "Son état s'est amélioré, mais il aura toujours des séquelles."
 
Taiana, ancienne adjointe au maire de Papetoai de 2001 à 2007, est encore sous le choc. "Il avait la tête toute enflée et des hématomes partout". "Tout a été gâché par cette jeunesse de Papetoai qui sème la terreur sur notre île", déplore-t-elle. La drogue, et notamment à la consommation de ice, est selon elle la cause de toute cette violence. "Cela va de mal en pis (…). Je me demande pourquoi ils sont toujours en liberté, car ce sont toujours les mêmes jeunes", affirme Taiana. Elle assure avoir reçu des menaces et des insultes émanant des parents de certains de ces jeunes. Et regrette d'ailleurs que le tāvana de Moorea Evans Haumani ne leur ait pas apporté son soutien. "Je n'ai eu aucun coup de téléphone de sa part pour me demander si mon petit frère allait bien ou pas, ou pour nous soulager".             

Taiana "Ce sont toujours les mêmes"

Quel était l'état de votre frère quand vous l'avez vu ?
"Il était allongé sur le brancard et je ne l'ai pas reconnu. Il avait la tête toute enflée, il avait des hématomes partout. Il ne pouvait plus bouger (…). Je lui ai dit : 'Tous ceux qui t'ont fait du mal seront tous condamnés (…)'. Avant, il n'y avait pas cette rage chez les jeunes. Ils se bagarraient, mais pas au point de vouloir tuer comme ils l'ont fait avec mon petit frère. Je me demande pourquoi nos jeunes de Papetoai en sont arrivés là? Et cela va de mal en pis (…). Je me demande pourquoi ils sont toujours en liberté ? Ce sont toujours les mêmes jeunes (…)".
 
Vous avez déposé une plainte ?
"On est allé avec ma belle-sœur à la gendarmerie de Moorea pour déposer une plainte. Les gendarmes ont pris en compte le certificat médical de ma belle-sœur et pas celui de mon petit frère. Ils ont précisé qu'il fallait attendre qu'il soit bien pour venir porter plainte. J'étais en colère et je ne vais pas laisser passer cela. Je suis sortie de la salle pour exprimer ma colère. Je disais des grossièretés. Je ne sais pas pourquoi ils n'ont pas voulu prendre le certificat médical de mon petit frère. 
 
"Ma belle-sœur est descendue à Papeete pour pouvoir porter plainte à la gendarmerie de Papeete (…). Le soir où on est allé à la gendarmerie, ma belle-sœur avait montré une vidéo. Et le gendarme avait dit 'ah c'est toujours les mêmes têtes', donc ils sont connus."
 
Il y avait des mineurs ?
"Oh que oui, il y en a qui ont 14 ans. Comment des mineurs peuvent s'acharner sur des personnes qui se trouvent à terre. Comment ils ont eu cette force ? Je ne sais ce qu'ils ont pris pour avoir une force pareille, pour s'acharner avec autant de violence sur ma famille. D'où tiennent-ils cette force pour qu'ils soient aussi enragés ? Je pense que c'est l'ice qui est derrière tout cela".
 
Il doit y avoir un ou des meneurs dans ce groupe de jeunes ?
"Il y a des leaders (…). Ils ont toujours été comme cela. Ils deviennent violents quand ils sont à plusieurs. Comme ils disent : 'C'est nous les 'aito de Papetoai. C'est nous les plus forts, on peut faire ce qu'on veut parce qu'on est plein'. Tout a été gâché par cette jeunesse qui sème la terreur sur notre île".


Rédigé par Vaite Urarii Pambrun le Mardi 6 Juillet 2021 à 22:21 | Lu 6298 fois






Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 15 Septembre 2021 - 21:13 ​Les Raromata'i contre Tong Sang

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus