Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Vanuatu modifie sa Constitution pour autoriser la double nationalité



Vanuatu modifie sa Constitution pour autoriser la double nationalité
PORT-VILA, vendredi 29 novembre 2013 (Flash d’Océanie) – Le Parlement de Vanuatu a adopté vendredi un amendement à la Constitution de cet archipel mélanésien, permettant notamment d’accepter le principe de double nationalité mais aussi d’introduire des modifications dans le régime foncier.
Ces amendements, portés par le Premier ministre Moana Carcasses, qui a estimé qu’ils étaient « nécessaires » pour le développement de Vanuatu, ont été adoptés par une majorité de 36 sur 49 des 52 députés présents, rapporte la radio nationale.

Selon le camp gouvernemental, comprenant aussi le ministre des terres Ralph Regenvanu, ces modifications à la Constitution devraient permettre à de nombreux citoyens ou anciens citoyens de régulariser leur situation.

L’un des cas de figure concerne les nombreuses centaines de ressortissants originaires de cet archipel, qui l’ont quitté après l’indépendance (en juillet 1980) de cet ancien condominium franco-britannique des Nouvelles-Hébrides et se sont établis en Nouvelle-Calédonie voisine, où beaucoup ont la nationalité française.
Dans d’autres cas, il s’agirait aussi de permettre à des descendants lointains d’Océaniens, enrôlés pour travailler dans les plantations de canne à sucre en Australie, dans l’État du Queensland, à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle (un trafic depuis connu sous le vocable de « blackbirding » en référence au terme « oiseaux noirs » désignant les travailleurs) de pouvoir prétendre à acquérir la nationalité ni-Vanuatu, tout en conservant leur nationalité australienne.

Un autre volet de ces nouvelles dispositions concernerait l’acquisition de la nationalité en échange du paiement d’une somme (de plusieurs centaines de milliers d’euros), afin d’obtenir un passeport de l’archipel, mais sans pouvoir prétendre jouer un rôle dans les instances politiques du pays.
Ces amendements, aussi bien au plan foncier que de la citoyenneté, ont aussi été présentés comme visant à favoriser les investissements étrangers dans ce pays en leur donnant plus de visibilité.

Dans cette perspective, le gouvernement arrivé aux affaires en mai 2013 a vanté les mérites, ces derniers mois, d’un « plan d’immigration pour les investissements en capitaux » (Capital Investment Immigration Plan –CIIP-) censé attirer des acteurs étrangers pouvant ainsi devenir « citoyens économiques », sur un modèle inspiré de ce qui se fait déjà dans certains États insulaires de la Caraïbe (Antigua et Barbade, Saint Domingue, St Kitts & Nevis).
Jusqu’ici, l’acquisition à la nationalité vanuatuane pouvait notamment être possible après une résidence ininterrompue de dix années.
En 2009, à Fidji, le gouvernement issu du putsch de décembre 2006 avait lui aussi annoncé la reconnaissance de la double nationalité, là aussi afin de permettre aux membres de l’importante diaspora d’origine fidjienne établie en Australie, en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis ou au Canada de rétablir un lien avec leurs origines et investir dans cet archipel.

pad

Rédigé par PAD le Vendredi 29 Novembre 2013 à 05:37 | Lu 1937 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus