Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Vanuatu: l’opposition bat en retraite une nouvelle fois



Moana Carcasses, 1er ministre
Moana Carcasses, 1er ministre
PORT-VILA, vendredi 28 février 2014 (Flash d’Océanie) – L’opposition parlementaire de Vanuatu a une nouvelle fois battu en retraite jeudi, contrainte de reconnaître sa minorité, malgré le dépôt, la semaine dernière, d’une motion de censure visant à renverser le Premier ministre de cet archipel, le francophone Moana Carcasses.
Alors que la motion avait été jugée recevable par le Président de l’Assemblée vanuatuane et qu’elle devait être mise aux vois jeudi, le camp de l’opposition a préféré la retirer, certain qu’elle ne recueillerait pas la majorité nécessaire à son adoption.
Depuis le début de la semaine, en coulisses, de nombreuses tractations avaient eu lieu entre le camp gouvernemental et plusieurs députés de l’opposition, dont quatre ont été nommés ministres la veille de la date prévue pour le débat sur la motion de défiance.

Parmi les ministres « récompensés » pour ce qui est présenté comme un « souci de stabilité » politique pour cet archipel mélanésien : Willie Jimmy (qui fut à plusieurs reprises ministre des finances au sein de divers gouvernements, au cours des vingt dernières années) se voit confier le ministère du tourisme, du commerce et de l’industrie, en remplacement de M. Daniel Toara, remercié pour les besoins de la cause.
Trois autres députés ayant désormais quitté l’opposition, Stephen Kalsakau, Paul Telukluk et Tony Wright, héritent respectivement des portefeuilles du Changement climatique, de l’intérieur et de la Jeunesse et des Sports.
Le député Christophe Emmelee, nommé la semaine précédente ministre de l’intérieur, a été recasé dans un autre ministère.
Il remplaçait le francophone Patrick Crowby, par ailleurs ancien maire de la capitale Port-Vila, subitement décédé fin décembre 2013 en Nouvelle-Calédonie.

Déjà, mi-décembre 2013, des tentatives similaires de la part de l’opposition en vue de démettre le Premier ministre Carcasses, arrivé au pouvoir en mars 2013, s’étaient également soldées par un échec et le constat selon lequel les motionnaires ne disposaient pas de suffisamment de soutien dans les rangs de l’hémicycle.

Dans les deux cas, les motions invoquaient comme motifs un projet de construction d’un nouvel aéroport international, qui serait le second du pays, sur la même île que celle où se trouve celui de Port-Vila-Bauerfield, mais sur le flanc Est de l’île principale de Vaté.
Selon l’opposition, ce projet, qui impliquerait une prise en charge des frais de construction par une société étrangère, en échange d’une concession de cinquante ans, a été mené « sans consultations ».
À l’issue de débats houleux au Parlement de l’archipel, fin novembre 2013, le principe de reconnaissance de la double nationalité a par ailleurs été adopté, pour la première fois depuis l’indépendance de cet ancien condominium franco-britannique des Nouvelles-Hébrides, en juillet 1980. Il introduit une notion de « citoyenneté économique » permettant à d’éventuels investisseurs étrangers une visibilité dans leurs entreprises, tout en leur interdisant de prendre part à la vie citoyenne et politique du pays.
Ces changements, intervenus sous forme d’amendements à la Constitution, ont été adoptés par une majorité de 36 des 52 députés.

pad

Rédigé par PAD le Vendredi 28 Février 2014 à 06:04 | Lu 339 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus