Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Valentina Cross veut obtenir un référendum local sur la vente d’alcool



Valentina Cross, ancienne tavana de Teva i Uta, part "en campagne" pour obtenir un référendum local au sujet de la vente d'alcool à emporter sur la commune.
Valentina Cross, ancienne tavana de Teva i Uta, part "en campagne" pour obtenir un référendum local au sujet de la vente d'alcool à emporter sur la commune.
TEVA I UTA, le 23 septembre 2014. L’ex maire de la commune de Teva i Uta, Valentina Cross, désormais conseillère d’opposition dans une municipalité dirigée par le ministre Tearii Alpha, veut obtenir une consultation de la population sur la question de la vente d’alcool à Papeari et Mataiea. Un nouvel arrêté municipal en date du mois d'août dernier autorise en effet, partiellement, la vente d'alcool : du lundi au samedi de 8 heures à 19 heures. Pour obtenir ce référendum local il lui faut réunir l’approbation de 1/5e des électeurs de la commune : soit environ 1400 personnes. «Je suis dans l’opposition aujourd’hui alors j’exerce les pouvoirs qui sont les miens, tels qu’ils sont prévus dans le code général des collectivités territoriales, pour tenter de faire infléchir l’arrêté du maire qui autorise, partiellement, la vente d’alcool à emporter sur la commune» explique-t-elle. Si elle parvient à réunir ces 1400 signatures parmi les électeurs de Mataiea et Papeari, la consultation populaire est obligatoire.

Pour l’ancienne tavana de la commune, il en va de la sauvegarde d’une tradition locale (interdisant la vente d’alcool), garantie d’une bonne qualité de la vie à Mataiea et Papeari. «Je pars en campagne pour l’organisation d’un référendum et j’ai du boulot de terrain à faire» affirme Valentina Cross. L’élue reste néanmoins confiante : cette tradition de l’interdiction de vente d’alcool sur la commune a été respectée depuis plusieurs décennies par tous les maires qui se sont succédé, sans qu’il soit besoin d’avoir une règle écrite. Et selon elle, cette interdiction de l’alcool a toujours montré des résultats positifs avec une délinquance bien moins répandue et nettement moins violente que dans les communes voisines. «C’est le poids de 70 ans de tradition, c’est une parole sacrée qui a toujours obtenu l’adhésion d’une très grande majorité de la population». En attendant de réunir les signatures requises, Valentina Cross a également écrit au nouveau ministre en charge de l’économie, Jean-Christophe Bouissou, pour qu’il reporte l’autorisation accordée à un commerce de Mataiea, le 4 septembre dernier, de vendre de l’alcool à emporter.

Pour lire le courrier de Valentina Cross au nouveau ministre de l'économie, CLIQUER ICI

Pour lire le communiqué de presse publié ce lundi par Valentina Cross, CLIQUER ICI

Rédigé par Mireille Loubet le Mardi 23 Septembre 2014 à 15:51 | Lu 936 fois







1.Posté par Dr Maboul le 24/09/2014 12:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voilà ce que l'on fait quand on a rien de mieux à faire...

2.Posté par zozo le 24/09/2014 15:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les interdictions de vente d'alcool ne profitent qu' à ceux qui installent inévitablement des réseaux de vente clandestin. Tout comme l'interdiction des casinos favorise les tripots clandestins
Les tripots clandestins et vendeurs d'alcool clandestin arrosent les politiques et achètent des "protections"
La boucle est bouclée et c'est les administrés qui trinquent
Ce n'est pas les vendeurs qu'il faut chasser mais les consommateurs qu'il faut éduquer voir sanctionner
Etonnant de voir de telle proposition de la femme d'un avocat. Besoin d'argent pour une future campagne ?

3.Posté par eccehomo987 le 25/09/2014 10:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une tradition ? ..... Plutôt un usage ou un us, sans plus.
Je suppose que les ouailles qui veulent consommer de l'alcool vont s'approvisionner dans les commerces autorisés (pour ceux qui sont motorisés), ou dans les cours arrières des vendeurs clandestins (pour les simples piétons) ... Interdire, toujours interdire ... au lieu d'éduquer. Mais éduquer une population, c'est l'amener à avoir la capacité de réflexion sur d'autres sujets, donc dangereux pour ceux qui prétendent détenir la vérité au nom de Dieu ou d'une autre dogme.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 17 Août 2019 - 18:01 Un fare qui met le « reo » à l’honneur

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués