Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

‘Uru et banane, des plantes aux nombreuses vertus



PAPEETE, le 13 mars 2018 - Raihei White se lance dans une thèse intitulée valorisation des ressources vivrières en Polynésie française sous la direction de Taivini Teai. Dans le cadre du festival du ‘uru et de la banane, le duo présentera son projet qui entend identifier des molécules antiradicalires, antioxydantes et anti-inflammatoires.

Le ‘Uru et la bananier, en Polynésie, servent dans l’alimentation et dans la fabrication de ra'au tahiti. Les plants sont aussi utilisés dans le secteur de l’artisanat. Et si, demain, ils venaient à plaire aux industries pharmaceutiques et/ou cosmétiques ? Ce n’est pas impossible, mais il faut prouver leur efficacité au niveau moléculaire.

Raihei White et Taivini Teai vont montrer que certaines des molécules du ‘uru et du bananier ont des activités anti-radicalaires, anti-oxydantes (c’est-à-dire capable de neutraliser des radicaux libres) et anti-inflammatoires. À cours et moyen terme (une dizaine d’années), ces molécules pourraient entrer dans la composition de certains produits cosmétiques et/ou thérapeutiques.

Raihei White, qui vient de rentrer sur le territoire après avoir travaillé chez Clarins (chargée de mission phytochimie) en France va mener une thèse intitulée valorisation des ressources vivrières en Polynésie française. Cette thèse vient de démarrer au sein de l’unité mixte de recherche 241 écosystème insulaire océanien (UPF, IRD et ILM) sous la direction de Taivini Teai, maître de conférences en chimie.

Concrètement, Raihei White va extraire des parties de ‘uru et de bananier. "Nous allons travailler sur les feuilles, la sève, l’écorce, les racines car l’idée est de valoriser les plants après récolte des fruits", précise Taivini Teai.

Les extraits seront ensuite lyophilisés, cela signifie qu’ils sont déshydratés, puis ils passeront dans un appareil capable de détecter une activité choisie. "Nous avons retenu les activités anti-radicalaires, anti-oxydantes ou inflammatoires. Si celles-ci sont détectées, nous affinerons les recherches sur l’extrait jusqu’à identifier des molécules", explique Raihei White.

Pour avancer, un partenariat avec la Direction de l’agriculture a été établi. "Ils ont des arboretum avec différentes variés de ‘uru et de bananiers, ce qui facilitera la récolte." Raihei White n’aura pas à courir dans les districts pour récolter les feuilles, racines, écorces… Les travaux porteront sur une vingtaine de variétés de ‘uru et une vingtaine de variétés de fei. "Ce qui fera donc au total près de 80 échantillons à étudier puisque nous travaillerons sur différentes parties des plants."

Pourquoi avoir retenu le ‘uru et le fei ? "Parce qu’elles sont toutes les deus caractéristiques du Pacifique." La thèse ne consiste pas en de la recherche pure, elle entend participer au développement de la Polynésie dans les années à venir.

Le duo prendra la parole dans le cadre du festival du ‘uru et de la banane. Ils commenceront par une présentation de l’unité mixte de recherches et l’équipe, des outils et méthodes de recherches qu’ils utiliseront (chromatographie et textes d’activité) et bien sûr des plants à tester. "Saviez-vous que le ‘uru est utilisé en cas d’asthme, que la sève de bananier est un excellent antiseptique ou bien encore que la sève de banane a été utilise comme encre lors de la rédaction de la 1ère bible en tahitien. Or, nous le savons, plus un végétal est coloré, plus il a de pigments et plus son activité est importante", indique Taivini Teai. Pour en savoir plus, rendez-vous au festival du ‘uru et de la banane organisé à la Maison de la culture à partir de jeudi.


Pratique

Festival du ‘uru et de la banane à la Maison de la culture du 15 à 17 mars, de 9 heures à 17 heure. Au programme : démonstrations culinaires et dégustations, expositions de livres, artisanat, produits transformés, exposition variétale, marcottage, bouturage, médecine traditionnelle, contes et légendes…

Taivini Teai et Raihei White animeront une conférence le vendredi 16 mars et le samedi 17 mars à 9h30 sur le pae pae a Hiro.


Rédigé par Delphine Barrais le Mardi 13 Mars 2018 à 14:38 | Lu 1572 fois





Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués