Tahiti Infos

Un médecin salué en héros après l'incendie d'un hôpital en Roumanie


Bucarest, Roumanie | AFP | dimanche 15/11/2020 - Un médecin grièvement brûlé dans l'incendie d'un hôpital roumain qui a fait dix morts parmi des patients atteints de Covid-19 a été salué comme un héros dimanche, tandis que certains Roumains se demandaient avec colère comment une telle tragédie avait pu se produire.

Brûlé au deuxième et troisième degré sur 40% de son corps, le médecin, qui s'appelle Catalin Denciu selon les médias locaux, a été transféré dimanche à l'hôpital militaire belge Reine Astrid pour y recevoir des soins spécialisés.

Il était de garde samedi soir dans une unité de soins intensifs d'un hôpital de la ville Piatra Neamt (nord-est) lorsque l'incendie s'est déclaré.

"Il a essayé de sauver le plus possible de vies. On peut dire qu'il s'est jeté dans les flammes pour tenter de les secourir", a raconté le responsable de l'hôpital Lucian Micu à un média local.

"J'exprime mon respect pour ce médecin héroïque qui a fait preuve d'un courage et d'un esprit de sacrifice particuliers en essayant de sauver les patients", a déclaré le Premier ministre Ludovic Orban aux médias. 

"Ce médecin qui s'est précipité dans les flammes, risquant sa vie pour sauver celle des autres, est un modèle pour nous tous. Nous lui souhaitons un rétablissement rapide", a écrit l'ambassadeur américain Adrian Zuckerman dans un communiqué.

Dix personnes atteintes par le nouveau coronavirus ont péri dans cet incendie. Selon l'établissement, il s'agit de sept hommes et de trois femmes âgés de 67 à 86 ans. Six autres personnes ont été grièvement blessées. 

L'incendie pourrait avoir été provoqué par un court-circuit électrique, selon le ministère de la Santé.

Ce sinistre a ravivé chez certains Roumains les souvenirs douloureux de l'incendie survenu en octobre 2015 dans la boîte de nuit Colectiv de Bucarest, qui avait fait 64 morts.

Une survivante de ce drame, Alexandra Furnea, a appelé les autorités à "faire ce qu'elles n'ont pas fait pour nous" et à montrer que des leçons avaient été tirées au cours des cinq dernières années. "Ne vous cachez pas derrière des mensonges égoïstes, n'évoquez pas des protocoles dépassés pour justifier un crime", a-t-elle écrit dans un billet posté sur Facebook.

Selon les médias locaux, les premiers résultats de l'enquête sur l'incendie montrent que les plans de sécurité du deuxième étage du bâtiment, où le sinistre s'est déclaré, n'ont pas été mis à jour depuis trente ans.

Dans un autre billet sur Facebook, Mihai Grecea, un autre survivant de l'incendie du club Colectiv, a demandé la démission du ministre de la Santé Nelu Tataru.

Ballet de directeurs

Les médias locaux ont également révélé de graves problèmes dans la gestion de l'hôpital. L'établissement a connu huit directeurs au cours de l'année dernière, dont un n'a été en poste que pendant trois jours en mai.

Pour sa part, la classe politique roumaine a réagi en exprimant son émotion face à ce drame.

Sur sa page Facebook, le président Klaus Iohannis s'est dit "profondément attristé" par la tragédie, soulignant qu'elle a "ému l'ensemble du pays". "Je suis aux côtés de tous ceux qui ont été touchés par ce terrible accident", a déclaré M. Iohannis.

Les sociaux-démocrates de centre-gauche (PSD) et le parti libéral USR-Plus ont annoncé qu'ils suspendraient leur campagne pour les élections législatives de début décembre, à la suite de l'incendie.

Le drame a frappé le pays alors qu'il affronte la deuxième vague de la pandémie de coronavirus. 

Relativement peu touchée lors de la première vague, la Roumanie a vu fortement augmenter le nombre d'infections et d'hospitalisations ces derniers mois. Samedi, elle a fait état de 129 noueaux décès dus au Covid-19 en 24 heures, ce qui porte à 8.813 le nombre total de morts de cette maladie.

Ce pays de 19 millions d'habitants est l'un des plus pauvres de l'Union européenne et son système de santé, délabré et en sous-effectif, est mal équipé pour faire face à une flambée des cas d'hospitalisation.

le Dimanche 15 Novembre 2020 à 15:38 | Lu 188 fois