Tahiti Infos

Un clip pour le vivre ensemble


Vaihei  (à gauche) et sa tutrice Soizick Toroszkoy, directrice de la Guilde des aventuriers.
Vaihei (à gauche) et sa tutrice Soizick Toroszkoy, directrice de la Guilde des aventuriers.
TAHITI, le 24 février 2022 - Vaihei, âgée de 24 ans, prépare un Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport. Pour obtenir sa certification, elle doit monter un projet. Elle a choisi de faire se rencontrer deux mondes. Elle tourne un clip avec des enfants porteurs ou non de handicaps pour faire tomber les a priori. Objectif atteint.

Mon objectif avec ce projet de clip est de sensibiliser sur le handicap, de changer les regards, de montrer que l’on a tous des forces et des faiblesses malgré les différences”, explique Vaihei. Selon elle, travailler ensemble peut faire bouger les lignes.

Vaihei est en formation Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS). Ce diplôme d'État de niveau IV, reconnu par l'État et le ministère de la Jeunesse, atteste des compétences dans l'encadrement d'une activité d'animation, notamment sportive et culturelle, auprès de divers publics. La formation dure 14 mois, elle prendra fin en mai pour Vaihei. Elle précise : “Je suis de Taha’a, je veux rentrer sur mon île et développer les activités auprès de la jeunesse. J’ai constaté que l’absence d’activités mène les jeunes à des addictions. Si on peut éviter ça, essayons.” Elle veut travailler avec la Direction de la jeunesse et des sports, envisage d’organiser des formations de Brevet d’aptitudes aux fonctions d’animateur (Bafa), entre autres.

En attendant, pour obtenir son diplôme, elle a dû monter un projet. Elle a décidé de réaliser un clip avec des jeunes de la Guilde des aventuriers, une association qui organise et anime diverses activités en dehors des temps scolaires ainsi qu’avec des jeunes du centre médico-éducatif Papa nui (le projet est en partenariat). Cette structure accueille des personnes porteuses de handicaps. Ils sont huit au total, âgés entre 10 et 26 ans. “J’ai choisi des jeunes car il me semble plus difficile de faire changer le regard des adultes.”

L’idée de ce projet est partie d’une rencontre. Au cours de la formation, elle a eu l’occasion de rencontrer un éducateur et un jeune du centre Papa nui. “J’ai beaucoup repensé à ce que j’ai entendu à l’occasion de cette rencontre, cela a changé ma propre vision.” Le jeune disait avoir du mal à porter des étiquettes, “il sentait ne pas avoir sa place dans sa société”.


Musique, chant et vidéo

Concrètement, en amont, les adolescents de la Guilde des aventuriers ont été sensibilisés au handicap par un éducateur du centre Papa nui, François Quinquet. “Cela a permis de verbaliser des craintes, des idées reçues, de dire les choses avant la rencontre”, constate la directrice de la Guilde des aventuriers, Soizick Toroszkoy.

Deux groupes de huit enfants ont été constitués. Ils ont, à tour de rôle, effectué des activités autour du bois, de la percussion, du chant à la Guilde des aventuriers mais aussi au centre Papa nui. Ils ont découvert avec des professionnels la réalisation d’une vidéo. Le clip qui va être tourné ce vendredi 25 février illustrera une chanson de Teiho Tetoofa écrite pour l’occasion qui s’intitule : E tama ho’i au (Je suis un enfant).

Après deux jours d’ateliers, le projet atteint son objectif. “Le premier jour a été assez dur pour les enfants de la Guilde, ils avaient un regard déjà un peu différents sur les jeunes du centre Papa nui”, reconnaît Vaihei. “Après la sensibilisation et les premiers ateliers, je suis contente de les voir faire ensemble, ils se sont fait des amis, ils ont changé leur regard”, affirme-t-elle.

Le clip devrait être projeté le 19 mars dans un lieu public qui reste à définir.

Rédigé par Delphine Barrais le Jeudi 24 Février 2022 à 15:36 | Lu 996 fois