Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Un Australien, ancien de Guantanamo, veut aussi faire annuler sa condamnation



WASHINGTON, 5 novembre 2013 (AFP) - L'Australien David Hicks, un des rares prisonniers de Guantanamo à avoir été condamnés pour "soutien matériel à une organisation terroriste", a fait appel de sa condamnation, mardi devant la justice militaire américaine, apprend-on auprès de sa défense.

David Hicks avait plaidé coupable en 2007 "uniquement parce qu'il pensait que c'était le seul moyen de sortir de Guantanamo", a indiqué dans un communiqué l'avocat Wells Dixon, du Centre pour les droits constitutionnels (CCR), qui a fait appel devant la cour d'appel des tribunaux militaires.

"J'ai été détenu pendant six ans sans avoir commis le moindre délit et j'ai été torturé et poussé à me résoudre à une décision injuste qui ne correspond pas aux faits", a écrit David Hicks, qui vit désormais en Australie. "Je n'avais d'autre choix que de signer ce plaider coupable ou je serais mort à Guantanamo", dit-il, cité dans ce communiqué.

Dans le cadre du plaider coupable, Hicks, souvent baptisé "le taliban australien", avait dû retirer ses accusations de torture à l'encontre des forces américaines pendant son incarcération à Guantanamo, a ajouté le CCR. Il avait été condamné à neuf mois de prison, purgés en grande partie en Australie.

S'appuyant sur une décision de 2012 concernant un autre ancien détenu, Salim Hamdan, David Hicks a fait appel de sa condamnation de 2007, dans un document de 115 pages.

La Cour d'appel de Washington avait estimé, en octobre 2012, que l'accusation de soutien matériel à une organisation terroriste n'était pas un crime de guerre et que ce n'était donc pas de la compétence des tribunaux militaires de Guantanamo que de condamner Hamdan pour ce chef. Elle avait purement annulé la condamnation de l'ancien chauffeur de Ben Laden, qui vit aujourd'hui au Yémen.

Un autre prisonnier, Ali Hamza al-Balhul, a fait la même démarche et la cour d'appel de Washington doit rendre son arrêt dans les jours qui viennent. Condamné à la prison à vie, El-Balhul est toujours incarcéré à Guantanamo.

"Des années après que Hicks a été condamné et a purgé sa peine, une cour fédérale a conclu que le processus par lequel il a été condamné est illégal", a commenté Wells Dixon.

Seuls sept détenus ou ex-détenus de Guantanamo ont été condamnés sur les 779 passés par ses geôles.

Rédigé par () le Mardi 5 Novembre 2013 à 10:03 | Lu 567 fois






1.Posté par jeanpierre. le 06/11/2013 13:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tous ceux qui soutiennent le terrorisme, ne devraient même pas pouvoir avoir le droit à la parole, en raison de tous ceux qui sont mort grâce à leur soutien, qui eux ne peuvent pas se plaindre.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués