Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Titouan Lamazou artiste multifacette



Crédit : Grégory Boissy.
Crédit : Grégory Boissy.
TAHITI, le 2 décembre 2020 - Il vient de sortir une collection de papeterie, mode et décoration issue de ses œuvres polynésiennes. Une source inépuisable, qui compte des milliers de pièces et ne cesse de s’enrichir. Titouan Lamazou, installé pour de bon à Tahiti, continue à dessiner et peindre.

Depuis février l’artiste, écrivain, navigateur Titouan Lamazou est installé à Punaauia. Pendant 40 années il a découvert la Polynésie à l’occasion de séjours plus ou moins longs. Il a décidé de s’y fixer pour de bon.

Né en 1955 au Maroc, à Casablanca, il a intégré l’école des Beaux-arts de Luminy à Marseille où il a eu pour professeur le peintre et navigateur Yvon Le Corre avant de rejoindre l’école des beaux-arts d’Aix-en-Provence.

Passionné de dessin et de navigation, il décide de réaliser un carnet de voyage en empruntant le bateau comme moyen de transport.

À bord il propose ses services d’équipiers. À 20 ans, il traverse l’océan Atlantique puis, dans les mers des Caraïbes réalise les Carnets Antillais.

Sa rencontre avec Éric Tabarly en 1976 est décisive. Pendant deux ans, il a été équipier sur le Pen Duick VI. Il a fait le tour du monde. Il entame une carrière de "coureur des océans".

Il emporte différentes victoires. En 1989-1990, il est vainqueur du premier Vendée Globe 1989-1990 sur Écureuil d'Aquitaine II.

Il boucle la course en 109 jours et bat à cette occasion le record du tour du monde en solitaire et en monocoque détenu auparavant par Olivier de Kersauson (125 jours).

"Je ne voulais pas être marin tout ma vie", se rappelle Titouan Lamazou. "Je ne voulais pas passer ma vie à essayer de passer devant les autres. Après avoir gagné la plus grande course, j’ai voulu reprendre mes pinceaux."

Femmes du monde

Depuis, il peint, dessine, photographie le monde. Entre 2001 et 2017, il est allé à la rencontre des femmes avec le projet Femmes du monde.

Ce qui était à l’origine un hommage à la beauté s’est transformé en plaidoyer dénonçant les multiples visages de la misogynie.

Il raconte par exemple cet échange avec une femme dont il faisait le portrait en Érythrée. Ce pays, avec la Somalie, est le berceau des mutilations féminines. "Nous parlions des mutilations et du fait qu’un grand nombre de femmes étaient excisées, autour de 98%. Mon interlocutrice m’a dit alors : j’aimerais bien savoir où se trouvent les 2% de femmes non mutilées."

En 2012, il a retrouvé une amie et muse touareg dans un camp de réfugiés au Burkina Faso. Il a entamé un périple de quatre ans aux frontières du Mali avec le Burkina Faso, le Niger et la Mauritanie.

La série de portraits issue de ce nouveau voyage est parue dans l'ouvrage Retour à Tombouctou publié en 2015 chez Gallimard.

Les rencontres et les contemplations ont toujours soulevé de nombreuses questions pour Titouan Lamazou.

Il a pris l’habitude depuis le projet Femmes du monde de travailler avec des chercheurs : historiens, anthropologues, biologistes.

Ceux-ci l’aident à mieux comprendre le monde qui l’entoure. "Artistes et scientifiques ont un peu la même manière de fonctionner, on revient toujours plusieurs fois au même endroit."

Cette collaboration a plusieurs avantages. "Cela m’évite de véhiculer des erreurs et poncifs." Pour les chercheurs c’est un bon moyen de communiquer. "Mes livres sont sans doute plus visibles que leurs publications."

Polynésie, une histoire qui dure depuis 40 ans

En 1977, il arrive en Polynésie pour la première fois : "C’est la cervelle pétrie de toutes ces lectures romanesques qu’à mon tour j’abordais les îles du Pacifique (…). Tout comme London et Melville avant lui, par les Marquises et la baie de Taiohae à Nuku Hiva, à l’issue d’une longue traversée depuis la Californie. J’appartenais alors à l’équipage du capitaine le plus prestigieux de ce temps, Éric Tabarly."

Plus tard, il est revenu pour rendre visite à sa fille Zoé et sa mère Karin, pour immortaliser des femmes polynésiennes dans le cadre du projet Femmes du monde.

En 2002, Tahiti est devenue son port d’attache pour découvrir les cinq archipels en vue d’une exposition au Musée de Tahiti et des îles.

Le rendez-vous, décalé en raison de la Covid-19, aura lieu en novembre 2021.


Bateau-atelier, un projet toujours en cours

"Déjà tout jeune, sur les bancs du lycée, suivant les cours du professeur, artiste et marin Yvon Le Corre, je dessinais des bateaux-ateliers. Le plus important est d’écouter les voix de son cœur, disait Bernard Moitessier. Je ne me suis jamais départi de cette intuition adolescente affirmant à mon cœur qu’un bateau-atelier serait le meilleur outil pour traverser le vaste océan d’une vie qui s’ouvrait à moi."

Depuis 30 ans, Titouan Lamazou a le projet de construire un bateau-atelier. Une sorte de résidence artistique itinérante. Il l’a présenté pour la première fois officiellement en 1998 lors d’une exposition au Musée des arts décoratifs de Paris. La crise a ralenti la concrétisation de ce projet qui reste d’actualité.

"Il est aujourd’hui un peu plus que dans ma tête. Il est dans des cartons à dessin." Une première étape avant la construction du navire.

Contacts

Fb : Titouan Lamazou
Site internet de Titouan Lamazou.


Une collection Made in Tahiti

Une collection de papeterie, mode et décoration vient d’être lancée par Titouan Lamazou. Une sélection de ses œuvres se retrouve sur la couverture de petits carnets, sur des marque-pages, des paréos, des sacs. Les dessins sont reproduits à l’identique ou stylisés. Le principe de base de cette initiative est le "made in tahiti" malgré les difficultés que cela peut poser.

La gamme est prête, les premiers produits sont en vente. Elle est amenée à évoluer. Des tifaifai vont venir l’étoffer, des sacs de luxe voire, si c’est possible, des gourmandises. Titouan Lamazou envisage une collaboration avec le lycée hôtelier de Punaauia.

Les points de vente : Take me back to Tahiti au centre Vaima, Fauura création au marché de Papeete, The Brando, le duty free de l’aéroport…


Rédigé par Delphine Barrais le Mercredi 2 Décembre 2020 à 16:33 | Lu 1458 fois






Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Février 2021 - 16:11 Le courrier à domicile : La solution ?

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus