Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Teura Iriti dépose deux plaintes contre Philip Schyle



Tahiti, le 14 octobre 2020 – La nouvelle tāvana de Arue, Teura Iriti, a déposé la semaine dernière et cette semaine deux plaintes pour prise illégale d'intérêts à l'encontre de son prédécesseur à la mairie, Philip Schyle. Elle dénonce des irrégularités dans l'octroi de subventions à l'association Tetiaroa Royal Race et dans l'attribution de marchés publics de la mairie à un agent de la commune.
 
Après les recours et plaintes déposés par l'ancien maire de Arue, Philip Schyle, contre le déroulement du second tour des élections municipales, c'est au tour de la nouvelle tāvana de Arue, Teura Iriti, de contre-attaquer. La nouvelle édile a déposé les 5 et 13 octobre dernier deux plaintes pour prise illégale d'intérêts auprès du parquet de Papeete. Les deux requêtes visent l'ancien tāvana et son équipe au conseil municipal. Contactée, la tāvana se défend d'allumer un contre-feu après les recours de son adversaire contre les procurations aux dernières municipales. "Je me dois en tant que tāvana de cette commune de dénoncer les anomalies constatées. Ensuite on laisse la justice faire son travail", explique-t-elle.
 
Prise illégale d'intérêts
 
La première plainte déposée la semaine dernière vise les conditions d'octroi de subventions à l'association Tetiaroa Royal Race mise en place pour l'organisation de la course de va'a entre Tahiti et l'atoll de Marlon Brando. Plus précisément, la plainte dénonce le vote de subventions à cette association par la conseillère municipale Jenna Punaa épouse Demary alors que son mari était le trésorier de l'association. Plus généralement, la plainte pointe du doigt la présence de conseillers municipaux et agents de la commune au sein de l'association. La seconde plainte déposée mardi dénonce l'octroi de marchés publics de la mairie de Arue à "une entreprise dont un actionnaire est chef de projet de la mairie", explique Teura Iriti.
 
Enfin, notons qu'une troisième plainte a été déposée directement auprès de la Direction de la sécurité publique (DSP) par la déléguée de la liste de Teura Iriti contre celle de la liste de Philip Schyle, dénonçant une falsification d'un procès verbal électoral le soir du second tour des élections. La déléguée reprochant au clan adverse d'avoir apposé une mention faisant état de doutes sur la légalité des procurations, après la validation définitive du procès verbal.
 
"Retour de flamme"
 
"Il faut juste savoir que toute nouvelle équipe qui arrive et qui prend une nouvelle gestion se doit de faire un audit et nous avons décidé de faire un audit interne", se justifie Teura Iriti. "Nous avons aussi des personnes qui connaissent ce travail, d'où les anomalies qui nous sont remontées". De son côté, l'ancien tāvana Philip Schyle dit préférer attendre de prendre connaissance des griefs exacts portés contre son équipe. "Je savais qu'elle avait mis un ou deux élus pour aller fouiller dans les comptes de la commune. Moi ensuite j'ai tendance à dire que c'est un peu le retour de flamme après le dépôt de nos recours. Mais ce ne sont que des présomptions de sa part."
 

Teura Iriti, maire de Arue : "Je ne veux pas avoir cet esprit revanchard"

Quels sont les éléments que vous avez dénoncés au procureur ?
"Nous avons déposé une première plainte le 5 octobre, il s'agit de deux subventions communales à une association dont le siège social est à la mairie et composée d'élus communaux et de collaborateurs de l'ancienne équipe de Philip Schyle. Donc il y a manifestement un délit de prise illégale d'intérêt. La seconde plainte a été déposée ce matin, toujours chez le procureur, il s'agit de divers marchés publics attribués par la mairie depuis 2016 à une entreprise dont un actionnaire est chef de projet de la mairie, sous la direction toujours de Philip Schyle donc proche de lui. Je ne fais que déposer les anomalies constatées en interne et après la justice fera son travail. Mais là encore, il y  un délit de favoritisme aussi. Je ne fais que mon devoir et maintenant je laisse la justice faire son devoir."
 
S'agit-il d'une réponse aux plaintes de Philip Schyle ?
"Pas du tout. Je me dois en tant que tāvana de cette commune de dénoncer les anomalies constatées. Ensuite on laisse la justice faire son travail. (…) J'ai été surprise de voir toutes ces anomalies. C'est vrai que mon prédécesseur a été assez virulent à mon encontre, pourtant il me connait très bien. Aujourd'hui je ne veux pas avoir cet esprit revanchard. Je veux juste qu'on puisse rétablir la vérité et dire qu'il n'est pas aussi propre qu'il veut bien le faire croire. Et si on est propre, eh bien tant mieux."
 

Philip Schyle, ex-maire de Arue : "Je vois bien de quels sujets il s'agit"

Etiez-vous au courant du dépôt des plaintes de Teura Iriti à votre encontre ?
"Je n'ai pas le contenu détaillé de la plainte. Je vois bien évidemment de quels sujets il s'agit, mais après j'ai besoin de savoir quels sont les détails qui me sont reprochés. (…)"
 
Des élus ont-ils bénéficié des subventions versées à l'association Tetiaroa Royal Race ?
"En soi, il n'y a pas d'interdiction pour un élu d'être membre d'une association. Après, ce qui est essentiel, c'est de vérifier que l'élu n'a pas participé à la prise de décisions concernant ces subventions. C'est à dire qu'il n'ait pas été présent lorsque le conseil municipal s'est réuni et qu'il n'ait pas participé au vote des subventions. Et c'est vrai qu'il est plutôt recommandé que les élus ne fassent pas partie des associations bénéficiaires de subventions et plus particulièrement que ces élus ne fassent pas parti des dirigeants de l'association. (…) Après, il faut démontrer aussi, si ce cas de figure se présente, que l'élu avait un intérêt à bénéficier de la subvention."
 
Êtes-vous au courant de ce qu'un agent a bénéficié de marchés publics de la mairie ?
"Là, franchement non. J'ai du mal à voir. Et puis ca m'étonnerait, puisqu'au niveau des marchés il y a des contrôles qui sont faits en interne par le directeur général des services, par la subdivision des îles du Vent et par le Trésor… Donc ça m'étonnerait qu'il puisse y avoir eu un mélange des genres."
 

Rédigé par Vaite Urarii Pambrun le Mercredi 14 Octobre 2020 à 23:05 | Lu 8672 fois





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 30 Octobre 2020 - 17:46 Le confinement en "ultime" recours

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus