Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Taro, l’ancienne nourriture de base polynésienne



PAPEETE, le 5 février 2018. Le Taro, ou Colocasia esculenta, qui a pendant longtemps été la nourriture de base dans les îles polynésienne est une plante herbacée au tubercule comestible d’origine indo-mélanésienne.

D’après la légende polynésienne de l’origine des plantes, Le Taro fut engendré par les pieds de l’homme et ses poumons devinrent les feuilles.

Les tarodières

Le taro est généralement cultivé dans l’eau dans des tarodières. On creuse des trous de 20 centimètres de profondeur dans lesquels on dépose le sommet du rhizome surmonté de quelques feuilles. Le sol est ensuite recouvert de feuilles de cocotier sèches pour protéger du soleil et étouffer les mauvaises herbes. La récolte se fait à partir de 8 mois. Ensuite, le taro se dégénère et doit être remplacé.

-Tarodières de Rurutu
-Tarodières de Tautira

Une plante toxique qui doit être cuite

Les tubercules possèdent une chair de couleur crème et de texture sèche un peu farineuse. Ils sont riches en amidon et en fibres alimentaires mais sont toxiques s’ils sont consommés crus. En effet, le tubercule mais également ses feuilles contiennent de minuscules cristaux d’oxalate de calcium acérés qui risquent de provoquer des démangeaisons dans la bouche si la plante n’est pas bien cuite.

Les bienfaits du taro

Depuis longtemps, le taro est utilisé en pharmacopée traditionnelle grâce à ses vertus anti-inflammatoire, antidouleur et digestive. Les feuilles sont utilisées pour traiter la diarrhée, la transpiration ou des petites infections cutanées. Les fleurs soulagent des douleurs d’estomac et de celles dues aux hémorroïdes.

Popoi, fafa et po’e taro

Taro, l’ancienne nourriture de base polynésienne
Traditionnellement, le tubercule non épluché était grillé sur des pierres chauffées à blanc ou rôti au four traditionnel. Désormais, le Taro se prépare à peu près de la même façon que la pomme de terre (bouilli, à la vapeur, en purée, frites, chips…) ou de manière plus étonnante en crêpes et en glace.

C’est la base du fameux poe taro, un mélange de purée du tubercule et de farine de manioc, cuit au four traditionnel dans des feuilles de bananier ou au four conventionnel, puis mélangé avec du lait de coco.

A Tahiti les jeunes feuilles servent à la préparation du fafa. Hachées, elles sont délayées à du lait de coco avant d’être est cuites au four puis sont servies avec du poulet ou du cochon rôti.

Au temps anciens, le taro se conservait sous forme d’une pâte fermentée, appelée popoi. Les taros cuits et pelés étaient fortement écrasés pour former une bouillie épaisse qui était enveloppée dans des feuilles de auti (Cordyline) ou de bananiers.

Rédigé par Tahiti Heritage le Lundi 5 Février 2018 à 16:40 | Lu 1349 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués