Tahiti Infos

Taina Calissi, une artiste face à la maladie


Taina Calissi, une artiste face à la maladie
TAHITI, le 26 octobre 2021 - En résidence d’artiste à Paris depuis bientôt quatre mois. Taina Calissi a profité d’un “Open studio” de la Cite internationale des arts pour présenter différents travaux et notamment “Corps et L’armes” qui a consisté en une performance. Le film projeté à cette occasion montre comment la souffrance physique liée au cancer a stimulé la création de l’artiste.

Taina Calissi est une artiste pluridisciplinaire bien connue au fenua. Elle a notamment, et dernièrement, monté des expositions au Belvédère. Elle est également la fondatrice de Raw qui fédère en une plateforme numérique les artistes du territoire. Elle figure parmi les quatre lauréats de la première édition du programme “Cité Internationale des arts & Polynésie française” et, à ce titre, elle est à Paris dans le Marais, au sein de la Cité internationale des arts, depuis bientôt quatre mois. Le 20 octobre, à l’occasion du rendez-vous hebdomadaire organisé par la cité et intitulé “Pratiques ralenties : ateliers ouverts” (voir encadré), elle a présenté une partie de son travail.

Elle a abordé différentes thématiques comme la montée des eaux, la préservation des fonds marins. Elle a interrogé sur la question identitaire. Elle a saisi l’occasion pour présenter des extraits du livre qu’elle a décidé d’écrire durant son séjour “Un atelier à Paris, déambulations d’une Polynésienne” et monté une vidéo illustrant le contexte d’écriture.

Elle a aussi proposé une installation intitulée “Corps et L’armes” et comprenant un polyptique de 12 photos A2, une frise participative de 22 clichés et une vidéo “behind the scene” lorsqu’elle a pris place la première fois au Belvédère. Le film n’avait jamais été rendu public hors les murs du site d’exposition de Pirae en décembre 2020 lors de l’exposition Tatou. “Mais un an après, j’ai souhaité témoigner, partager plus amplement et soutenir les personnes concernées par la maladie.”

“Corps et L’armes” mobilise différentes expressions artistiques (dessin, danse, photo, écriture et vidéo) et traite de la résilience face au cancer du sein auquel Taina Calissi a dû faire face en 2020, dans le contexte de crise sanitaire liée au Covid. Elle insiste : “Je tiens à dire que le sujet n’est pas, là, ma maladie, mais la maladie”. Le film explique comment la souffrance physique a stimulé la créativité de l’artiste et interroge également, par le biais de la série de clichés chorégraphiques, sur les transformations physiques induites par les protocoles de traitement du cancer.

“Porter la voix d'autres femmes”

Cette création pluridisciplinaire est, selon Taina Calissi, “un autoportrait du moment”. Elle veut “porter la voix d'autres femmes que j’ai rencontrées et avec qui j’ai échangé pendant sept mois durant mes traitements à l'Oncopole de Toulouse”, mais aussi “apporter un message d’espoir aux personnes en souffrance, physique ou morale, en général”.

Le processus de création de “Corps et L’armes” a commencé par la conception de la chorégraphie ainsi que de chacune des postures à immortaliser, “pour déjouer la mort” estimait-elle. Fidèle à son processus de partage avec les jeunes en formation, elle a ensuite fait appel à Henry Danis, un jeune photographe étudiant de l'ETPA (Ecole de photographie de Toulouse) pour réaliser le shooting photo en studio début octobre 2020.

C'est à Matthieu Courtois, professionnel de l'aéronautique, mais aussi photographe et vidéaste par passion, que Taina Calissi a confié le traitement et les retouches photographiques. “Une étape déterminante !” La collaboration s'est faite par visioconférence entre Toulouse et Dubaï et a donné naissance au polyptyque photographique final constitué de clichés en “faux noir et blanc” selon la proposition de Matthieu Courtois. “Il a réussi à extraire de manière fidèle, les images qui n'existaient que dans ma tête il y a quelques mois”.


300 artistes réunis

La Cité internationale des arts est située quartier du Marais. Elle se démarque par sa taille importante : près de 1 200 artistes en résidence par an, 300 en simultané issus de 60 nationalités différentes. Elle a également ceci de particulier que les artistes n’ont pas d’obligation de production. Pour autant, tous les mercredis un rendez-vous intitulé “Pratiques ralenties : ateliers ouverts” est organisé. Ces “Open Studio” consistent pour l’artiste –généralement en fin de séjour– à présenter au public sous diverses formes les travaux réalisés durant sa résidence : production, réflexion, travaux exploratoires dans ses domaines d’expression habituels ou nouveaux ; la forme est libre et le partage se fait généralement autour d‘un verre.

Suivre l’artiste

Une partie des clichés sont visibles sur la page Instagram de Taina Calissi.
Le film témoignage est désormais disponible en public sur la chaine Youtube RAW Tahiti.
Le lien de la vidéo backstage : https://youtu.be/gKAFRKRGEyk




Rédigé par Delphine Barrais le Mardi 26 Octobre 2021 à 20:24 | Lu 3903 fois