Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Suppression du risque négligeable : Moruroa e tatou veut aussi la peau du Civen



Roland Oldham, président de l'association Moruroa e tatou.
Roland Oldham, président de l'association Moruroa e tatou.
PAPEETE, 13 février 2017 - Alors que le Sénat s’apprêtait à examiner le projet d’amendement relatif à la suppression de la notion de risque négligeable dans la loi Morin, l’association Moruroa e tatou a fait circuler hier un communiqué demandant la démission des membres du Civen et la constitution de cette commission en "fonds d’indemnisation".

"Avec la loi nouvellement modifiée et bientôt confirmée le 14 février par le Sénat, nous sommes revenus à ce que nous avions toujours réclamé et nous nous en félicitons", rappelle l’association de défense des anciens travailleurs du nucléaire Moruroa e tatou dans un communiqué signé par son président, Roland Oldham, lundi. La loi Morin, de reconnaissance et d’indemnisation des victimes des essais nucléaires français fait actuellement l’objet d’un projet d’amendement prévoyant la suppression de son principal verrou : la notion de risque négligeable au bénéfice d’une présomption de causalité.

Depuis toujours, Moruroa e tatou préconise l’application de cette présomption de causalité lorsque trois conditions sont réunies sur une victime déclarée : la personne était présente sur les sites victimes de retombées nucléaires (Sahara et Polynésie), à la période désignée par la loi (1966 à 1998), et est atteinte de l’une ou de plusieurs des maladies reconnues comme radio-induites.

Mais alors que la loi est sur le point d’être amendée, avec le retrait d’un verrou responsable de près de 98 % des rejets de demande d’indemnisation présentées devant le Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaire (Civen) depuis 2010, l’association Moruroa e tatou demande également la démission de l’ensemble des membres du Civen : "Comment pouvons-nous imaginer que les neuf membres du Civen (…) puissent continuer sans se dédire. Un nouveau président du Civen, M. Alain Christnacht, vient d’être désigné par le président de la République : il faut donc qu’il ait les mains libres. Moruroa e tatou exige la démission de tous ces membres du Civen qui se sont déconsidérés au fil des années depuis 2010".

L’association de défense des anciens travailleurs du nucléaire suggère également que le Civen soit transformé "en fonds d’indemnisation pour les victimes des essais nucléaires" en préconisant la refonte du fonctionnement de l’institution avec l’intégration de "représentants des associations de victimes", et d’ "experts reconnus et agréés. Il faudra également réfléchir à la décentralisation : les victimes doivent être au plus proche de l’administration chargée de traiter les demandes d’indemnisation".

S'il était validé mardi par le Sénat, le projet d'amendement de l'article 4 de la loi Morin rapprocherait le système d'indemnisation français de celui en application aux Etats-Unis, pour les victimes des essais nucléaires menés dans le Nevada de 1951 à 1992.

Rédigé par JPV avec communiqué le Lundi 13 Février 2017 à 15:08 | Lu 1957 fois






1.Posté par Charles Villierme le 14/02/2017 09:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ton combat se réalise pourquoi la haine de voir tomber des têtes??? je ne comprend pas se vouloir de TAHO'O

2.Posté par Jean-Paul vimare le 20/02/2017 22:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La notion de risque négligeable supprimée, on peut considérer que c'est une 'est une avancée. Mais la problématique c'est la complexité du CIVEN. D'autant plus avec la nomination à la tête de cet organisme de Mr Alain Christnacht, un ancien de la DGSE. Donc, Un coup d'épée dans l'eau, de plus avoir classé les maladies est une erreur fondamentale, voir discriminatoire, et j'en sais quelque chose. J'en ai une celle de tête de liste, et comment prouver la causalité vu la complexité médicale, et les expertise exigées par le CIVEN.. Merci pour l'article, et de ta clairvoyance Roland..

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués