Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


"Savoir utiliser les temps morts" par Frédéric Précloux, chiropracteur à Papeete



Photo d'illustration
Photo d'illustration
Par Frédéric PRÉCLOUX, D.C.(Doctor of Chiropractic) Chiropracteur diplômé de Los Angeles (1986)

« Je n’ai pas le temps de faire du sport ! Je n’ai pas le temps d’aller en salle, de courir ou même de faire des étirements, je sais qu’il faudrait que je me reprenne en main, mais en réalité je suis une personne bien trop occupée, je suis carrément débordée ! »
Effectivement, nous avons tous prononcé un jour ou l’autre une de ces phrases avec aplomb, sans pourtant y croire véritablement, mais en essayant d’obtenir de notre interlocuteur un air compatissant. La vérité c’est que nous étions occupé à ne rien faire de concret, et débordé d’actions inutiles. Voyons comment tout au long d’une journée, il nous serait possible d’avoir une action positive sur notre santé, et notre longévité. Apprenons à utiliser les nombreux temps morts de la journée !

Au réveil, après 8 heures d’hibernation, notre corps nécessite une remise en route tout en douceur. Lorsque vous vous réveillerez demain matin, écoutez la demande de votre corps qui attend de vous un peu de respect, et un peu de temps aussi, afin de le placer dans les meilleures conditions pour débuter la journée. Agenouillez-vous sur votre lit, puis mettez votre torse sur vos genoux, la tête posée sur vos mains jointes, les coudes écartés juste à l’extérieur des genoux. Voilà, vous êtes dans la position de la tortue !
Appréciez ce doux moment d’ouverture qui va redonner de la symétrie à votre corps après une nuit agitée, tout en vous permettant de mettre de l’ordre dans vos idées, afin d’organiser judicieusement les évènements de la matinée. Que vous vous réveilliez naturellement ou avec un réveil, les deux minutes que vous aller consacrer à cet effet vous procureront un plaisir inestimable, qui saura se rendre indispensable. Dans la fable, la tortue prend son temps, mais elle finit par donner une leçon au lièvre, n’est-ce pas ?

Vous vous situez dans la cuisine, et venez de mettre de l’eau à chauffer afin de préparer un thé ou équivalent. N’hésitez pas à faire des moulinets avec vos bras : 20 d’avant en arrière, suivis de 20 d’arrière en avant. Ressentez vos épaules se réveiller et s’interroger sur ce qui vous arrive. Dites leur que vous venez de prendre conscience de votre état : « Bon sang, je suis vivant ! »

A présent, vous voilà dans la douche. Il fait frais, et vous attendez que l’eau chaude arrive à destination, voici encore une précieuse minute à mettre à profit. Agrippez le lavabo bras tendus, alignez le dos avec vos bras, c’est-à-dire perpendiculaire aux jambes. Vous allez ainsi étirer vos jambes, votre dos et vos épaules. Vous êtes magnifique !

Vous êtes dans la voiture et le feu vient de se mettre au rouge. Au lieu de vous dire dépité : « Zut encore raté » et de ronger votre frein, utilisez plutôt cette minute pour vous faire du bien. C’est en effet le moment idéal pour étirer les muscles de votre nuque. Penchez la tête vers la droite, et sentez les muscles du côté gauche s’exprimer par le biais d’une sensation douloureuse qui témoigne du bien fondé de votre action. Dites vous juste : Bon sang, qu’est-ce que je suis raide ! Félicitez vous intérieurement, puis changez de côté. Le feu repasse au vert, et c’est la première fois que vous transformez un temps mort en temps de vie vous ayant aidé à vous sentir vivant, et que finalement vous projetez le temps d’un feu rouge, une possible flexibilité à plus ou moins brève échéance…

Vous venez d’arriver au bureau et vous vous trouvez seul dans l’ascenseur. Levez les bras en l’air, les mains accrochées et inclinez votre buste vers la droite, puis vers la gauche. Vous sentirez la raideur du départ vous quitter dès que vous aurez accompli une dizaine de va et vient. La souplesse vous gagne, vous êtes sur la bonne voie !

Vous venez de travailler durant un long moment, vous sentez le stress qui vous gagne et votre tête devenir pesante. Vous avez besoin d’aide : Calez votre chaise contre le mur,
asseillez-vous au bord de celle-ci, les fesses en arrière et les genoux écartés, vos pieds doivent être visibles d’où vous vous trouvez. Puis, laissez descendre vos mains à partir de vos genoux jusqu’à ce qu’ils atteignent vos pieds. Essayez de tenir 15 secondes pour commencer. Lorsque vous en aurez plein le dos, vous saurez comment décompresser dorénavant.

Vous êtes rentré à la maison et suite à un diner léger, vous vous autorisez un moment devant la télévision. Confortablement allongé dans votre canapé, c’est la pub ! Vous saisissez des deux mains un pareo à chaque extrémité, puis vous l’entortillez. Vos deux genoux pliés, vous placez le pareo, ou à défaut une corde sous un de vos pieds, et vous tendez la jambe vers le plafond, l’autre restant fléchie, pour le moment. Sensation intéressante, n’est-il pas ? Osez la fameuse phrase clé des assouplissements, tout en respirant profondément : « Bon sang, qu’est-ce que je suis devenu raide ! »

En effet, mais dorénavant vous saurez soigner cette raideur malheureuse, totalement gratuitement et surtout sans que cela ne pèse sur votre précieux emploi du temps de personne hyper-chargée du 21ème siècle.
S’il y a une chose importante à ne pas oublier, c’est que vous êtes une personne hyper-importante, vous êtes même la personne la plus importante de toute votre vie. A ce titre, vous ne pouvez plus vous négliger ; Ne le faites pour personne d’autre que vous même.
Notre corps se trouve à l’image de la coquille de l’escargot, indispensable. Notre esprit, s’il est essentiel, dépend pour s’exprimer de son véhicule, notre corps. Plus celui-ci s’enraidit, plus nous nous rapprochons de la mort. Si le temps file à toute vitesse et que nous ne pouvons pas le ralentir, il nous est possible d’entretenir et de faire jouer l’enfant intérieur qui se trouve en chacun de nous. Essayons juste d’harmoniser l’adulte que nous sommes devenu avec l’enfant qui est en nous pour que non seulement il ne pleure pas, mais qu’il éclate de rire en essayant de mettre son pied derrière sa tête !

Prochain chapitre : Notre centre de gravité, le Hara.
P.S. : Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le transmettre à vos amis, votre famille ou vos collègues, susceptibles également d’apprécier les informations qu’il contient.
Tel : 40 42 23 30 – Website : chiropratiquedoucetahiti.pf


Rédigé par Frédéric Précloux le Mercredi 25 Juin 2014 à 13:51 | Lu 549 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies