Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Retour des inondations sur l’île principale de Fidji



Retour des inondations sur l’île principale de Fidji
SUVA, lundi 10 janvier 2011 (Flash d'Océanie) – Les intempéries qui dominent toujours le paysage météorologique de la grande région du Pacifique Sud-ouest ont une nouvelle fois provoqué ce week-end d’importantes inondations, en particulier dans le Nord de l’île principale de Fidji, Viti Levu, rapporte la radio nationale.
Ces inondations sont provoquées par les pluies torrentielles qui continuent à s’abattre sur ces régions et qui ont entraîné ce week-end la fermeture de plusieurs axes routiers et ponts, inondés, en particulier dans les régions de Ba, de Nadi et de Tavua.
La dépression qui prévaut en ce début de semaine provient notamment d’un système situé près de l’archipel voisin de Vanuatu.
La police fidjienne a par ailleurs lancé de nouvelles recherches lundi afin de tenter de retrouver un homme de quarante huit ans qui, selon les témoins, a été emporté par le courant de la rivière Nadi en crue qu’il tentait de traverser, près de la ville éponyme (où se trouve l’aéroport international de Fidji).
Cet homme faisait partie d’un groupe de personnes se rendant à un enterrement dans un village voisin.
La police a renouvelé ses appels à la population, en l’intimant de se montrer vigilante et de se tenir à l’écart de toute rivière ou crique en crue.
Depuis le début de l’année, trois personnes, dont des enfants, sont mortes noyées dans des circonstances similaires, a rappelé la police.
Le week-end du jour de l’An, toujours à Fidji, c’est une jeune enfant de cinq ans qui a été noyée, là aussi dans une rivière (celle de Wainibuka, au centre de l’île principale de Viti Levu, dans la province de Tailevu) où elle se baignait en compagnie de jeunes membres de sa famille.
Le radeau traditionnel fait de bambou (appelé localement « bilibili ») s’est soudainement retourné après avoir été emporté par un courant trop fort.
L’inspecteur Atunaisa Sokomuri, porte-parole de la police fidjienne, a rappelé les consignes données régulièrement aux parents, à savoir de ne pas relâcher la surveillance de leurs enfants lorsqu’ils jouent dans l’eau.
Les forces de l’ordre de l’archipel ont par ailleurs profité de l’occasion pour rappeler qu’elles avaient organisé tout au long de cette période des fêtes des rondes de surveillance sur les plages publiques, et rappelé que par conséquent, elles ne pouvaient pas surveiller de surcroît les abords des rivières.
« C’est la responsabilité de tout le monde au village. On ne peut quand même pas être partout », a-t-il estimé.

Toute la grande région concernée

Depuis le début de l’année 2011, du fait des inondations provoquées par les pluies torrentielles qui continuent à s’abattre sur la région, d’autres victimes ont aussi été signalées en Nouvelle-Zélande et en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

En Nouvelle-Zélande, les coptes-rendus font état, pour cette période, d’une dizaine de victimes.
L’une des dernières victimes en date est un Fidjien, Anare Roqic, 27 ans, emporté par la mer mardi 4 janvier 2011 sur la plage de Seatoun Beach, tout près de Wellington, et dont le corps a finalement été retrouvé le lendemain.
La victime aurait apparemment été prise d’une crampe au cours de la petite nage reliant le point où elle avait décidé de ramasser des coquillages et la plage, en début de soirée.
Le 1er janvier, un homme de 68 ans avait été la première victime de l’année.
Cinq autres avaient suivi en plusieurs points du pays.
Depuis Noël, les inondations localisées, provoquées par les pluies torrentielles qui continuent à s’abattre sur la région du Pacifique Sud-ouest ont aussi tué au moins deux enfants en bas âge au cours du week-end de la Saint Sylvestre, en Nouvelle-Zélande et à Fidji.
En Nouvelle-Zélande, c’est un bébé de trois ans d’une famille originaire de Tokelau qui a coulé à pic dans la rivière Whakatane (dont l’embouchure se trouve sur la Baie de Plenty, au Nord de l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande), emporté par un fort courant due aux importantes précipitations de ces derniers jours.
Le garçonnet se trouvait en compagnie d’un groupe d’enfants.
La police a ouvert une enquête.

La grande dépression frappe la capitale papoue

Toujours dans la grande région, les pluies torrentielles générées par une imposante masse dépressionnaire venue de l’Australie et qui a brièvement engendré le cyclone Tasha, le week-end de Noël, depuis dissipé, ont non seulement frappé l’île-continent, mais aussi de nombreuses parties de l’État insulaire voisin de Papouasie-Nouvelle-Guinée, provoquant d’énormes inondations, des glissements de terrain, des vents très violents et des coupures généralisées de courant dans la capitale Port-Moresby et ses environs. Plusieurs rivières sont entrées en crue et les eaux ont pénétré dans les plus puissantes centrales électriques du pays, provoquant par là même un énorme court-circuit.
D’autres centrales hydroélectriques ont aussi été paralysées par l’afflux de débris qui ont bouché les canalisations, interrompant le fonctionnement pendant plusieurs heures en milieu de semaine.
En raison de la baisse importante de capacité nominale, la société exploitante a dû recourir, pendant plusieurs heures, à des coupures tournantes.
Toujours dans la région de Port-Moresby, plus de cinq cent personnes vivant dans la grande banlieue de la capitale ont dû être évacuées, après que les inondations aient atteint leurs maisons.
Plusieurs de ces habitations, ainsi que nombre de cultures vivrières, ont été emportées par les eaux.
Paradoxalement, plus au Nord de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, sur l’île principale, dans la province des Hauts-Plateaux, le village de Popral, proche du chef lieu de Mont Hagen, a vu ses cultures vivrières quasi-totalement détruites par une vague de froid qui a gelé fruits et légumes sur pied.
Enfin, en Australie, les énormes inondations qui touchent l’État du Queensland et la déclaration de l’état de catastrophe naturelle pour une quarantaine de localités et comtés, n’ont toujours pas donné de signe de décrue.

De nouvelles noyades en Australie

Dans le Sud du Queensland, ce week-end, le corps sans vie d’une jeune femme a été retrouvé dans la crique de Barambah, près de la ville de Cherbourg (Sud-est de l’État) ; rapportait ce week-end la radio nationale.
Cette jeune femme avait entrepris de s’y baigner en compagnie d’un groupe d’amis.
En Nouvelle-Galles-du-Sud, au Nord-ouest de Sydney, toujours ce week-end, le corps d’un garçonnet de quatre ans a aussi été retrouvé sans vie dans le réservoir d’un barrage.
Plus de deux cent mille personnes ont été touchées par ces inondations et plus d’une dizaine de personnes auraient été emportées par les flots dans des rivières dont la cote a souvent dépassé de plus de cinq mètres les normes saisonnières.

Gare aux crocodiles

Les autorités ont aussi renouvelé leurs appels à la vigilance et, outre le conseil évident de se tenir à l’écart des rivières en crue et de criques, l’autre, plus inhabituel, de se montrer particulièrement vigilants face à une augmentation de la population des crocodiles qui, chassés de leur habitat traditionnel par ces intempéries, remontent de cours des rivières, à la faveur de ces crues.
Des fonds d’urgence aux sinistrés ont été débloqués à la fois par l’État du Queensland, ainsi que par le gouvernement fédéral.
Ce week-end, les États voisins de la côte Est de l’Australie, la Nouvelle-Galles-du-Sud et le Victoria, annonçaient aussi chacun une enveloppe de solidarité d’un million de dollars locaux (770.000 euros) pour les sinistrés du Queensland et en particulier ceux de la région de Rockhampton.
Toujours au plan de la solidarité, un détachement d’une quinzaine de spécialistes des opérations d’urgence devaient arriver dans le Queensland cette semaine, dans le cadre de la coopération et de la solidarité régionales.
Ce week-end aussi, l’avion qui transportait dans cette région Mme Anna Bligh, chef du gouvernement du Queensland et le général de brigade Mick Slater, chargé de coordonner l’opération de solidarité menée par l’armée, en appui, a été frappé dimanche par la foudre.
Il a pu atterrir sans encombre, mais d’importants dégâts et de traces de brûlures ont été constatés sur la queue de l’appareil.


pad

Rédigé par PaD le Dimanche 9 Janvier 2011 à 17:22 | Lu 744 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués