Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Raquette électrifiée et tisane traditionnelle, l'arsenal anti-chik



Raquette électrifiée et tisane traditionnelle, l'arsenal anti-chik
SCHOELCHER, 18 juillet 2014 (AFP) - Dans la lutte contre le chikungunya, les habitants des Antilles, en proie à une épidémie depuis plusieurs mois, ont développé un arsenal soit contre le moustique vecteur de la maladie soit contre les maux qu'elle engendre.

L'équipement de base de tout antillais comporte les répulsifs (pour la peau et les tissus), la moustiquaire. Et surtout une raquette d'un genre nouveau que l'on trouve dans tous les commerces, du "chinois" (épicerie de quartier) à la grande surface, entre 7 et 10 euros.

De la taille d'une raquette de tennis, le modèle le plus perfectionné comporte un triple tamis, dont le central est électrifié. Le manche abrite une petite lampe (rechargeable par la base) qui permet à la fois d'attirer le moustique et de le voir au moment de frapper.

"Moi, ce que j'aime, c'est le bruit du moustique qui grille", raconte Marie Garon, adjointe au maire de Schoelcher (Martinique), exprimant un sentiment largement partagé entre Martinique et Guadeloupe.

Devant une maladie qui n'a pas de traitement spécifique, si ce n'est de prendre du paracétamol contre les fièvres et les douleurs articulaires, les malades ont recours à la pharmacopée traditionnelle.

Le député-maire guadeloupéen Ary Chalus, qui ne l'a pas eu et ne compte pas le contracter, boit une tisane "fortifiante pour l'organisme qui comprend quatre herbes locales : thé pays, simécontra, ti poule bois et mal nommé".

Certains disposent des feuilles de fruit-à-pain pour éloigner les moustiques. La zeb-à-pik, une plante utilisée pour stopper les infections virales, se prend en solution buvable disponible en pharmacie ou macérée dans du rhum.

Delphine Romarin, habitante de Baillif (Guadeloupe) tente de soulager ses douleurs persistantes avec du "citron et du clou de girofle à faire bouillir".

Malades, convalescents ou encore épargnés, tous les antillais le pensent: "Le chik, c'est pas chic, plutôt choc!"

Rédigé par AFP le Vendredi 18 Juillet 2014 à 14:52 | Lu 680 fois







1.Posté par Francesca le 19/07/2014 15:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

envoyez la recette...S V P

Signaler un abus

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies