Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Quatre élèves attendus sur cinq présents



Les élèves qui viennent en petits groupes en cours portent le masque et troquent volontiers leurs trousses pour des bouteilles de gel hydro-alcoolique.
Les élèves qui viennent en petits groupes en cours portent le masque et troquent volontiers leurs trousses pour des bouteilles de gel hydro-alcoolique.
Tahiti, le 26 mai 2020 – Pour cette deuxième semaine de reprise progressive dans les établissements scolaires de Tahiti et Moorea, où les élèves sont attendus de façon "alternée en groupes restreints", la fréquentation des écoles, collèges et lycées atteint 78% des effectifs attendus. Mais les regards se tournent déjà vers la rentrée générale du 2 juin.  
 
Pour cette deuxième semaine de reprise dans les établissements scolaires aux îles du Vent, la ministre de l'Education Christelle Lehartel a préféré attendre le deuxième jour d'école pour avoir un meilleur recul sur les chiffres de la fréquentation des écoles, collèges et lycées. Les élèves se rendant dans les établissements de façon alternée. Mardi matin, la ministre, accompagnée d'une délégation de la sphère éducative, s'est donc rendue dans plusieurs établissements de Paea et Taravao pour constater le suivi du protocole sanitaire de reprise. Si la première semaine du 18 mai les élèves étaient attendus de façon "alternée en groupe restreint" sur la base du volontariat, cette semaine la scolarisation était obligatoire.
 
Une scolarisation mise en place à l'école de Tiapa et au collège de Paea. Et mardi les élèves étaient plus nombreux par rapport à la semaine dernière. "De ce qu'on a pu voir, on sait que même depuis hier (lundi, ndlr), plus d'élèves ont répondu présents", a expliqué le directeur du collège de Paea, Christophe Tellier. Selon les chiffres de la direction de l'enseignement pour l'ensemble des établissements des îles du Vent, 82% des élèves attendus ont repris le chemin de l'école dans le 1er degré (écoles maternelles et primaires) cette semaine, contre 63% la semaine dernière. Et 72% des élèves attendus dans le second degré (collèges et lycées) sont revenus contre 61% la semaine dernière.

Protocole sanitaire strict

En classe, à l'école de Tiapa, les élèves excèdent rarement la douzaine et la plupart portent un masque. Sur leur table, pas de trousse, mais des fonds bouteilles en plastique en guise de porte-crayons et du gel hydro-alcoolique pour minimiser tout risque de contamination. Dans l'enceinte de l'établissement, des couloirs sont tracés et les allées et venues sont limitées.
 
Au collège de Paea, les mêmes dispositifs ont été installés. "Les couloirs situés côté montagne sont réservés à l'entrée et ceux côté mer à la sortie, de manière à éviter que les élèves ne se croisent", explique le directeur du collège. Dès l'entrée, les élèves cheminent vers les toilettes pour se laver les mains avant de se rendre en salle de classe. Des mesures qu'il est encore possible de faire respecter vu le faible nombre d'élèves en cours.

L'échéance du 2 juin en préparation

Mais le 2 juin, la semaine prochaine, tous des élèves devront regagner l’école toujours dans le respect des mesures d'hygiène. A Paea, le directeur du collège craint que le retour de l'intégralité des élèves mette à mal le respect de ces mesures. Le directeur explique que des habitudes ont été prises dans un contexte de reprise progressive, "mais on sait bien qu'on va faire circuler 700 élèves dans un même espace, avec des horaires à peu près comparables. Ça ne sera pas du tout le même rythme que ce qu'on a aujourd'hui".
 
De son côté, la ministre a rappelé que la reprise complète se ferait la semaine prochaine en respectant des règles d'hygiène renforcées (lavage de main régulier, limitation des contacts directs, nettoyage renforcé des locaux). Le port du masque sera, quant à lui, recommandé. Concernant la distanciation, la ministre l'admet : "On va l'oublier un petit peu".

INTERVIEW : Christelle Lehartel, ministre de l'Education

"Déjà en réflexion sur la rentrée 2020-2021"
 
Lors de la rencontre avec les chefs d'établissements, vous avez expliqué qu'il était nécessaire de commencer à préparer la rentrée 2020-2021. Avez-vous déjà entamé une réflexion sur le sujet ?
"Nous avons déjà démarré la réflexion sur la rentrée des classes qui sera tout à fait particulière. Les rentrées du mois d'août se préparent déjà au mois de janvier dans l'année civile, donc effectivement pour cette rentrée exceptionnelle, nous avons demandé à tous les établissements scolaires, que ce soit du premier degré, du second degré, du privé ou du public, de revoir leurs projets pédagogiques et leurs contrats d'objectifs. Des avenants seront inscrits parce que ce sera une rentrée un peu spéciale. Il faudra rattraper le retard et c'est quelque chose qui a bien été pris en charge par le personnel éducatif. Je ne m'inquiète pas, car il s'agit de professionnels, mais mon souci c'est de pouvoir les accompagner au niveau des moyens tant financiers que logistiques ou personnels. C'est aussi pour cela que la commission législative de l'éducation à l'assemblée est là, parce que nous travaillons ensemble pour accompagner ces équipes."
 
Vous avez parlé télé-enseignement, formation des enseignants. Pensez-vous que ce sont des pistes à explorer en vue de la rentrée ?
"Ce sont des solutions, oui. Le télé-enseignement, c'est quelque chose que nous avons expérimenté avant le confinement au collège de Rangiroa. Ça a bien fonctionné, mais on n'a pas pu aller jusqu'au bout avec le confinement. Ce sont des choses que l'on va poursuivre et qu'on a toujours voulu faire. On a pris du retard, mais là, ça va être un peu accéléré."
 
Et concernant la formation des enseignants ?
"Nous allons nous appuyer sur le numérique. D'autant plus que depuis la rentrée dernière, nous avons une brigade de formation spéciale. Nous avons moins de classes, certes, puisque nous avons moins d'effectifs. Mais nous allons conserver nos moyens humains dans cette brigade que l'on mobilise si besoin."

Rédigé par Ariitaimai Amary le Mardi 26 Mai 2020 à 18:04 | Lu 1603 fois






Dans la même rubrique :
< >

Samedi 4 Juillet 2020 - 02:17 Anthony Géros, tavana fédérateur

Samedi 4 Juillet 2020 - 01:55 Teura Iriti, vainqueur par procuration ?

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus