Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Prothèses mammaires : nécessité d'une surveillance au moins annuelle



Paris, France | | mercredi 18/03/2015 - Les chirurgiens plasticiens ont invité mercredi les femmes porteuses d'implants mammaires à ne pas céder à la panique après la découverte de cancers rares chez 18 d'entre elles et rappelé la nécessité d'une surveillance au moins annuelle.

"Toutes les femmes porteuses d'implants mammaires doivent être systématiquement et régulièrement surveillées. En l'absence d'anomalies cliniques ou radiologiques, il est toutefois inutile de modifier la fréquence et les modalités d'une surveillance annuelle", indique un communiqué du Directoire professionnel des plasticiens.

Réagissant à la publication d'un rapport de l'Institut national du cancer (Inca) faisant état de 18 cas de lymphomes anaplasiques à grandes cellules associés à un implant mammaire (LAGC-AIM) décelés en France depuis 2011, les chirurgiens plasticiens se sont efforcés de rassurer leurs patientes.

"Si le sujet est préoccupant, il faut toutefois garder le sens de la mesure et ne pas inquiéter inutilement la population", souligne le communiqué, notant que la fréquence du LAGC "est si faible que le risque est encore difficile à quantifier".

"Pour la même raison, il n'est pas non plus possible d'identifier précisément les facteurs de risque associés à cette pathologie", selon le Directoire professionnel des plasticiens qui estime que les éléments incriminés jusqu'à présent - la texture des implants ou les prédispositions génétiques - nécessitent encore des études complémentaires.

En conclusion, le Directoire juge que les "bénéfices" des implants restent "actuellement infiniment supérieurs au risque de LAGC" et que ce dernier est "si faible qu'il ne justifie aucune explantation (retrait) préventive, quel que soit le type et l'âge de l'implant."

Quelque 400.000 femmes sont porteuses d'implants mammaires en France dont 80% pour des raisons esthétiques et 20% dans le cadre d'une reconstruction après un cancer du sein, selon le ministère de la Santé.

Rédigé par () le Mercredi 18 Mars 2015 à 05:51 | Lu 436 fois





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Avril 2021 - 05:55 AstraZeneca, le vaccin mal-aimé

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies