Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Prothèses PIP : 300 Argentines exigent 41 milliards d'euros



Prothèses PIP : 300 Argentines exigent 41 milliards d'euros
BUENOS AIRES, 26 août 2013 (AFP) - Trois cents Argentines porteuses de prothèses mammaires défectueuses PIP ont déposé plainte devant la justice argentine pour exiger 41 milliards d'euros de dommages et intérêts, ont annoncé lundi leurs avocates.

Une partie des plaignantes font partie des 7.400 femmes qui ont saisi la justice française, qui rendra son jugement le 10 décembre dans l'affaire du scandale mondial des prothèses mammaires frauduleuses.

"Nous avons déposé une plainte collective contre l'entreprise française Poly Implant Prothèses (PIP), l'organisme de certification allemand TÜV et l'assureur allemand Allianz", a déclaré Me Virginia Luna.

Les prothèses PIP étaient distribuées dans plus de 65 pays, dont la moitié en Amérique du Sud. Plus de 300.000 femmes seraient porteuses d'implants PIP dans le monde.

L'avocate a indiqué que le montant demandé au titre des dommages et intérêts augmentera : la plainte en nom collectif, si elle est acceptée, pourrait déboucher sur l'indemnisation de 15.000 personnes, nombre estimé de personnes concernées en Argentine.

Lors d'une conférence de presse à Buenos Aires, l'avocate et trois victimes ont montré à la presse la fragilité des prothèses.

"Sur un échantillon de 500 femmes, 19% ont déploré une rupture avec filtration du gel vers les aisselles, la tête, le cou et aussi les poumons", a affirmé l'avocate.

"Le chirurgien m'a conseillé les PIP et comme je n'y connais rien j'ai accepté qu'il m'opère en 2008. En 2010, j'ai fait un contrôle et tout allait bien, mais un an après, j'ai senti une forte douleur et une démangeaison dans un sein", confie Anabel Gonzalez, 36 ans, qui étudie pour devenir avocate.

"J'ai passé un an avec la prothèse abîmée jusqu'à ce que je décide de la retirer et en mettre une autre, poursuit-elle, j'ai obtenu que mon assurance paie l'hospitalisation, mais j'ai dû régler la prothèse et les honoraires du chirurgien".

Plus de 16.000 femmes se sont fait retirer leurs prothèses PIP contenant un gel de silicone non conforme, selon le dernier bilan arrêté fin mai par l'agence de produits de santé ANSM.

Les retraits préventifs avaient commencé après la suspension de la commercialisation de ces implants en mars 2010.

L'avocate souligne qu'il ne s'agit "plus d'une question esthétique mais d'un problème de santé", mettant en avant que le remplacement d'une prothèse coûte de 20.000 à 25.000 pesos (2.700/3.350 euros).

Le principal accusé du procès qui s'est tenu au printemps à Marseille, Jean-Claude Mas, l'ancien fondateur de PIP, poursuivi avec quatre autres cadres de son entreprise pour avoir utilisé du gel non conforme, risque 4 ans de prison.

Le 10 septembre, le certificateur allemand des prothèses saura si les comptes de sa filiale française sont saisis.

jos/ap/dro

Rédigé par () le Lundi 26 Août 2013 à 11:09 | Lu 262 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies