Tahiti Infos

Prison ferme et du sursis pour le couple rebelle


Tahiti, le 11 octobre 2021 - Un couple était renvoyé ce lundi en comparution immédiate pour répondre des faits de rébellion contre des gendarmes, survenus vendredi dernier à Moorea. Lors de son interpellation, l’homme a notamment brisé la vitre arrière du véhicule de gendarmerie. Après en avoir délibéré, le tribunal a condamné le prévenu à 18 mois de prison, dont six mois avec sursis. Sa compagne a écopé d’une peine de six mois de prison avec sursis. 

Un couple à la barre du tribunal correctionnel ce lundi. L’homme de 30 ans et sa compagne, âgée de 31 ans, ont été présentés en comparution immédiate pour des faits de rébellion contre des gendarmes. 

Vendredi dernier à Moorea, en plein couvre-feu, le prévenu, après une après-midi de beuverie, a décidé d’enfourcher son scooter. Mais en s’engageant sur la route, l’intéressé est immédiatement tombé sur une patrouille de gendarmes. Selon les militaires, le prévenu zigzaguait sur son deux roues avant de tomber sur une plage.

Les gendarmes ont ensuite tenté de l’interpeller mais l’homme a résisté et est allé jusqu’à briser, avec sa tête, la vitre arrière du véhicule de gendarmerie. Sa compagne, qualifiée “d’hystérique” par les militaires au moment des faits, est ensuite arrivée sur les lieux et s’est mise aussi à violenter les gendarmes. Ces derniers ont dû faire usage de gaz lacrymogène pour la calmer. 

"La force employée par les gendarmes était proportionnelle à la résistance qu’ils ont rencontré"

Interrogés sur les faits, les prévenus ont indiqué à la barre n’avoir jamais voulu opposer une quelconque résistance aux gendarmes. “Je me suis débattu mais je n’ai jamais voulu frapper les gendarmes”, a indiqué l’homme, avec le bras gauche en écharpe a l’audience. Sa compagne s’est elle justifiée en indiquant qu’elle voulait venir en aide à son compagnon qui “criait à l’aide et qui était piétiné” par les forces de l’ordre. 

“La force employée par les gendarmes était proportionnelle à la résistance qu’ils ont rencontré lors de l’interpellation des prévenus. Il est absolument outrageant d’entendre que les vilains dans ce dossier ce sont les gendarmes”, a insisté la procureure avant de requérir une peine de neuf mois de prison avec sursis à l’encontre de la compagne. Pour l’homme, au vu de son casier judiciaire où figure neuf condamnations, ce sont 24 mois de prison, dont 18 mois ferme, qui ont été requis, ainsi qu’un mandat de dépôt. 

"C'est un dossier complètement à charge contre mes clients", a plaidé l'avocate du couple en estimant que les violences exercées par les gendarmes étaient "disproportionnées". "Les gendarmes n'ont aucune ITT, mon client lui s'en est sorti avec trois jours d'ITT", a insisté la conseil. 

Après en avoir délibéré le tribunal a finalement condamné l’homme à 18 mois de prison, dont six mois avec sursis. Un mandat de dépôt a également été décerné. Sa compagne a, elle, écopé d’une peine de six mois de prison avec sursis et de 156 heures de travail d’interêt général. 

Rédigé par Désiré Teivao le Lundi 11 Octobre 2021 à 19:12 | Lu 5108 fois