Tahiti Infos

Première exposition solo du prometteur Tuatahi


Tahiti, le 13 novembre 2021 - Il a déjà participé à des expositions collectives. Cette fois, il est seul. Accueilli à la galerie Winkler, il propose 15 œuvres originales qui racontent son univers peuplé de divinités et de créatures animales aux symboles cachés.

C’est toujours avec une grande émotion que nous accueillons un nouvel artiste, une première collection reste à jamais gravé dans nos mémoires”, explique Vaiana Drollet de la galerie Winkler. Elle reçoit jusqu’au 23 novembre Tuatahi. Ce dernier invite le visiteur à découvrir 15 œuvres originales, des acryliques, témoins de son univers peuplé de divinités et de créatures animales aux symboles cachés.

Plusieurs niveaux de lecture

Vaiana Drollet décrit : “Dans un style bien affirmé aux contours marqués d’un cerne noir, ses peintures se nourrissent des camaïeux de couleurs eaux et sables. La touche est douce mais sûre, ses sujets puissamment posés ne se livrent cependant pas facilement. La pureté de la ligne et des aplats de couleurs cache une vision plus complexe.” Il y a plusieurs niveaux de lecture. “D’apparence simple et efficace son œuvre s’apprivoise petit à petit et laisse une grande place à l’introspection. Elle nous interroge sur notre place dans l’univers, sur l’importance d’observer la nature et d’écouter son langage. Se laisser guider par tous nos sens est la clé pour entrer dans son univers.”

L’artiste confirme être un “contemplatif”. Il rapproche ses créations de l’illustration, rapporte des commentaires de visiteurs : “On dit parfois que je fais de l’impressionnisme”. En pratique, dans son atelier, il ne s’impose aucun code. “Quand je veux faire des points, je fais des points, si l’envie me prend de faire des lignes, je fais des lignes.”

Il compare son métier à celui du conteur. “Je peux tout autant revenir sur une légende locale que dire un moment tout simple, une nuée de vini qui vient, se pose sur une palme puis s’envole après avoir poussé un cri.” Il aime raconter les détails de la vie, ce qu’il voit autour de lui. “C’est important de regarder ce qui nous entoure, c’est plein de magie.”

“J’ai grandi avec des crayons et des pinceaux”

L’art fait partie de sa vie depuis toujours ou presque. Il ne peut même pas se rappeler ses débuts. “J’ai grandi avec des crayons et des pinceaux”, assure-t-il. Au fil du temps, rencontres et événements l’ont ramené à la peinture. Après le baccalauréat, il a fait une formation nouvelles technologies et multimédias au lycée Saint-Joseph de Pirae. “Elle n’existe plus”, précise-t-il. Puis, après une année de prépa de mise à niveau en arts appliqués, il a opté pour un BTS en communication visuelle à Bordeaux. “Et là, fatalement, j’ai eu de l’art appliqué en veux-tu en voilà.” Il n’est pas allé au bout de sa formation et est rentré à Tahiti. Finalement, il a appris tout seul.

Il s’est mis à l’acrylique pour “des raisons économiques”, avoue-t-il. “Et au final, j’aime bien.” À propos de sa technique, il reste peu disert. “C’est tout le problème d’avoir déserté l’école, je ne saurais pas la décrire.” En revanche, il peut revenir sur ses expériences. Ses tentatives à l’aquarelle, ses fabrications de couleurs artisanales et personnelles. “J’ai essayé le café, le fusain écrasé, et même le soyu mélangé à de la glycéro blanche.” Son père, entrepreneur dans le bâtiment, disposait de touques de peinture blanche. “Et comme je n’avais pas d’argent, j’ai fait avec ce que j’avais.”

Il a un temps consacré ses week-ends à son art, assurant en semaine un job sans passion. “J’avais hâte que le vendredi arrive, je me suis dit un jour, autant faire la semaine ce que j’aime faire le week-end. En 2018, je me suis lancé.” Il a essayé dans un premier temps d’assurer la vente de ses œuvres mais s’est vite aperçu de l’ampleur de la tâche. Il a fini par franchir la porte de la galerie Winkler et par rencontrer Vaiana Drollet. “Un coup de cœur”, se rappelle-t-elle.

Cette première exposition en solo est une étape pour Tuatahi. Il a stressé toute l’année en raison de la date imposée. “Et puis, il y a le contact avec le public, le fait d’avoir l’air crédible ou non.” Le public a répondu sans attendre. L’artiste a du talent.

Pratique

Jusqu’au 23 novembre à la galerie Winkler.
Entrée libre.
Horaires : du lundi au vendredi : 9 h à 12h30 et de 13h30 à 17 heures. Le samedi de 8h30 à midi.

Contacts

FB : Galerie Winkler
Tél. : 40 42 81 77

Rédigé par Delphine Barrais le Samedi 13 Novembre 2021 à 19:54 | Lu 1517 fois