Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Port du voile: le Sénat examine une proposition de loi LR sur les sorties scolaires



Paris, France | AFP | mardi 29/10/2019 - Le Sénat à majorité de droite a entamé mardi l'examen d'une proposition de loi LR visant à interdire le port de signes religieux aux parents accompagnant des sorties scolaires, jugée "contre-productive" par le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer.

L'exercice intervient dans un contexte explosif au lendemain de l'attaque menée à Bayonne par un ancien candidat du Front national (devenu Rassemblement National), de 84 ans, contre une mosquée, qui a fait deux blessés graves.
Avant même cet acte condamné par l'ensemble de la classe politique, la question du voile, relancée par un élu du RN prenant à partie une femme voilée lors d'une réunion publique, enflamme de nouveaux les débats, alors que la droite ne cesse de presser Emmanuel Macron de s'exprimer sur la laïcité.
Devant le Sénat, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a d'emblée réaffirmé son opposition à la proposition de loi, estimant qu'elle serait "contre-productive".
"En allant au-delà du nécessaire, une loi serait contre-productive parce qu'elle enverrait un message brouillé aux familles. En effet, nous voulons rapprocher les familles des écoles et c'est là la meilleure chance d'accomplir le projet républicain", a insisté le ministre, ajoutant qu'il était "impossible de demander à la loi de réglementer chaque aspect de la vie courante".
"Pour moi, la situation est claire lorsque j'ai dit encore récemment: pas interdit mais pas souhaitable", a-t-il ajouté reprenant les termes qu'il avait utilisé après la polémique lancée par l'élu du RN.
Le texte examiné au Sénat vise à modifier le code de l'éducation pour étendre "aux personnes qui participent, y compris lors des sorties scolaires, aux activités liées à l'enseignement dans ou en dehors des établissements" l'interdiction des signes religieux ostensibles posée par la loi de 2004.
Le rapporteur du texte Max Brisson (LR) a jugé "important que les débats se concentrent sur l'école et elle seule".
Le débat a démarré dans une atmosphère sereine, jusqu'à l'intervention du sénateur non-inscrit Jean-Louis Masson qui a appelé à "prendre la problématique du communautarisme musulman dans sa globalité" et a également évoqué la question de l'immigration. 
Les sénateurs socialistes ont crié le décompte des dernières secondes de son intervention et tapé sur leurs pupitres jusqu'à ce qu'il se taise.
Puis la sénatrice (ex-PS) des Bouches-du-Rhône Samia Ghali a pris la parole pour affirmer que "cette proposition de loi n'avait pas lieu d'être parce qu'elle stigmatise".
Elle avait appelé le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau à renoncer à son examen, essuyant une fin de non recevoir du sénateur de Vendée pour qui mettre le texte "sous le tapis serait la pire des choses à faire".
Même si la proposition de loi portée par la sénatrice du Val d'Oise Jacqueline Eustache-Brinio était adoptée en première lecture par le Sénat, elle n'aurait aucune incidence légale, tant qu'elle n'aura pas été votée dans les mêmes termes par l'Assemblée nationale, dominée par la majorité présidentielle.
 

- "Je demanderais à être payé" -

 
Pour Mme Eustache-Brinio, il s'agit de combler "un vide juridique" afin d'éviter de laisser aux chefs d'établissements la responsabilité de trancher. 
"La sortie scolaire est-elle un temps éducatif? Oui. Celui qui accompagne une classe est donc un acteur de service public et ne peut pas porter de signes distinctifs", soutient lui-même le président LR du Sénat Gérard Larcher.
"Je veux bien que le collaborateur occasionnel du service public soit tenu par l'ensemble des obligations de l'agent public. Mais dans ce cas, si j'étais collaborateur occasionnel du service public, je demanderais à être payé !", rétorque un ministre.
Le rapporteur du texte souligne que l'interdiction de tenues ou de signes manifestant "de manière ostensible" une appartenance religieuse ne s'appliquerait pas aux parents participant à la fête de l'école, qui n'est pas une activité liée à l'enseignement, ni lorsqu'ils viennent à l'école pour rencontrer les enseignants.
"Chaque fois qu'on arrive en période électorale", on réduit "les maux de la France" à "l'islam" et aux "musulmans", avait déploré dimanche auprès de l'AFP Abdallah Zekri, délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM) et président de l'Observatoire national contre l'islamophobie.

le Mardi 29 Octobre 2019 à 06:07 | Lu 215 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus