Tahiti Infos

Plus de 2 millions de Fcfp détournés à l'APE du collège de Mahina


Tahiti, le 19 octobre 2021 - L'ancienne présidente de l'Association de parents d'élèves (APE) du collège de Mahina était renvoyée, ce mardi, devant le tribunal correctionnel pour abus de confiance. Entre 2015 et 2017 la prévenue a détourné 2,1 millions de Fcfp de l'APE, dont 1,5 million de Fcfp au profit de l'ex-vice-président. L'ancienne trésorière était également poursuivie pour recel. Les prévenus ont été condamnés à des peines allant d'un à six mois de prison avec sursis, avec l'obligation de rembourser la somme détournée.   

Une affaire bien singulière s'est invitée au rôle du tribunal correctionnel de Papeete, ce mardi. Trois prévenus, anciens membres du bureau de l'Association de parents d'élèves (APE) du collège de Mahina, étaient renvoyés devant le tribunal pour abus de confiance. Entre 2015 et 2017, l'ancienne présidente, l'ex-vice-président et l'ancienne trésorière, ont détourné 2,1 millions de Fcfp de l'APE. 

1,5 million de Fcfp sont notamment partis directement dans les poches de l'ancien vice-président, qui était en proie à des soucis financiers à l'époque. L'ancienne présidente avait-elle détournée 400 000 Fcfp pour un véhicule et s'affranchir de quelques dettes. Et la trésorière, absente de l'audience mardi, s'est vu remettre la somme de 200 000 Fcfp en gage de tout son travail accompli au sein de l'association. 

“Je n'ai pas le sentiment d'avoir détourné de l'argent”

Est-ce-que vous trouviez normal de recevoir de l'argent de l'APE ?”, a lancé le président du tribunal. “Je n'ai pas le sentiment d'avoir détourné de l'argent”, s'est défendu l'ancien vice-président de l'APE.  “J'étais dans une situation précaire et j'avais prévu de rembourser la somme que j'avais empruntée”. Sauf qu'aucun remboursement n'a eu lieu depuis. L'intéressé était également connu pour avoir détourné au début des années 2000 de l'argent de l'APE du collège de Punaauia, où il était trésorier. 

Le tribunal s'est ensuite attardé sur l'attitude et la passivité de l'ancienne présidente de l'APE. “Il a insisté. Et il savait que j'avais emprunté 400 000 Fcfp. Mais je me rends compte aujourd'hui que je n'aurais pas dû laisser passer ça”, a expliqué l'ancienne présidente. 
La procureure a requis des peines allant d'un à six mois de prison avec sursis. La peine la plus lourde étant pour l'ex-vice-président qui a fait “preuve de mauvaise foi” et qui a “mis l'APE dans une situation financière compliquée.” 

Les avocats des prévenus ont de leurs côtés insisté, sur “l'intention non frauduleuse” de leurs clients. “Il n'y pas de volonté malveillante. Mais on a laissé la gestion de l'APE à des personnes qui n'avaient pas forcément les compétences”, a plaidé l'un des avocats. 

Après en avoir délibéré, le tribunal a décidé de suivre les réquisitions du ministère public, en condamnant les trois prévenus à des peines allant d'un à six mois de prison avec sursis. Les prévenus devront également rembourser solidairement la somme de 2,1 millions de Fcfp à l'APE du collège de Mahina. 

Rédigé par Désiré Teivao le Mardi 19 Octobre 2021 à 19:52 | Lu 4777 fois