Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Pêche à la bêche-de-mer : les îles Salomon lèvent temporairement le moratoire



Pêche à la bêche-de-mer : les îles Salomon lèvent temporairement le moratoire
HONIARA, mercredi 6 mars 2013 (Flash d’Océanie) – Le gouvernement des îles Salomon a annoncé en début de semaine la levée provisoire d’un moratoire imposé depuis plusieurs années sur la pêche à la bêche-de-mer, denrée faisant l’objet de grandes convoitise dans toute la région proche.
La mise en place du moratoire de trois ans intervenait en réponse à une diminution rapide des stocks disponibles, de plus en plus surpêchés par des exploitants qui les exportent vers les marchés asiatiques, où ces concombres de mer, une fois séchés, sont consommés dans des soupes.
Alors que le principe du moratoire n’est pas remis en cause, l’annonce faite par Honiara concernerait plutôt une « pause » de cette mesure, pour une durée initiale de trois mois, le moratoire devant reprendre ses pleins effets le 21 mai 2013.
Durant cette période libéralisée, les entreprises devront faire des demandes de permis de pêche et d’exports à durées limitées de trois mois.
Jusqu’ici, plus de soixante dix demandes ont été reçues, et seulement six patentes seront autorisées, ont précisé les autorités qui rappellent que le choix des lauréats sera effectué par un comité.
Le dossier de la pêche de la bêche-de-mer et de la gestion de cette ressource figure en bonne place au menu des discussions de la conférence des directeurs de pêcheries des pays et territoires océaniens, qui se tient cette semaine à Nouméa, sous l’égide du Secrétariat Général de la Communauté du Pacifique (CPS), à Nouméa (Nouvelle-Calédonie).
De nombreux pays et territoires océaniens tirent de cette activité des revenus substantiels et en hausse croissante (du fait de la hausse des prix de cette denrée sur les marchés asiatiques).
Parmi ceux-là : Vanuatu, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les îles Salomon, Fidji ou encore la Nouvelle-Calédonie.

Mais face aux dangers de surexploitation de cette ressource, nombreux ont aussi été les pays de la zone à restreindre la pêche, souvent en suspendant purement et simplement l’activité pendant quelques années afin de permettre aux stocks de se reconstituer.

Mi-janvier 2013, les gouvernement de Vanuatu et de Papouasie-Nouvelle-Guinée ont quasi-simultanément annoncé leur décision de proroger un moratoire sur la pêche à la bêche-de-mer.
Dans le cas de Vanuatu, c’est le nouveau ministre de l’agriculture, Kalvau Moli, qui a annoncé une extension du moratoire jusqu’en janvier 2018.
Il déclare avoir basé sa décision sur les recommandations du services des pêcheries, qui estiment que les stocks n’ont pas encore été suffisamment reconstitués, au cours de cinq années de moratoires qui viennent de s’achever, pour permettre une reprise de quelque exploitation commerciale que ce soit.
Les inquiétudes concernant l’état des stocks d’holothuries à Vanuatu se portent en particulier aux provinces de Sanma (îles Santo-Malo) et de Penama (Pentecôte, Ambrym, Ambae), mais aussi des celles, à l’extrême Nord, des Banks-Torrès (Torba) toutes proches des îles Salomon.
Début avril 2012, des voix s’étaient élevées concernant un énorme projet de pêche à l’holothurie, mené par une société chinoise qui aurait décroché un contrat exclusif pour une société aquacole, sur les rivages de ces îles.
Cette société chinoise, dont la raison sociale est South Pacific Agricultural Group Limited, aurait obtenu un accord sur cinquante ans, signé avec un groupe de propriétaires coutumiers.
Mais la province de Sanma, par la voix de son Secrétaire-Général, Joel Path, avait immédiatement réagi à l’époque en affirmant ne pas avoir été informée de ce projet, malgré le fait qu’elle soit la seule autorisée à délivrer les licences.

En Papouasie-Nouvelle-Guinée, les autorités ont jugé utile de rappeler ces derniers jours à la population le moratoire déjà en place (depuis le 1er octobre 2012) et dont le non-respect entraîne de lourdes peines.
Dans la province insulaire de Nouvelle-Bretagne de l’Est en particulier, les agents du service des pêches ont dû réexpliquer les conditions du moratoire toujours en vigueur jusqu’en 2016, rapporte le quotidien The National.
Là-bas aussi, la mise en place de ce moratoire se basait sur un constat de chute rapide des ressources et d’une situation dans laquelle cette espèce était incapable de se renouveler.
Cette période de moratoire doit non seulement permettre aux stocks de se renouveler, mais aussi aux autorités d’élaborer une nouvelle politique-cadre de gestion, a rappelé Dixon Kondaul, agent de liaison en charge des pêcheries au sein de cette province.

Aux îles Salomon : situation compliquée

En mai 2012, une affaire directe liée à ce secteur était remontée au sommet de l’État, forçant le Premier ministre salomonais Gordon Darcy Lilo à intervenir directement.
Il avait alors annoncé l’expulsion d’un ressortissant chinois, Zhang Patrick Tongzhi, qui dirigeait une entreprise locale spécialisée dans la capture de ces concombres de mer très prisés sur le marché asiatique, une fois séchés et découpés en lamelles pour être ajoutés à des soupes.
M. Zhang venait alors de comparaître devant un tribunal local et avait été reconnu coupable des chefs d’accusation portés à son encontre, à savoir pêche illégale d’holothuries dans les eaux salomonaises.

Appuis en haut lieu

L’homme d’affaires chinois, qui avait aussi été expulsé du pays et avait vu ses licences de pêches réputées invalides, avait ensuite fait appel de cette décision devant la Haute Cour.
Il était ensuite réapparu sur le sol salomonais et avait repris ses activités comme si de rien n’était, suscitant la colère du gouvernement local.
M. Lilo a aussi souligné que dans ce genre d’affaires, l’homme d’affaires chinois semblait bénéficier d’appuis locaux hauts-placés : sa société HJJ Company a été enregistrée localement au nom de l’épouse d’un député de la province de Malaïta.
L’affaire a pris, entre-temps, une tournure résolument politique, et a suscité de vives réactions de la part de l’opposition parlementaire, qui fustige ce qu’elle qualifie d’inaction et d’incapacité gouvernementale et n’hésite pas à accuser ouvertement les services gouvernementaux de l’immigration d’avoir émis des passeports et des titres de voyages faux.

Saisie d’une cargaison illicite

Le 6 janvier 2012, les services salomonais des pêcheries et de la police ont intercepté un chargement de bêche-de-mer (holothuries) d’une cinquantaine de sacs qui étaient sur le point d’être exportés dans des conditions présumées illégales.
L’enquête avait alors été ouverte concernant ce chargement et les acteurs de la filière, après la saisie de ce chargement d’une valeur estimée à plus de deux cent cinquante mille dollars US, précisaient alors les autorités.
Les îles Salomon ont remis en place en avril 2008 une interdiction de pêche spécifiquement pour les bêches-de-mer, particulièrement prisées sur les marchés asiatiques où leur produits dérivés sont consommés dans les soupes.
Cette interdiction avait été motivée par la diminution rapide de la population de ces concombres de mer.


pad

Rédigé par PAD le Mercredi 6 Mars 2013 à 06:02 | Lu 507 fois






1.Posté par beaulieu jean pierre le 06/03/2013 16:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Entre la corruption généralisée et tout ce qui peut apporter un petit peu d'argent, ils peuvent bêcher aux Salomon, c'est le fond qui manque le moins.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus