Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Paris accueille un quatrième service de "vélos flottants"



Paris, France | AFP | mercredi 24/01/2018 - Le groupe chinois Mobike a commencé à déployer mercredi ses vélos orange et gris à Paris, devenant le quatrième opérateur de ces "vélos flottants", connectés mais sans bornes, qui suscitent l'agacement de certains élus parisiens.

Mobike déploie dans un premier temps environ un millier de vélos dans la capitale, mais compte à terme disposer de "plusieurs dizaines de milliers" d'engins, selon l'entreprise.
Le premier opérateur à se lancer à Paris a été le chinois GoBee.bike à l'automne, suivi par Ofo (également chinois) et oBike (singapourien). 
Disséminés en ville, ces vélos sont géolocalisables via une application mobile. 
Ils se louent en scannant un code-barre, qui déverrouille l'antivol, moyennant 50 centimes la demi-heure. L'usager dépose ensuite le vélo où il le souhaite, sans l'attacher.
Ces engins sont exposés au vol et au vandalisme, et certains élus comme Pierre Aidenbaum, le maire du IIIe arrondissement, se sont inquiétés de leur stationnement gênant en dehors des parkings.
La mairie de Paris a promis "d'encadrer et réguler" le service et espère financer de nouveaux "emplacements dédiés" grâce à une redevance imposée aux opérateurs. 
Selon Mobike, le système de GPS/GSM installé sur ses vélos lui permettra de suivre chaque vélo, facilitant la récupération pour maintenance des vélos endommagés.
Les vélos sont par ailleurs sans rayon, sans chaîne et sans chambre à air pour être plus robustes, selon la société.
Mobike revendique 200 millions d'utilisateurs pour ses vélos dans le monde, répartis dans 200 villes et 13 pays. 
Le déploiement de ces services de vélos "flottants" est concomitant au changement d'opérateur très chaotique du service de vélo Vélib', de JCDecaux vers Smovengo. Cette transition pâtit de retards notamment dus à la lenteur de l'installation des nouvelles stations, au point que le nouvel opérateur sera pénalisé d'un million d'euros et que l'abonnement du mois de janvier sera remboursé, selon le Syndicat Autolib' Vélib' Métropole.

le Mercredi 24 Janvier 2018 à 05:28 | Lu 324 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies