Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Offshore Leaks : Manuarii Fritch "regrette l’exploitation politique" faite par son "grand-père"



Le petit-fils de Gaston Flosse a regretté dans un communiqué "le règlement de comptes familiaux opéré par [son] grand-père sur la place publique", en marge de la publication mardi sur le site Outre-mer Première de son lien avec une société offshore basée aux îles Vierges Britanniques.
Le petit-fils de Gaston Flosse a regretté dans un communiqué "le règlement de comptes familiaux opéré par [son] grand-père sur la place publique", en marge de la publication mardi sur le site Outre-mer Première de son lien avec une société offshore basée aux îles Vierges Britanniques.
PAPEETE, 1er juin 2016 - A l'occasion de précisions adressées mercredi, Manuarii, le fils d’Edouard Fritch et petit-fils de Gaston Flosse, "regrette l’exploitation à caractère politique" faite par son grand-père de la révélation par le site Outre-mer Première d'une société à son nom, basée dans un paradis fiscal.

"Cette affaire ne concerne en rien Gaston Flosse, ni Edouard Fritch ni ma mère", précise mercredi Manuarii Fritch, suite à la publication mardi sur le site de Outre-mer Première d’un article intitulé "Le fils d’Edouard Fritch et petit-fils de Gaston Flosse apparaît dans les fichiers Offshore leaks" révélant son lien avec une société écran basée aux îles Vierges britanniques.

> Lire aussi : Aux îles Vierges britanniques, la mystérieuse société offshore de Manuarii Fritch

Mis en cause par la publication dans le cadre d’une possible organisation de son insolvabilité, en 2008 à l’époque où était créée cette société offshore, Gaston Flosse s’est indigné par communiqué dans l’après-midi de mardi : "Il est de notoriété publique que Manuarii Fritch ne travaille pas et qu’il n’a pas de revenus fixes. Contrairement à ce qu’écrit le journaliste, de manière très tendancieuse d’ailleurs, je n’ai pas organisé mon insolvabilité en dissimulant de l’argent à l’étranger. Avec toutes les perquisitions et enquêtes diverses que j’ai eu à subir depuis des années, croyez bien que si j’avais un compte à l’étranger, la justice l’aurait débusqué".

Ce communiqué du président du Tahoera'a s’en prenait aussi plus directement à Edouard Fritch, en insinuant à son tour que ce dernier aurait pu utiliser cette société pour camoufler certains de ses avoir financiers : "il est notoire qu’il dispose de confortables revenus fonciers. Si une enquête devait être ouverte, il appartiendra au titulaire du compte de clarifier la provenance des fonds. J’espère et je souhaite qu’Edouard Fritch n’ait pas fait de fausses déclarations relatives à son patrimoine auprès de la HTVP, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique".

"En 2008, dans le cadre de mes activités professionnelles de consultant entre une usine de fabrication de charpente métallique basée en Chine, un bureau d’études basé à Singapour et un client en Nouvelle-Calédonie, j’ai été amené à créer une société à Singapour sous le nom de Elite Success Investments Properties", précise aujourd’hui Manuarii Fritch.

"N’étant pas résident à Singapour, il m’a été proposé un montage courant et qui n’a rien de répréhensible de domicilier cette société aux Iles Vierges Britanniques. Ma prestation de consultant à l’étranger n’étant pas imposable en Polynésie française, il n’y a donc pas d’évasion fiscale ni d’acte répréhensible au regard des lois françaises. La société a été dissoute en 2010".

Mais il s’indigne à son tour : "Ceci étant, je regrette l’exploitation à caractère politique qui est faite de cette affaire par M. Gaston Flosse visant à mettre en cause Edouard Fritch. Mais plus encore, je regrette le règlement de comptes familiaux opéré par mon grand-père sur la place publique".

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mercredi 1 Juin 2016 à 11:10 | Lu 4698 fois






1.Posté par Laure Tricot le 01/06/2016 11:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

exemple parfait de "la caste" (idée développé par A du prel)

2.Posté par Mathius le 01/06/2016 11:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Franchement Flosse dévoile de plus en plus sa folie, son manque de discernent devrait interpeller le Tahoeraa.

3.Posté par TuladiBouffi le 01/06/2016 12:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On a du mal à saisir pourquoi un consultant a une obligation de monter une société opaque dans un paradis fiscal, pour quoi ne pas l'avoir ouverte en Nlle Calédonie ou a Singapour, soit c'est de l'optimisation fiscale, soit c'est du blanchiment. Voilà les 2 raisons quand on choisi le montage offshore d'une société. Donc a priori et sous réserve du résultat des investigations de TRACFIN il n'y a rien d'illégal.

4.Posté par TuladiBouffi le 01/06/2016 12:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

(suite) Toutes les grandes multinationales et les banques ont des comptes offshore dans des paradis fiscaux qui existent pas seulement dans les caraïbes, mais en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis d'Amérique, sans oublier le Luxembourg, Monaco, Andorre ......les Samoas, le Vanuatu et les Iles Cook. Bienvenue dans le monde réel ! Quant à Gaston Flosse il a raison de s'indigner et de se défendre. En tout cas quand on a un grand-père et un père qui sont exposés en politique on doit faire preuve de clairvoyance. Bon courage pour la suite si il y a une suite !

5.Posté par TUTERAI58 le 01/06/2016 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pauvre pauley es tu a cours d'arguments pour t'en prendre ainsi a ton propre mootua?Tu es tombé bien bas pauley,mais cela ne m'étonne pas,tu n'as aucune considération pour les autres (sauf si tu y trouve un quelconque interet).Que tu t'en prennes a ton ex beau fils cela se comprend,mais au sang de ton sang,c'est tout simplement ECOEURANT.Il est temps que tu te retires complètement,tu n'arrive plus a discerner le bien du mal et la c'est tres grave,on imagine ou tu nous amènerai si tu revenais au pouvoir,la chasse aux sorcières qu'il y aura dans les services,parce qu'ils ne t'ont pas suivi ou soutenu.

6.Posté par Popol le 01/06/2016 16:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hey Bouffi,

Avoir un compte offshore n'est pas formellement interdit. Ce qui est interdit est de ne pas déclarer la totalité des revenus que l'on perçoit, d'une part au regard de la nécessité de l'impôt inscrit dans le bloc de constitutionnalité et d'autre part, au vue du principe d'égalité devant les charges publiques, dont tu devrais brandir haut et fort.

7.Posté par LEPETANT le 01/06/2016 18:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Puisqu'il n'est pas imposable en Polynésie, il pouvait donc créer sa société en Polynésie ! Pourquoi la cacher ailleurs ?

8.Posté par emere cunning le 01/06/2016 21:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

France 1ère et le journaleux (de feu les Nouvelles) S Masseau n’auraient pour rien au monde loupé l’occase d’étaler sur la place publique LE SEUL compte offshore du fils Fritch ALORS qu’ils sont 17 gros malins à s’être ouverts de tels comptes, frauduleux ou pas. Rien à dire de ceux là ??? Paris s’en charge ??? Parce qu’ils sont des vôtres ??? Et nous ne connaîtrons jamais leurs noms bien sûr, comme d’habitude.
De quoi constater que tout ça n’est fait que pour démolir encore et toujours G Flosse, il n’y a qu’à lire l’article : "Toujours en activité en 2010, cette société écran, ou offshore, aurait été créée en 2008, « à l’époque où Gaston Flosse se déclarait publiquement insolvable », constate le journaliste Serge Massau."

9.Posté par emere cunning le 01/06/2016 21:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

E Fritch est vraiment malhonnête d'avoir signalé que c’était l’adresse de sa mère, fille de G Flosse. Tout le monde sait qu’il hébergeait son fils dans une de leurs maisons à Mahina, que lui-même, Edouard, réside aussi à... Vetea dans un triplex acquis dès la séparation du couple au nom d’une société qu’il a constitué avec son fils dont il est resté très proche. Sa mère n’a, hélas, pas cette chance, pas plus que son grand-père.
G Flosse a eu bien raison de répondre à leurs attaques, trop honteux.
Quant à la suite, inutile d'espérer, Thoto et Urvoas veillent sur leur marionnette et leurs potes. A VOMIR.

10.Posté par emere cunning le 01/06/2016 21:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ TUTERAI58,
Ia faa'ino na'e pai 'oe, a tuu mai pai to 'oe ioa mau. Eaha hoi, e paa noa to roto i to 'oe piripou ?
FAAEA I TE POHEHAE IA FLOSSE, a mate roa 'oe i te pohe.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Octobre 2018 - 18:16 Pe'ape'a à l'embarquement de l'Aremiti

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués