Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Offensif, Carlos Ghosn dénonce "un coup monté", veut "laver son honneur"



Beyrouth, Liban | AFP | mercredi 08/01/2020 - L'ancien PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn a dénoncé mercredi un "coup monté" contre lui et s'est dit décidé à "laver son honneur", lors de sa première apparition publique à Beyrouth depuis sa fuite rocambolesque du Japon, où il est accusé de malversations financières.

Devant un parterre de quelque 150 journalistes méticuleusement choisis par son équipe de communication, le capitaine d'industrie déchu, théâtral et doigt accusateur, l'a proclamé: "présumé coupable" par le système judiciaire japonais dès son arrestation en 2018, il n'avait "d'autre choix" que de fuir face à des accusations "sans fondements".
"J'étais otage" au Japon, a-t-il ajouté, arguant de son "innocence".
M. Ghosn, 65 ans, qui fait l'objet de quatre inculpations au Japon, a dénoncé la "collusion, partout" entre le constructeur Nissan et le procureur japonais, particulièrement au sujet de son arrestation, "un coup monté" selon lui alors qu'il s'apprêtait à organiser une fusion entre Renault et Nissan.
"J'ai été arraché à ma famille et mes proches", a dénoncé, débout et gesticulant, Carlos Ghosn, qui s'exprimait pour la première fois depuis son arrivée surprise le 30 décembre au Liban.
Interpellé en novembre 2018 à la descente de son jet au Japon, l'homme d'affaires, détenteur des nationalités française, libanaise et brésilienne, avait été libéré sous caution en avril 2019, au terme de 130 jours d'incarcération.
Assigné à domicile, il avait interdiction de quitter le Japon dans l'attente de son procès mais aussi de contacter son épouse Carole, visée par un mandat d'arrêt japonais pour "faux témoignage".
"Je n'ai pas fui la justice, j'ai échappé à l'injustice et à la persécution", a-t-il martelé en anglais, après un préambule décliné en arabe et en français également --toujours aussi combatif, il a continué à répondre longuement aux questions de la presse après sa prise de parole initiale de près d'une heure.
Durant celle-ci, il a assuré qu'il se présentait devant les médias du monde entier pour "laver son honneur", tandis que des documents défilaient derrière lui pour soutenir son propos.
Selon lui, ses avocats lui ont dit qu'il risquait d'attendre cinq ans avant le verdict de son procès, une manière pour lui de justifier encore son statut de fugitif. 
 

- Des "millions" de pertes -

 
M. Ghosn fait l'objet de quatre inculpations au total au Japon: deux pour "abus de confiance aggravé" et deux pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan (aussi poursuivi sur ce volet), notamment des montants qu'il devait toucher après sa retraite estimés par la justice à 9,23 milliards de yens (74 millions d'euros) de 2010 à 2018.
Lors de la conférence de presse, le magnat déchu de l'automobile a promis de fournir des "documents" prouvant son innocence. Depuis le début, M. Ghosn, ses proches et sa défense soutiennent qu'il a été victime d'un "complot" ourdi par Nissan, avec la complicité des autorités japonaises, pour l'écarter de son poste.
Mais, selon lui, son arrestation a grandement desservi l'alliance formée par les géants de l'automobile japonais et français.
"La valorisation de Nissan depuis mon arrestation a baissé de plus de 10 milliards de dollars. Ils ont perdu plus de 40 millions de dollars par jour pendant cette période (...). C'est pas mieux pour Renault, parce que la valorisation de Renault a baissé, depuis mon arrestation, de plus de cinq milliards d'euros, ce qui signifie 20 millions d'euros par jour", a-t-il avancé.
Depuis novembre 2018, l'action Renault a perdu environ 34% de sa valeur et celle de Nissan environ 38%.
Quelques heures avant la conférence de presse, l'équipe juridique française de M. Ghosn a qualifié l'enquête interne de Nissan de "grosse déformation de la vérité".
Des procureurs ont tenté mercredi de fouiller les bureaux d'un de ses avocats japonais, Junichiro Hironaka, et de saisir des ordinateurs mais l'accès leur a été refusé, les avocats invoquant la "confidentialité entre un avocat et son client".
 

- Prêt à "rester longtemps" au Liban -

 
S'il a prévenu qu'il n'était pas "là pour raconter comment (il) a fui le Japon", le récit de cette fuite rocambolesque a tenu en haleine les médias et a suscité l'ouverture d'enquêtes au Japon et en Turquie, où M. Ghosn a fait escale.
Il est soupçonné de s'être enfui en prenant un jet privé à l'aéroport international du Kansai, près d'Osaka (ouest japonais), avec deux complices présumés, de nationalité américaine, selon la télévision japonaise.
Il aurait échappé aux contrôles en se cachant dans un caisson de matériel pour des concerts, selon des médias japonais.
"C'est moi seul qui ai organisé mon départ", avait-il martelé avant la conférence. Carole Ghosn a elle assuré qu'elle n'était "au courant de rien" concernant la fuite de son mari.
"Je suis prêt à rester à longtemps au Liban", a déclaré M. Ghosn mercredi.
Ce pays, qui n'a pas d'accord d'extradition avec le Japon, a reçu une demande d'arrestation d'Interpol. M. Ghosn pourrait être entendu par le parquet général, comme l'impose la procédure, selon une source judiciaire. Beyrouth affirme qu'il est entré "légalement" au Liban muni d'un passeport français.
Les autorités japonaises ont dénoncé une évasion "injustifiable", tandis que le groupe automobile Nissan l'a qualifiée d'"extrêmement regrettable".

le Mercredi 8 Janvier 2020 à 05:06 | Lu 384 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus