Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Nutrition - Atea Tahiti Spirit : Des fruits déshydratés pour les sportifs


Sandra Gaub a démarré son activité il y a un peu plus d'un an. Elle propose des fruits locaux déshydratés et commence à intéresser de plus en plus de sportifs désireux d'accroitre leurs performances en améliorant le ratio entre l'énergie nécessaire à la digestion et celle que l'on retire des aliments ingérés. La malbouffe perdrait-elle du terrain chez les sportifs polynésiens ?


Sandra Gaub et ses enfants
Sandra Gaub et ses enfants
 
Comment le concept a démarré ?
 
« C'était il y a trois ans, je suis tombée malade, ce n’était pas très grave mais je n'avais plus rien envie de manger. J'ai commencé à tester la cuisine crue et cela m'a très bien réussi. J'ai perdu beaucoup de poids, j'avais eu un regain d'énergie alors j'ai commencé à me renseigner sur la question. J'ai mangé comme ça pendant six mois et j'ai vu des supers effets sur moi. »
 
« J'ai vu sur internet que pour les sportifs, c'était quelque chose de très intéressant. Je suis tombée sur l'exemple de Brandon Brazier, un ironman canadien, qui a étudié comment récupérer après un effort sportif. Lui est végétalien, il ne mange que des végétaux mais pas forcément crus. J'ai étudié ses livres et ensuite je me suis lancée grâce à ma belle-cousine qui m'a incitée à ouvrir mon entreprise, il y a environ un an. »
 
Les produits ont intéressé certains sportifs ?
 
« Oui. J'ai commencé avec le Waterman Tahiti Tour l'an dernier. Je les avais approvisionnés lors du Waterman Explorer à Huahine. Ils sont partis avec des boules de dattes de 300 grammes pour deux jours, c'est tout ce qu'ils avaient à manger pendant leurs épreuves là-bas. J'ai travaillé ensuite avec des triathlètes lors du championnat de Polynésie de triathlon. »
 
« J'ai approvisionné Cédric Wane, Teva Poulain, ils avaient gagné des lots. J'ai travaillé également avec des rameurs, des rameuses de Tamarii Punaruu. J'ai approvisionné également l'équipe junior qui s'est présentée aux championnats du monde de va'a. J'ai des athlètes de stand up paddle, une autre qui fait de la course à pied...Cela commence à prendre de l'ampleur. »

Les possibilités sont infinies...
Les possibilités sont infinies...
C'est de l'énergie pure, facile à digérer ?
 
« C'est très facile à digérer grâce à l'aide de graines de sésame ou de lin que j’ajoute et qui permettent d'avoir cette énergie sur du plus long terme. Ceux qui ont le souci d'entretenir leur corps, au-delà de la performance, viennent me voir aussi parce qu'ils savent que ce sont des produits naturels qui viennent de mon jardin donc il n'y a pas de pesticides dessus. Le reste vient des Marquises ou d’ailleurs en Polynésie. »
 
« Ils sont légers à transporter. Les sportifs peuvent manger ces fruits déshydratés entre les épreuves plutôt que de manger lourd. Ils apportent leur lot de vitamines, beaucoup plus que ce qui est cuit. Cueillir et manger, c'est ce qu'il y a de mieux, les produits déshydratés, c'est un intermédiaire. Les gens commencent à s'y habituer. Pas de conservateurs, ni sucres ajoutés. Ils se conservent dans des bocaux en verre hermétiques parce que le plastic altère le goût des fruits et en plus ce n'est pas bon pour la nature. Les produits se conservent plus de six mois au sec. »
 
Votre rapport à la nature est particulier ?
 
« On a pas besoin de mettre d'engrais dans la nature car quand elle produit, elle produit en masse, c’est à nous d’être prêts. Nous devons respecter ses cycles, son rythme. Nous pouvons le faire, nos ancêtres le faisaient déjà. Aux Marquises, on conservait ainsi le uru pendant des mois, il y a les bananes séchées aussi. Pour aller plus loin, il y a le poisson séché mais moi je ne fais pas dans le poisson. C'est pour dire que cette technique de conservation existe depuis longtemps. La nature est tellement généreuse. Il faut faire avec elle, sans aller contre elle. Il faut composer avec le rythme de la nature. »
 
« Avec les enfants, les produits phare sont les mangues, les ananas et les bananes. Les adultes sont plus ouverts à d'autres saveurs. Je propose des assortiments différents, selon la saison. Goyave, carambole, banane, uru bien mûr, fei, uto, ananas, manque, potiron...c'est infini. Pour l'ananas, la peau part en compost. Les yeux deviennent du jus ou, déshydratés, des produits cosmétiques...il y a des possibilités infinies. » Propos recueillis par SB
 
Facebook : ATEA TAHITI SPIRIT

Des fruits pour les sportifs ou...les enfants..
Des fruits pour les sportifs ou...les enfants..

Rédigé par SB le Dimanche 27 Mai 2018 à 15:42 | Lu 2772 fois





Signaler un abus

Sports | Territoriales 2018 | Les jeux | Présidentielles 2017 | Va'a 2017 | Parau Ha'uti | La tribune politique | La video de la semaine | OPEN | En exclu sur TAHITI INFOS | Faire-parts | Décès | Entrepreneurs du fenua | Mieux comprendre | SportLive | Expression libre | CCISM | Le savez-vous? | SERVICES | Archives | TIFO, la monarquenovela | programme TV | Hawai Nui va'a 2016 | Observatoire des Prix | Tiki | Legislatives 2017 | Les Portraits | MISS TAHITI