Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Numérique: des tentatives tous azimuts de mettre au pas les Gafam



Numérique: des tentatives tous azimuts de mettre au pas les Gafam
Paris, France | AFP | vendredi 18/12/2020 - Les géants du numérique, plébiscités par les internautes et les consommateurs, sont en revanche dans le viseur d'autorités inquiètes de leur pouvoir croissant, comme l'illustrent l'accumulation de plaintes contre Google aux Etats-Unis et une nouvelle législation européenne présentée mardi.

Fiscalité, concurrence, rémunération des médias, désinformation: voici un tour d'horizon mondial des tentatives de régulation des Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft).

- Fiscalité:
Si l'Union européenne (UE) n'est pas encore parvenue à s'entendre pour taxer les géants du numériques, certains Etats membres ont pris les devants.

La France prélève depuis 2019 une taxe de 3% sur leur chiffre d'affaires, tandis que l'Italie a créé une "web tax" de 3% sur le chiffres d'affaires réalisé dans le pays par les services numériques. 

Le Royaume-Uni a lui instauré une taxe de 2% sur certains services numériques et l'Autriche une taxe de 5% sur leurs revenus publicitaires.

Quant à l'Espagne, elle a créé une taxe de 3% sur les revenus générés par certaines activités et prépare un impôt de 5% sur les revenus des plateformes audiovisuelles comme Netflix.

Hors d'Europe, l'Inde a instauré dès 2016 une taxe sur les publicités en ligne, tandis que l'Australie applique 10% de TVA sur certains services numériques (streaming, téléchargement de jeux et applications pour mobile, livres électroniques, stockage de données).

Ces initiatives suscitent la colère des Etats-Unis, qui jugent discriminatoire cette fiscalité frappant surtout des entreprises américaines et menacent ses initiateurs de droits de douane punitifs.

La solution pourrait venir d'un impôt mondial sur les multinationales. Mais des négociations menées sous l'égide de l'OCDE ont échoué en octobre.

- Pratiques anticoncurrentielles:
Les géants du numériques sont souvent épinglés pour des pratiques jugées anticoncurrentielles.

L'Union européenne a par exemple infligé un total de 8,25 milliards d'euros d'amendes à Google entre 2017 et 2019 pour abus de position dominante, visant notamment son système d'exploitation Android. Ces affaires sont désormais devant la justice.

Microsoft a également écopé de lourdes sanctions européennes, dont la dernière de 561 millions d'euros en 2013 pour avoir imposé pendant plus d'un an son navigateur Internet Explorer aux utilisateurs de Windows 7.

Amazon et Apple font aussi l'objet d'enquêtes sur des violations présumées des règles européennes de concurrence.

Sur ce volet, les Etats-Unis ne sont pas en reste. La Commission de la concurrence (FTC) et les procureurs représentant 48 Etats et territoires ont accusé le 9 décembre Facebook d'abuser de sa position dominante pour évincer la concurrence et ont demandé à la justice de forcer le groupe à se séparer d'Instagram et WhatsApp.

Google est également dans le viseur américain. Jeudi, les procureurs généraux de 38 Etats et territoires ont engagé des poursuites pour pratiques anticoncurrentielles, soit la troisième plainte antitrust en deux mois.

Mercredi, dix Etats américains, emmenés par le Texas, avaient engagé des poursuites contre Google pour pratiques anticoncurrentielles dans la gestion des publicités, évoquant même un accord avec Facebook.

Dans le cadre de la nouvelle législation européenne présentée mardi (qui doit encore être négociée avec le Parlement européen et les Etats membres de l'UE), les "plateformes systémiques" devront notifier à Bruxelles tout projet d'acquisition d'entreprises en Europe.

Les infractions à la concurrence pourraient être sanctionnées jusqu'à 10% du chiffre d'affaires, et dans les cas extrêmes, elles pourraient déboucher sur un démantèlement d'activités dans l'UE.

- Données personnelles:
Les Gafam sont régulièrement pointés du doigt concernant l'utilisation des données personnelles de leurs utilisateurs.

Bruxelles a tenté de mettre de l'ordre en imposant en 2018 son règlement général sur la protection des données (RGPD), qui s'est imposé comme une référence mondiale.

Les entreprises doivent demander le consentement des citoyens lorsqu'elles réclament leurs données personnelles, les informer de l'usage qui en sera fait et leur permettre de supprimer les données. Les manquements peuvent être sanctionnés de très lourdes amendes.

En Irlande, Twitter a écopé mardi d'une amende de 450.000 euros de l'autorité de protection des données numériques pour ne pas avoir suffisamment protégé les données personnelles de ses utilisateurs.

Selon le nouveau règlement européen en cours de négociation, les plateformes ne pourront plus utiliser des données collectées à travers plusieurs services pour profiler un utilisateur contre son gré. Elles devront aussi fournir aux entreprises clientes l'accès aux données qu'elles génèrent. 

Hors d'Europe, des sanctions existent aussi. La justice américaine a validé au printemps une amende de 5 milliards de dollars infligée à Facebook pour ne pas avoir su protéger les données personnelles. 

Lundi, la Commission de la concurrence américaine (FTC) a sommé des groupes comme Facebook, Amazon, YouTube (Google) et Twitter, de lui fournir des informations sur leurs pratiques commerciales et la façon dont ils collectent les données des utilisateurs.

- Désinformation et haine en ligne:
Les réseaux sociaux sont souvent accusés d'être une caisse de résonance pour les fausses nouvelles et la haine en ligne.

Le Parlement européen et les Etats membres de l'UE se sont mis d'accord le 10 décembre sur une législation qui impose aux plateformes numériques de retirer dans l'heure les contenus terroristes, sous peine de fortes amendes.

Quant aux fausses nouvelles, de nombreuses législations nationales s'attaquent au problème.

En Allemagne, les réseaux sociaux s'exposent à une amende allant jusqu'à 50 millions d'euros s'ils n'obtempèrent pas aux demandes de retrait de fausses informations, mais aussi de propos haineux, de propagande terroriste et de pornographie infantile.

En France, un candidat ou parti peut saisir la justice pour faire cesser la diffusion de "fausses informations" durant les trois mois précédant une élection nationale.

La nouvelle législation dans l'UE interdira d'utiliser des algorithmes pour mettre en avant de fausses informations et des discours dangereux, alors que les grandes plateformes étaient soupçonnées de le faire pour augmenter leurs revenus publicitaires grâce aux nombreuses réactions générées.

Tous les intermédiaires en ligne devront coopérer avec les régulateurs pour retirer des contenus illégaux comme des appels au meurtre.

Le Kenya prévoit de son côté une amende de 50.000 dollars (41.500 euros) et/ou deux ans de prison pour la publication de "données fausses, trompeuses ou fictives".

Mais ces lois ont beaucoup de détracteurs, qui estiment qu'elles restreignent la liberté d'expression.

- Rémunération des producteurs de contenu:
Google et d'autres grandes plateformes sont accusées par la presse de tirer profit de ses contenus sans partager les revenus qu'elles en tirent. 

Pour résoudre cette situation, l'UE a instauré en 2019 un "droit voisin" qui doit permettre la rémunération des éditeurs de presse pour les contenus utilisés par les plateformes en ligne.

Après avoir rechigné, Google a signé en novembre des accords avec des journaux français pour rémunérer l'utilisation de leurs contenus, une première mondiale.

L'Australie est également passée à l'action dans ce domaine après 18 mois de négociations infructueuses entre géants de la tech et médias. Elle a dévoilé cet été un projet de "code de conduite contraignant" qui obligerait notamment les plateformes numériques à rémunérer les médias en échange de leurs contenus.

le Vendredi 18 Décembre 2020 à 05:55 | Lu 172 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus