Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Ne pas s'occuper de sa prostate, c'est comme regarder le lait déborder


PARIS, 9 septembre 2010 (AFP) - Avec une affiche qui met en scène une casserole de lait qui déborde, l'Association française d'urologie (AFU) organise le 15 septembre sa 6e journée de la prostate, sur le thème "n'attendez pas qu'il soit trop tard pour vous informer"


Ne pas s'occuper de sa prostate, c'est comme regarder le lait déborder
"Les hommes affichent un certain mépris pour leur prostate", notait jeudi devant la presse le Pr Pascal Rischmann, urologue et président de l'AFU.

Et pourtant, le cancer qui touche cette glande sexuelle masculine est le plus fréquent chez les hommes et constitue chez eux la 2e cause de mortalité par cancer, après celui du poumon. En 2005, selon les dernières estimations, il y a eu 62.245 nouveaux cas en France et 9.202 décès, soit un taux de mortalité en légère baisse (2,5%) depuis 2000.

A l'occasion de cette journée, en lien avec la semaine européenne de l'urologie, l'AFU veut informer les hommes sur les moyens qui existent pour éviter l'évolution des maladies de la prostate, telles qu'infection, obstruction, et bien sûr cancer. Outre le dossier d'information présenté sur le site de l'AFU, des urologues devraient organiser des séances d'information.

Le problème le plus fréquent est ce qu'on appelle l'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), qui se caractérise par une augmentation du volume de la prostate qui peut provoquer des troubles urinaires, et qui devient banale en vieillissant : elle concerne 1 homme sur 7 entre 40 et 49 ans, 1 homme sur 2 entre 60 et 69 ans.

Mais c'est surtout le cancer de la prostate qu'il s'agit de prévenir : il se développe lentement et en silence à la périphérie de l'organe. Quand les symptômes apparaissent, "il est un peu trop tard", soutient le Pr Laurent Salomon, de l'hôpital Henri-Mondor.

Pour dépister ce cancer avant qu'il ne se manifeste, on peut procéder à un toucher rectal et à une mesure dans le sang du taux de PSA (une protéine produite par la prostate). Ce test est régulièrement contesté : une valeur normale de PSA n'est pas une certitude d'absence de cancer, et un résultat élevé ne signe pas forcément un cancer. Il doit donc être confirmé par une biopsie, qui n'est pas anodine.

L'AFU prône pourtant un dépistage systématique -auquel est opposée la Haute autorité de santé- entre 55 et 69 ans, renouvelé régulièrement si la personne est à risque (cancers de la prostate dans la famille, origine africaine ou antillaise...). Car "plus on traite tôt, plus on a de chances de guérir", souligne le Pr Rischmann. Même si les traitements altèrent la vie sexuelle.

Mais si à 60 ans, le taux de PSA est inférieur à 1 nanogramme par ml, inutile de poursuivre les dépistages, estime l'AFU : le risque de décéder d'un cancer de la prostate est alors inférieur à 2%. Et quel que soit le niveau de PSA après 75 ans, plus besoin non plus de continuer à dépister ce cancer d'évolution généralement lente, selon ces spécialistes.

chc/bp/mmr

La prostate, c'est quoi, ça sert à quoi ?

Ne pas s'occuper de sa prostate, c'est comme regarder le lait déborder
La prostate, composée de fibres musculaires et de glandes, est un organe sexuel uniquement masculin situé sous la vessie et en avant du rectum, qui grossit avec l'âge et participe à l'élaboration et à l'expulsion du sperme.

Toute petite à la naissance, la prostate grandit pour atteindre quelques centimètres à la puberté. On compare en général sa taille à celle d'une chataigne. Elle se stabilise à l'âge adulte. Chez les personnes âgées, elle grossit au point de devenir souvent hypertrophique. En simplifiant, on estime que 60% des hommes de 60 ans ont une grosse prostate, 70% des hommes de 70 ans et 80% des hommes de 80 ans.

La prostate est traversée par l'urètre, le canal par où s'éliminent les urines et qu'elle comprime quand elle augmente de volume, provoquant des troubles urinaires.

En préambule à l'éjaculation, c'est aussi par l'urètre que passe le sperme, un mélange de spermatozoïdes, venus des testicules par les canaux déférents, et de fluide séminal, produit aux deux tiers par les vésicules séminales et pour le reste par la prostate.

Au moment de l'éjaculation, grâce à ses cellules musculaires, la prostate se contracte et participe, avec les muscles de l'urètre et du périnée, à l'évacuation du sperme.

Si la prostate joue un rôle dans l'éjaculation, elle n'a, en revanche, rien à voir avec l'érection.

La prostate est un organe parfois mal connu. Interrogés en 2008 pour un micro-trottoir de l'Association française d'urologie, des passants affirmaient que c'était "une maladie qu'on opère", d'autres se contentaient de dire que cela avait "un rapport avec le sexe". Quant au médecin de la prostate, disait en riant une personne interrogée, c'est le "prostatologue". En fait, c'est l'urologue.

chc/bp/mmr

Rédigé par Par Christine COURCOL le Jeudi 9 Septembre 2010 à 05:53 | Lu 1744 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies