Tahiti Infos

Navalny et son combat contre Poutine, en 10 dates


Crédit Alexander NEMENOV / AFP
Crédit Alexander NEMENOV / AFP
Paris, France | AFP | vendredi 04/08/2023 - Le principal opposant russe, Alexeï Navalny, a survécu à un empoisonnement en 2020 pour être envoyé au bagne et a été condamné vendredi à 19 années de prison supplémentaires pour "extrémisme". Voici 10 dates du combat qu'il a engagé contre le maître du Kremlin, Vladimir Poutine. 

- 2007: actionnaire dans des entreprises publiques -
Diplômé en droit des affaires, M. Navalny achète à partir de 2007 des actions d'entreprises semi-publiques afin d'accéder à leurs comptes et d'exiger leur transparence. 

La même année, il est exclu du parti d'opposition libéral Iabloko pour ses prises de positions ultra-nationalistes. 

Sur son site internet Rospil, il traque dès 2010 des faits de corruption en décortiquant comptes et appels d'offre de l'administration. 

- Hiver 2011: à la tête des manifestations anti-Poutine -
A l'hiver 2011, il prend la tête du mouvement de contestation des législatives remportées par le parti au pouvoir. Les rassemblements sont d'une ampleur inédite depuis l'arrivée au pouvoir de Poutine en 2000. 

Le blogueur écope de ses premières peines de prison.

Pour lutter contre la corruption du gouvernement, il crée la Fondation anti-corruption (FBK).

- Juillet 2013: procès pour escroquerie -
 
Il est condamné à cinq ans de camp le 18 juillet 2013 pour détournement d'argent au détriment de Kirovles, une exploitation forestière de la région de Kirov (ouest). 

L'opposant dénonce un procès politique. Il obtient en appel une peine avec sursis.

- 2013: candidat à la mairie de Moscou -
Il devient le visage de l'opposition en recueillant 27,2% des voix à l'élection pour la mairie de Moscou en septembre 2013, face au maire sortant Sergueï Sobianine, un proche de Poutine. 

Deux ans plus tard, son parti, le Parti du progrès, est interdit. 

- 2017: les canards de Medvedev -
Dans une enquête sur YouTube, il accuse le Premier ministre Dmitri Medvedev d'être à la tête d'un empire immobilier financé par des oligarques. 

Des milliers de manifestants brandissent dans le pays des canards en plastique, en référence à une maison miniature dont disposeraient des canards dans l'une des résidences de Medvedev.

- 2018: interdit de présidentielle -
En décembre 2016, il se porte candidat à la présidentielle de 2018. 

Six mois plus tard, la commission électorale annonce qu'il est inéligible: en cause, sa condamnation dans l'affaire Kirovles. 

- Août 2020: empoisonnement -
Le 20 août 2020, il frôle la mort. Hospitalisé dans un état grave en Sibérie, il est transféré dans le coma à Berlin à la demande de ses proches.  

Le 2 septembre, Berlin conclut à un empoisonnement par une substance de "type Novitchok", produit neurotoxique développé à des fins militaires à l'époque soviétique. 

Navalny accuse nommément Poutine. "Inacceptable" pour Moscou.

- Janvier 2021: arrêté et emprisonné -
Après cinq mois de convalescence, Navalny décide de rentrer en Russie malgré la certitude d'y être arrêté, ce qui arrive dès son atterrissage à Moscou le 17 janvier 2021.

Des dizaines de milliers de sympathisants manifestent. 

Son entourage divulgue un scoop sur un palais construit par Poutine sur les bords de la mer Noire. L'enquête engrange des dizaines de millions de vues sur YouTube. Le président doit démentir en personne. 

Le 2 février, Navalny écope de deux ans et demi d'emprisonnement, la justice convertissant l'ancien sursis pour "fraude" en sentence ferme. 

Il est envoyé dans une colonie pénitentiaire à Pokrov, à 100 km à l'est de Moscou. 

Les manifestations de soutien aboutissent à 10.000 arrestations. 

Son organisation anti-corruption FBK est fermée pour "extrémisme".

- Mars 2022: 9 ans de prison -
Le 20 octobre 2021, il reçoit le prix Sakharov de défense de la liberté de pensée.  

En Russie, il rejoint la liste des "terroristes et extrémistes".

Jugé coupable d'"escroquerie" et d'"outrage à magistrat", il est condamné le 22 mars 2022 à neuf ans de prison et transféré dans une prison à 250 km à l'est de Moscou, d'où il continue à pourfendre l'invasion de l'Ukraine.

- Août 2023: nouvelle condamnation pour "extrémisme" -
Le 4 août 2023, il est condamné à 19 ans de prison, une peine qu'il devra purger dans une nouvelle colonie pénitentiaire aux conditions particulièrement difficiles, à l'issue d'un nouveau procès pour "extrémisme" lors duquel l'opposant, qui comparaissait à huis clos, avait dit s'attendre à une peine "longue, stalinienne".

le Vendredi 4 Août 2023 à 05:56 | Lu 556 fois