Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Mondial-2015 - "Vous n'aimez pas notre haka? Inventez donc le vôtre!", conseille un expert



Wellington, Nouvelle-Zélande | AFP | jeudi 01/10/2015 - Comment réagir face à des adversaires qui se frappent la poitrine à grands coups de poing, ou tapent du pied à faire trembler la Terre ? "Il faut répondre par votre propre haka", conseille un professeur néo-zélandais d'origine maorie.

Savamment disposés, le regard noir planté sur l'adversaire, les All Blacks "exécutent" une danse rituelle, le haka avant le coup d'envoi de chaque match. Dans sa version la plus courante, le "Ka mate", ou dans le registre plus guerrier, le "Kapa o pango", achevé (ou non) par un geste d'égorgement.

Par cette danse d'origine maorie, les All Blacks intimident ou galvanisent l'équipe adverse. De nombreuses équipes ont essayé de trouver une parade.

En 1989, l'Irlande avait avancé au devant des néo-zélandais, jusqu'à se retrouver nez-à-nez avec eux. Deux ans plus tard, en demi-finales du Mondial-1991, l'ailier Australien David Campese avait copieusement ignoré le haka néo-zélandais en continuant son échauffement.

Plus récemment, les Français avaient revêtu des tee-shirts bleu-blanc-rouge en 2007 puis, lors de la dernière finale de Coupe du monde en 2011, ils avaient marché, en dessinant un "V", au-devant des néo-zélandais, jusqu'à pénétrer dans leur camp. Ce qui leur avait valu une amende.

"Il faut répondre au haka par votre propre haka", conseille le professeur néo-zélandais d'origine maorie Timoti Karetu, auteur d'un ouvrage sur les origines du haka.

"En fait, c'est une provocation à laquelle ils attendent une réponse. Si vous ne répondez pas, selon la culture maorie ça veut dire que vous les laissez prendre l'avantage.", explique Karetu.

"Il faut les regarder, les écouter, et ensuite faire valoir votre propre réponse", appuie le professeur.

- "Haka contre haka" -

"Si vous n'avez pas votre propre danse, le mieux est de rester stoïque et respectueux, avant d'engager le jeu", ajoute l'expert, qui garde en mémoire cette attitude adoptée par les Gallois pendant plus de trois minutes après la fin du haka néo-zélandais, à Cardiff en 2008.

Les voisins polynésiens des Néo-Zélandais, eux, ont déjà leurs propres danses rituelles: les Samoa ont le "Siva Tau", les Tonga ont le "Sipi Tau" et les Fidji le "Cibi".

"Dans la tradition maorie, c'est haka contre haka. On voit ça dans toutes les écoles de rugby de Nouvelle-Zélande", ajoute le professeur Karetu.

"Ca met un peu de couleur, de culture et de théâtre aussi dans le sport", apprécie l'ancien all black, Dallas Seymour.

Pourtant, le haka des All Blacks n'a pas toujours été aussi théâtral que celui de Richie MacCaw et de ses coéquipiers.

D'abord timide et interprété par des joueurs penauds, le haka aurait été réinventé à la fin des années 1980 par le capitaine de l'époque, Buck Shelford, pour mettre en avant son héritage Maori dont il était très fier.

- "Puiser des idées dans sa propre culture" -

Mais toutes les équipes n'ont pas cet héritage rituel pour contrer le haka. L'Australie avait bien essayé, en 1908, lors d'une tournée dans l'hémisphère nord, d'intimider avec un cri de guerre aborigène.

Mais cette expérience, plutôt ridicule, a tourné à l'échec, d'autant plus que le capitaine de l'époque Herbert Moran détestait cela, rappelle la Fédération australienne (ARU).

Dallas Seymour, lui, aimerait bien voir l'Australie tenter autre chose, et les autres pays s'essayer à l'exercice. "Chaque pays devrait puiser des idées dans sa propre culture. J'adorerais voir des réponses au haka en Gaelique, Gallois ou Japonais".

En attendant, le haka suscite surtout des idées de parodie. Récemment, le XV de la Rose a lancé la sienne, baptisée la "hakarena", référence au célèbre tube à la chorégraphie simpliste des années 1990. Mais celle-ci n'a jamais été dansée sur le terrain. Pour l'instant...


Rédigé par () le Jeudi 1 Octobre 2015 à 05:30 | Lu 513 fois






1.Posté par emere cunning le 01/10/2015 11:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ah oui alors, faut faire kek chos'.
J'ai une idée mea ma, les français devraient répondre au "ka mate" par quelques pas de bourrée.
But why not ? Maories are cruel, frenchies are cute. Hey, y'a de quoi les déstabiliser.

2.Posté par Aubrac le 01/10/2015 14:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'idée de la bourrée est excellente. Selon les ethnologues, la bourrée auvergnate tire en effet ses origines des danses pyrrhiques des guerriers grecs. Plusieurs auteurs grecs et latins, signalent d'ailleurs à diverses reprises la bourrée dansée par les Celtes. Or le peuple arverne, ancêtre des Auvergnats, est d'origine celte...
A l'origine, la bourrée d'Auvergne n'était dansée que par les hommes, qui poussaient une sorte de cri de guerre en dansant, comme pour motiver les guerriers avant un combat. Comme chacun le sait, les Arvernes constituaient une nation guerrière qui sous la conduite de Vercingétorix a mené la lutte contre les colonisateurs Romains en 52 avant Jésus-Christ.

3.Posté par emere cunning le 03/10/2015 09:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Aubrac,
Ahhh, la bourrée, une danse guerrière à l'origine !!! J'en reste bouche bée (as I was just joking) pour avoir vu danser la bourrée auvergnate (very cute) ; comme quoi, on apprend tous les jours, merci à vous. Reste à la rétablir en nous dénichant un Vercingétorix (les césar ne manquent pas dans l'actuelle Gaule) assez convaincant pour nous entraîner au cri de guerre.

4.Posté par Aubrac le 04/10/2015 10:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En fait, au cours des siècles, la bourrée a subi de nombreuses évolutions, jusqu'à devenir une danse à la mode à la cour de France, sous François 1er. La nature de la danse originelle a été complétement oubliée, pour laisser place de nos jours à une simple danse folklorique.
On assiste un peu au même phénomène avec les danses tahitiennes, dont certaines sont manifestement d'inspiration guerrière. Mais à force de rechercher l'esthétisme, on finit par dénaturer les traditions.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués