Tahiti Infos

Mihimana Braye : "On s'est vraiment fait plaisir"


Mihimana Braye, en 2019, lors des Trials à Teahupo'o où il a été éliminé au stade des demi-finales.
Mihimana Braye, en 2019, lors des Trials à Teahupo'o où il a été éliminé au stade des demi-finales.
Tahiti, le 15 août 2021 - Mihimana Braye, 25 ans, faisait partie des quatre Tahitiens à avoir obtenu, cette année, une wild-card (invitation) pour le Tahiti Pro, à Teahupo'o. L'intéressé aurait alors pris part à ce premier main-event dans la passe de Hava'e aux côtés de Michel Bourez, Kauli Vaast et Matahi Drollet dans le tableau masculin. Si le jeune homme a avoué avoir eu du mal à digérer l'annulation de la compétition, il a pu néanmoins se faire plaisir, comme beaucoup de ses camarades, vendredi lors d'un swell historique sur le spot du bout de la route. 

Vous deviez participer cette année à votre premier main-event à Teahupo'o. Comment avez-vous pris la nouvelle de l'annulation de la compétition ? 
J'étais évidemment très déçu comme les autres Tahitiens qui devaient participer à la compétition cette année. Ça a été une nouvelle dure à avaler. Personnellement ça faisait quatre mois que je me prépare vraiment à fond. Ça fait deux ans que l'on a pas eu de compétition d'une telle envergure à Tahiti et je voulais être prêt pour l'événement. Avec Kauli Vaast, Matahi Drollet ça aurait été une super opportunité pour le surf tahitien de briller lors de cette compétition. C'est triste pour nous et pour les étrangers qui se sont préparés pour l'événement après il ne faut pas être égoïste au vu de l'évolution de l'épidémie au fenua. 

A défaut de compétition vous vous êtes offert une session de free surf dantesque....
Oui on s'est vraiment fait plaisir sur le spot, vendredi et samedi. J'ai pu prendre quelques vagues en tow-in. On va dire qu'on a essayé de rentabiliser la journée. Ça devait faire peut-être deux ans que l'on n'avais pas eu un gros swell et c'était vraiment sympa sur l'eau. C'était normalement le week-end des Trials. Le vendredi il n'aurait peut-être pas pu lancer la compétition parce que c'était vraiment trop gros et trop dangereux pour les compétiteurs. Mais le samedi les vagues étaient toujours là et ça aurait été de superbes conditions pour les Trials. 




Avec l'annulation du Tahiti Pro quel est votre programme pour les prochaines semaines ? 
Il y a une compétition en France qui doit démarrer à la fin du mois d’août à Anglet (lire encadré). Elle devait se tenir en même temps que le main-event à Teahupo'o. L'objectif c'est de commencer à engranger des points au classement QS pour la prochaine saison en 2022. 

Votre objectif est toujours donc d'intégrer le Championship Tour (CT) ? 
Oui comme les années précédentes. Je ne me suis jamais détourné de cette objectif. Je viens de changer de zone dans le classement QS, pour passer de la zone Hawaii/Tahiti, à la zone Europe où évolue actuellement Kauli Vaast et Vahine Fierro. Et l'objectif aussi c'est de pouvoir disputer les Jeux olympiques en 2024 à Teahupo'o. J'ai regardé les JO de Tokyo cette année avec Michel Bourez et c'est clair que ça donne envie d'y être. Je vais tout donner pour y arriver. 

Kauli Vaast et Vahine Fierro auront leur chance d'intégrer cette année le CT en participant aux Challenger Series (CS). Qu'est-ce-que cela vous inspire ? 
La WSL a tout changé son mode de qualification pour le CT et j'avoue que c'est très difficile à comprendre ce nouveau système.  Mais comme Kauli et Vahine je vais peut-être pouvoir disputer les CS. Je saurai à la fin du mois si je suis qualifié ou non. Si c'est le cas j'aurai ma chance d'intégrer le CT dès la prochaine saison. D'autant plus que personnellement je ne me suis jamais aussi bien senti sur le plan physique et mental. Si je suis retenu je serai prêt. 

Rédigé par Désiré Teivao le Dimanche 15 Août 2021 à 17:52 | Lu 1117 fois