Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Mieux connaître la cathédrale des Gambier


La cathédrale Saint-Michel des Gambier, après une restauration importante, va être réouverte aujourd'hui au culte en présence des personnalités religieuses et politiques du Pays.


Mieux connaître la cathédrale des Gambier
La cathédrale des Gambier, dédiée au plus grand des anges Saint-Michel qui est considéré comme le patron de la France a été construite au siècle dernier, sous l'égide des missionaires de Picpus, pour permettre à l'évêque de rassembler autour de lui l'ensemble de la chrétienté . Elle a été édifiée à l'emplacement de l'ancien temple des idoles que le roi des Gambier avait permis d'utiliser comme église provisoire dès 1835.

La première pierre fut posée le 17 janvier 1839 et dès avril 1841 la construction est quasiment terminée. La cathédrale est construite en pierres de corail recouvertes d'un enduit à la chaux corallienne. C'est par radeaux tirés par une vingtaine d'hommes qu’ont été transportés les blocs de corail des carrières situées à plus de 16 kilomètres de Rikitea. Les dix huit colonnes en pierres de corail taillées supportent une voûte tissée en roseaux recouverte de chaux appuyée sur une solide charpente en bois de uru (arbre à pain) reliées avec du nape (bourre de cocotier tressée). La couverture est réalisée en feuilles de cocotier tressées et en feuilles de pandanus. Les décorations intérieures sont impressionnantes. L'église bénite le 15 août 1841, n'avait pas alors les deux tours et le portail, qui l'ornent aujourd'hui. Les deux clochers furent édifiés dans les années 1847-1848.

La cathédrale est fermée en 2005 pour cause d’insécurité, la charpente était termitée et la voûte présentait d’impressionnantes fissures. En novembre 2006, lors du Conseil d’orientation pour le suivi des conséquences des essais nucléaires, le maire des Gambier, Monique Richeton, propose sans hésiter la restauration de la cathédrale Saint-Michel comme « compensation » pour les Gambier en réparation aux préjudices de 30 ans d’occupation militaire. Cette demande surprend les interlocuteurs de l’Etat, soucieux de la laïcité inséparable des actions de la République. Mais les lois de séparation de l’Eglise et de l’Etat ne s’appliquent pas pleinement en Polynésie. Mais l'utilité de cette rénovation coûteuse financée en grande partie par l'Etat et le Pays est également contestée alors que les prémices de la crise économique commencent à apparaître. Quoiqu'il en soit, le septembre 2009 démarre la restauration sous la baguette de l'architecte des bâtiments historiques métropolitains Pierre-Antoine Gatier, qui s'était engagé au départ de respecter les principes de construction et les matériaux d’origine. Mais les difficultés pour se procurer ces matériaux et pour trouver une main d’œuvre qualifiée l'ont contraint à utiliser d’autres solutions techniques moins "locales" comme une curieuse toiture en cuivre. Quelques moulures en chaux et quelques fresques peintes ont disparu sous les nouvelles couches de peinture, mais le volume intérieur est sublimé par un superbe éclairage à Led.


Plus d'informations culturelles et patrimoniales sur le site de tahitiheritage.pf

Rédigé par Tahiti Heritage. www.tahitiheritage.pf le Vendredi 2 Décembre 2011 à 20:16 | Lu 622 fois






1.Posté par J.M. le 03/12/2011 18:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette église, c'est aussi, ne l'oublions pas, l'un des symboles de la destruction par l'arrivée du christianisme de la culture et des traditions des Polynésiens. Que ce soit cette cathédrale ou de très nombreux temples protestants aux iles du vent et sous le vent, et aux Australes, ces édifices ont été construits sur d'anciens marae, que les curés et pasteurs avaient fait démanteler préalablement par la population, tout en brûlant, dans de grands autodafés, les représentations des anciennes divinités.
En effet, ce n'est pas le "colonialisme" français qui a détruit la civilisation polynésienne, mais c'est bien les curés et les envoyés évangéliques de la London Missionary Society. personne ne le relève ? J'invite chacun à lire, ou relire à ce sujet Les Immémoriaux, de Victor Ségalen.

2.Posté par honugirl le 04/12/2011 09:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui, cette cathédrale a été construite au prix du sang et de la destruction de la culture de Mangareva. Une catastrophe humaine, culturelle et écologique.
Mais c'est un sujet TAPU!!!
Ce sont effectivement principalement les différentes églises qui ont détruit la civilisation ancienne. Car il s'agissait bien de civilisation.
A quand enfin un grand débat???

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Février 2018 - 10:26 Temple chinois Kanti de Tahiti

Vendredi 9 Février 2018 - 11:00 Arrivée de la Bounty à Tubuai

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies