Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Médicaments anticancer : un pharmacien soupçonné d'avoir détourné 815.000 EUR



MEAUX, 2 octobre 2014 (AFP) - Un pharmacien de Seine-et-Marne, soupçonné de s'être fait rembourser frauduleusement par la Sécurité sociale pour 815.000 euros de médicaments anti-cancer, qu'il n'avait en réalité jamais commandés ni vendus, a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Meaux, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Cet homme qui avait pignon sur rue depuis 20 ans à Champs-sur-Marne, a reconnu avoir escroqué l'assurance-maladie pendant près de quatre ans, ont précisé une source judiciaire et une source policière.

Il pratiquait "l'auto-délivrance d'une quantité massive de médicaments très onéreux, destinés à soigner des cancers très avancés", a relaté la source judiciaire, confirmant une information du Parisien.

Le pharmacien établissait "de fausses ordonnances d'hôpitaux" et se faisait ensuite rembourser des médicaments contre les cancers "très avancés", a relaté la source policière. Extrêmement onéreux, ces traitements coûtaient de 900 à 2.700 euros par boîte, a-t-elle ajouté.

Pour obtenir le remboursement, le pharmacien prétendait vendre ces traitements à lui-même ainsi qu'à un client, et à son compagnon. Ces deux personnes, dont l'une souffre réellement d'un cancer, ont été mises hors de cause par les enquêteurs de la police judiciaire de Meaux.

L'escroquerie est passée inaperçue pendant quatre ans, avant qu'en août 2013, un contrôle du RIS, l'assurance-maladie des travailleurs indépendants, ne permette de lever le lièvre. "Les montants atypiques des remboursements ont attiré l'attention" a précisé un porte-parole de l'organisme de Sécurité sociale, qui a porté plainte aux côtés de la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM).

Placé en garde à vue au terme d'une enquête de plusieurs mois, le pharmacien a fini par avouer les faits. "Assez fragile psychologiquement", il semblait "avoir perdu la notion du bien et du mal", a relaté la source policière. Remis en liberté sous contrôle judiciaire, il doit être jugé début novembre pour escroqueries, faux et usage de faux.

Rédigé par () le Jeudi 2 Octobre 2014 à 05:40 | Lu 311 fois





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Avril 2021 - 05:55 AstraZeneca, le vaccin mal-aimé

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies