Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Mayotte: Plus de 27.000 personnes éloignées du territoire en 2019



Mamoudzou, France | AFP | mardi 11/02/2020 - Plus de 27.000 personnes ont été reconduites à la frontière en 2019 à Mayotte, dont 99% vers les Comores voisines, a indiqué lundi le préfet de Mayotte. 

Au total, 27.421 personnes ont été reconduites à la frontière, soit une hausse de 39% par rapport à 2017, a précisé le préfet Jean-François Colombet, lors d'un point-presse global sur la délinquance. Ce chiffe dépasse l'objectif des 25.000 reconduites fixées par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.
L’année 2018, durant laquelle les Mahorais ont manifesté pendant trois mois pour la lutte contre l’insécurité, n’a pas été prise en compte en raison de nombreux barrages de routes qui avaient alors limité le déplacement des habitants, entraînant une baisse du nombre de faits portés à la connaissance des forces de l’ordre, faute de plaintes, a précisé le préfet.
Dans l'archipel de 374 km2, devenu département français en 2011, 48% des 256.000 habitants sont des étrangers selon l'Insee, dont 95% de Comoriens. Ces derniers sont nombreux à tenter la traversée depuis l'île comorienne d'Anjouan, à 70 km de là. 
En 2019, neuf filières d'immigration clandestine ont par ailleurs été démantelées, selon le préfet. La dernière l'a été en décembre dernier: sept personnes, dont un fonctionnaire de la PAF, ont été arrêtées et mises en examen pour aide à l'entrée et au séjour d'étrangers, corruption active et passive. 
En matière de délinquance, le préfet a annoncé une baisse des faits de délinquance de 1,9% par rapport à 2017. 
La baisse concerne les atteintes aux biens (-11,4 %), les cambriolages (-30,8 %) ainsi que les vols avec violence (-13,8 %) ou sans violence (-13,9 %). En revanche, les violences physiques non crapuleuses (ou violences gratuites) ont augmenté de 12,3 %. 
Cela concerne notamment les violences en milieu scolaire, mais également les violences envers les forces de l'ordre. Au total, 235 policiers et gendarmes ont subi des violences dans l’exercice de leurs fonctions en 2019. 
En 2018 déjà, la préfecture avait évoqué des agressions contre les forces de l'ordre de plus en plus violentes avec plusieurs tentatives d'homicides recensées. En juin 2018, deux gendarmes avaient ainsi été sérieusement blessés à Bandrélé (sud-est), dont l'un très grièvement, par des jets de pierres, à l'occasion d'une interpellation.
Les violences intrafamiliales déclarées ont explosé, avec une hausse de 47,6 % par rapport à 2017. Celles-ci sont de plus en plus dénoncées et la prise en compte des victimes au sein du commissariat et des brigades de gendarmerie s'est améliorée. Pour les mêmes raisons, les violences sexuelles sont également en hausse (+48,4 %).
Les infractions économiques et financières sont aussi en augmentation (+73,3 %). Elles regroupent faux en écriture, falsifications et usages de chèques volés et de cartes de crédit ou encore les abus de confiance.

le Mardi 11 Février 2020 à 06:39 | Lu 122 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus