Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Mars 2017 dans le rétro : les partis prennent position pour la présidentielle et de nouvelles inondations frappent le Pays



Chers lectrices, chers lecteurs,

Avant de se lancer vers une nouvelle année, Tahiti Infos profite de la trêve des confiseurs pour faire le point sur celle qui vient de s’écouler. Posons nous quelques jours sur les événements qui ont marqué notre quotidien durant cette année 2017.
La Polynésie française a été marquée en mars par la signature de l'accord de l'Elysée et le soutien du Tahoeraa Huiraatira à Marine Le Pen pour la présidentielle...

6 mars Sinistrés depuis le 22 janvier, ils vivent sous un chapiteau

Ils ont tout perdu lors des intempéries du mois de janvier. Maison, fa'a'apu, animaux, tout a été emporté par les eaux. Pendant plusieurs mois, Mareva et son mari vivent sous un chapiteau. Ils ont vivoté grâce notamment à l'association Rima Taure'a de Tom Tefaaora.
Un mois et demi après les fortes intempéries du 22 janvier, les sinistrés ont repris leurs habitudes. Certains ont obtenu des bons d'aide en matériaux de l'OPH, tandis que d'autres attendaient leur nouveau fare OPH. Plus de 200 familles sinistrées par ces fortes pluies.
Malheureusement, ces inondations ont révélé certains disfonctionnement au sein des communes et des administrations, plusieurs moi après les inondations certaines familles étaient toujours complètement livrées à elles-mêmes.
Mareva et son époux en font partie, ils vivent dans le quartier Cadousteau, PK 19,5 à Paea. Lors des intempéries du 22 janvier, ce couple d'agriculteurs a tout perdu. "Il a beaucoup plu ce fameux soir", se rappelle Mareva. "Notre fa'a'apu a pris l'eau. Mon mari m'avait appelée, mais il était déjà trop tard. Quand nous nous sommes retournés, il y a eu une énorme coulée de boue qui arrivait jusqu'à notre poitrine", poursuit-elle.
Leur maison a complètement été détruite, il ne reste plus rien non plus de leurs champs agricoles. "J'ai perdu aussi mes animaux, mes canetons, cochons et chats. J'avais une tarodière de 5 000 m² et une cressonnière", explique la mère de famille. Suite à cet article, le ministre Jean-Christophe Bouissou s'est saisi du dossier afin d'accélérer la prise en charge de ces dossiers.

9 mars : Vodafone installe un réseau 4G à Tahiti

Athanase Teiri, "roi" autoproclamé de la communauté Pakumotu.
Athanase Teiri, "roi" autoproclamé de la communauté Pakumotu.
Vodafone a annoncé le 9 mars que son réseau 4G de dernière génération sera lancé dans la grande agglomération urbaine d'ici la fin 2017. Il offrira des débits 4 fois plus rapides que la technologie 3G, et sera déjà prêt pour les futures évolutions techniques. L'OPT pourrait présenter son propre plan de déploiement la semaine prochaine.
Fin 2017, les abonnés Vodafone passant par la grande agglomération verront une différence subtile sur les écrans de leurs smartphones : le logo 3G (ou "H+") sera remplacé par le logo 4G. Car Vodafone a annoncé ce jeudi 9 mars qu'il allait investir entre 500 et 800 millions de francs cfp pour mettre à jour son réseau afin de proposer la 4G, étendre la couverture 3G et se préparer au prochain standard. Vodafone est en train de tester les appareils de trois équipementiers différents et de mettre à jour tout son système technique avant de faire son choix final.
Le calendrier annoncé par Vodafone prévoit un déploiement sur la grande agglomération d'ici la fin de l'année – nos confrères de Tahiti Pacifique précisant même que l'objectif interne est une mise en service en novembre. Le reste de Tahiti sera couvert en 2018.
La grosse nouveauté qu'apportera la 4G tient à la vitesse de la connexion à l'internet mobile. Vodafone promet que ce nouveau réseau sera quatre fois plus rapide que l'actuel

14 Mars Mort d'Alex du Prel, fondateur du Tahiti Pacifique

La Polynésie française a été touchée par de fortes pluies en janvier et février.
La Polynésie française a été touchée par de fortes pluies en janvier et février.
Alexandre du Prel, AdP, s’est éteint ce mardi sur son île de Moorea à l'âge de 73 ans. Il laisse derrière lui une famille dans la tristesse mais aussi des milliers d’amis, pas tous virtuels, qu’il avait su entraîner dans l’aventure du magazine qui lui a valu sa notoriété : Tahiti Pacifique. Ils sont nombreux sinon à la pleurer mais du moins à regretter sa disparition qui va laisser un grand vide dans le microcosme journalistique local.

17 mars : Fritch et Hollande signent "l'accord de l'Elysée"

Mars 2017 dans le rétro : les partis prennent position pour la présidentielle et de nouvelles inondations frappent le Pays
Le président de Polynésie française et le président de la République ont tous deux salué un accord politique qui "rapproche la Polynésie et la France". Le texte doit maintenant être adopté par les assemblées élues du fenua
Entourés de plusieurs ministres, de parlementaires et d'officiels de tout l'outre-mer, les deux hommes se sont réunis afin de "parapher" l'Accord de Papeete - acte qu'un huissier a d'ailleurs désigné comme "l'Accord de l’Élysée pour le développement de la Polynésie française". Engagement pris par François Hollande lors de sa visite dans le Pacifique, en 2016, le document précise les orientations stratégiques des décennies à venir, en ce qui concerne les relations de la Polynésie avec la France. "C'est un accord politique plus que juridique : il met pleinement la Polynésie française dans la république", s'est félicité François Hollande, avant de préciser que l'accord et ses dispositions concrètes - qui prévoient notamment des investissements prioritaires dans certains secteurs comme le désenclavement des territoires lointains ou l'amélioration de l'offre de soins – améliorera selon lui la qualité de vie des Polynésiens.
Pour commencer ce nouveau chapitre, envisagé dans les relations entre la France et la collectivité du Pacifique, un accord qui découle directement du premier a été signé avec la ministre de la Culture, Audrey Azoulay. "Depuis trop longtemps, nous manquons d'un accord-cadre dans ce domaine", s'est émue la ministre. "Cette convention est la marque d'un respect profond envers la culture polynésienne et permettra de mieux la préserver ainsi que de mieux la diffuser à travers la création d'un Centre culturel de la Polynésie française, à Papeete".
Un expert du ministère de la Culture sera également détaché dans le Pacifique afin d'appliquer la convention de la manière la plus efficace possible. Comme le précédent document, la convention culturelle a été paraphée par les membres du gouvernement et les deux présidents réunis sous les ors du Palais de l'Elysée.

20 mars: Le centre de détention Tatutu inauguré

Le lundi 20 mars, le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a inauguré la nouvelle prison de Papeari. Parloirs, cellules, zones ouvertes : la délégation du garde des Sceaux a fait le tour de cet établissement tant attendu.
Le soleil s'est lui aussi invité à l'inauguration du centre de détention Tatutu, situé à Papeari sur la commune de Teva i Uta. A l'intérieur de l'établissement flambant neuf, les 250 surveillants sont au garde-à-vous. Voilà plusieurs semaines qu'ils attendent cette journée : la visite du ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas. Il reste quelques finitions mais l'établissement est fin prêt à accueillir les 410 pensionnaires.
Le parloir, des petites salles avec tables et chaises où les détenus pourront passer du temps avec leurs familles, sont prêts. Il en est de même pour les cellules. La prison de Papeari innove en la matière. La majorité d'entre elles sont des cellules individuelles. Les plus petites sont de 9 mètres carré, les plus grandes sont de 13 mètres carré et peuvent accueillir deux prisonniers.
Seules les personnes condamnées à de longues peines y seront incarcérées. Il n'y aura que des hommes.

Les dates

1er mars : Les communes associées de Makemo veulent leur indépendance. Les maires délégués de Raroia / Takume et de Taenga / Nihiru ainsi que des conseillers municipaux se lèvent pour dénoncer l'inaction du maire envers leurs projets. Ils demandent qu'un conseil municipal soit mis en place pour débattre de la défusion de ces atolls.

2 mars: Environnement. Des champions de surf en travers d’une pelleteuse : la scène s’est déroulée ce mercredi matin à l’embouchure de la Taharu’u, la rivière principale du district de Papara, à Tahiti. Ce n’est pas une première, c’était déjà arrivé en 2015 à Mundaka, au Pays basque. Le message des surfeurs est clair « Touches pas à mon spot ! ».

3 mars : Contrat de projets. Après avoir entendu les membres du comité de pilotage, le Haut-Commissaire de la République et le Président de la Polynésie française ont arrêté la programmation de 6 nouvelles opérations pour un montant total près de 1,12 milliard de FCFP pour des projets concernant l'eau potable et le traitement des déchets.

6 mars : Câble. Le projet de câble sous-marin international négocié entre la Polynésie française, la Nouvelle-Zélande, les îles Cook et les Samoa est enfin officialisé. Le financement et l'appel d'offres pour sa construction devraient être finalisés cette année. Le câble a également été baptisé Manatua.

7 mars : Crash d'Air Moorea. Le juge Fragnoli a clôturé son instruction. Près de dix ans après le drame, Le juge d'instruction Thierry Fragnoli a officiellement signé la clôture de l'instruction dans le douloureux dossier du crash d'Air Moorea. La dernière étape procédurale a été franchie ouvrant la voie au procès au pénal dans l'affaire de cette catastrophe aérienne qui avait fait vingt morts, le 9 août 2007, au décollage de l'aéroport de Temae.

13 mars : Viti réclame sa licence mobile. Le petit opérateur internet Viti a demandé une licence mobile il y a un an. Il veut proposer des forfaits mobiles utilisant son réseau 4G. Mais son dossier a pris six mois de retard, assez de temps pour que tous les autres opérateurs lancent leur réseau de nouvelle génération… Viti dénonce des "décisions politique visant à favoriser certains acteurs".

14 mars : Facebook, nouvel outil du procureur dans la lutte contre les violences intrafamiliales. Le parquet de Papeete a ouvert, lundi, sa propre page sur le plus célèbre des réseaux sociaux. L'objectif de cette nouvelle interface est de permettre aux personnes isolées, et notamment les mineurs, victimes ou témoins de violences, de se manifester directement auprès du procureur par simple e-mail.

15 mars : Vini ouvre son réseau 4G dans l'agglomération urbaine. Vini a ouvert son réseau 4G ce mercredi 15 mars, qui offrira des débits 5 fois plus rapides que sa 3G+. Ce réseau s'étend de Punaauia à Arue et est réservé aux 50 000 abonnés Vini Premium+.

21 mars : Evacuation clinique Cardella. La clinique Cardella a dû être évacuée mardi matin après que deux bidons d'un puissant désinfectant aient été renversés lors d'une opération de livraison. Les émanations de ce produit ont provoqué chez certains patients des picotements. Le produit a été dilué dans l'eau pour stopper les émanations.

23 mars : Le Tahoeraa Huiraatira soutient Marine Le Pen pour la présidentielle. Le grand conseil du parti orange a tranché à l'unanimité ce mardi soir. Les membres ont donc approuvé l'avis des élus du parti en acceptant de soutenir la présidente du Front National pour ces élections. Gaston Flosse met en avant le programme de Marine Le Pen pour justifier ce soutien (statut de pays associés, la dette nucléaire...). Un soutien qui sera effectif uniquement pour la présidentielle. En revanche, aux législatives ce sera une autre histoire.

25 mars :
Bruno Barrillot est décédé. Il était un ardent opposant des essais nucléaires en Polynésie française. Bruno Barrillot nous a quittés ce samedi matin. L'annonce a été faite par Oscar Temaru, lors du congrès du Tavini Huiraatira. Bruno Barrillot avait notamment repris ses fonctions en tant que délégué au suivi des conséquences des essais nucléaires, le 15 août 2016

27 mars : Salmonellose. 12 000 poules abattues par mesure de précaution à Taravao. La présence de salmonelle a été détectée récemment dans une ferme avicole de Taravao. La semaine dernière, 12 000 poules de la SCA Heia Tau Arii ont été abattues par mesure de précaution.

28 mars
: pêche. Un thonier près des côtes marquisiennes crée la colère des pêcheurs locaux. Depuis le 20 mars, un thonier venant de Tahiti s'est retrouvé à pêcher dans la zone réservée aux pêcheurs locaux, c'est-à-dire à moins de 20 nautiques. Depuis quelques jours, des pêcheurs marquisiens se lèvent pour dénoncer cela, certains d'entre eux sont même allés jusqu'à menacer les pêcheurs du thonier de couper leurs lignes
s'ils ne partaient pas. Le président de la Communauté de communes des îles Marquises interpelle le gouvernement, puisque ce dossier relève de la compétence du Pays.

30 mars : inondations. Une trentaine de familles de Hitiaa et Mahaena ont tout perdu. De fortes pluies se sont abattues dans la nuit du 29 au 30 mars sur Tahiti. Ces épisodes pluvieux ont causé plusieurs dégâts sur la commune de Hitiaa o te Ra.

Les phrases du mois

"Je soutiens la candidate. Pas le FN. Hors de question" Sandra Levy-Agami explique son parrainage pour Marine Le Pen. 3 mars 2017

"Oscar Temaru est le seul candidat à l'élection présidentielle capable de porter notre message, de défendre nos valeurs communes et de permettre l'émancipation des peuples et des nations sans Etat", expliquait Jean-Marc Rodriguez, maire de Poggio di Venaco alors qu'i expliquait pourquoi il parrainait le candidat Polynésien. 7 mars

L'actu en image : Estelle Anania, la plus belle femme tatouée de France. (3 mars)

Mars 2017 dans le rétro : les partis prennent position pour la présidentielle et de nouvelles inondations frappent le Pays
Elles étaient 13 participantes à l'élection "Ink Girl – France" créée en 2016. Estelle Anania a été élue le vendredi 3 mars "la plus belle femme tatouée de France". Estelle Anania a le corps tatoué à plus de 90%. Les dessins témoignent tous de moments forts, de rencontres, d'émotions, de réussites et de valeurs, ils sont de différents styles.

Les chiffres du mois

3,6 milliards de francs c'est la sommes prévue par Jean Jacques Urvoas, le garde des sceaux de l'époque, pour la rénovation de la prison de Nuutania.

109. Le nombre de parrainage pour Oscar Temaru. 55 voix venaient de Polynésie française, 20 de Corse, 28 de Nouvelle-Calédonie, quatre de Guyane, un du Pas-de-Calais et un des Côtes d'Armor.

Rédigé par Na M le Mardi 26 Décembre 2017 à 17:39 | Lu 703 fois






Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Janvier 2018 - 21:43 Une nuit pour lire et écouter des histoires

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués