Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Macron tente un pari incertain avec le référendum sur le climat



Paris, France | AFP | mardi 15/12/2020 - L'annonce d'un référendum sur le climat par Emmanuel Macron a reçu un accueil mitigé, certains saluant "une avancée majeure", d'autres dénonçant "un coup de com'", mais de nombreuses interrogations demeurent sur les chances de consulter les Français avant la fin du quinquennat.

Le temps presse car l'organisation d'un référendum, rare en France, est un processus long et complexe.

Prudent, le Premier ministre Jean Castex a dit mardi espérer qu'il puisse se tenir "si possible" avant la fin du quinquennat, en soulignant que cela dépendrait de l'évolution de l'épidémie de Covid-19.

"D'un point de vue de l'agenda parlementaire, ça passe", veut toutefois rassurer un ponte de la majorité.

Pour cela, le gouvernement proposera la réforme constitutionnelle, d'un seul article, probablement le 27 janvier, en même temps que la loi climat. Elle devra ensuite être votée "en des termes identiques" par les députés et par les sénateurs et, alors, "ce jour-là, elle sera soumise à référendum", a expliqué Emmanuel Macron lundi soir devant les membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC).

Dans le meilleur des cas, celui-ci pourrait être adossé aux élections régionales et départementales - pressenties pour se tenir en juin - ou en septembre.

Mais ce processus est loin d'être acquis en raison du contexte: la classe politique aura les yeux rivés vers la présidentielle de 2022 et le Sénat, fortement ancré à droite, pourrait être réticent à offrir un succès au président.

Le gouvernement a d'ailleurs échoué à deux reprises à modifier l'article 1er de la Constitution dans le cadre de projets de loi qui n'ont jamais vu le jour, en partie à cause de l'opposition du Sénat.

Pour le constitutionnaliste Fabrice Gartner, "la plus grosse probabilité, c'est que le référendum n'ait pas lieu". "De Gaulle, en 68, s'était vite ravisé après avoir proposé un référendum et avait finalement dissous l'Assemblée nationale", rappelle le professeur de droit public à l'Université de Lorraine, selon qui l'annonce d'Emmanuel Macron peut en revanche "nourrir un débat pour la campagne présidentielle".

Sans fermer la porte, les responsables de droite affichent également leur scepticisme. 

Le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau dit "attendre la formulation" du référendum, tandis que son homologue à l'Assemblée Damien Abad dénonce une "instrumentalisation de l'écologie à des fins politiques", se demandant: "Est-ce que ce texte va modifier la vie des gens ou pas?".

"Pas d'intérêt juridique" 

Pour la Convention et certaines ONG, la réponse à cette question est positive car "l'article 1er de la Constitution consacre le socle de nos valeurs républicaines", selon Grégoire Fraty, co-président de l'association "Les 150" qui regroupe la majorité des membres de la CCC.

Un référendum permettrait que "des millions de Français débattent et se prononcent", donnant ainsi "à la lutte pour l'environnement et contre le changement climatique une grande force", ce qui aurait "un effet d'entraînement pour nos dirigeants", ajoute-t-il.

C'est aussi pour cette raison que, tout en dénonçant "l'opportunisme" d'Emmanuel Macron, l'eurodéputé EELV Yannick Jadot dit qu'il ferait "campagne pour le oui" au référendum, qui "est une victoire culturelle majeure pour les écologistes" selon le secrétaire national du parti Julien Bayou.

Saluant "l'habileté" du président, le patron des sénateurs centristes Hervé Marseille se déclare "pas hostile à l'intention et au principe", mais que "l'important est de savoir comment est écrit" le projet de loi.

D'autres sont moins convaincus, comme l'ancienne ministre de l'Environnement Corinne Lepage, qui dénonce "une démarche largement inutile" et "un petit arbre qui cache une forêt de renoncements, de reculs et d'inactions" de la part du gouvernement.

Le professeur associé en droit de l'environnement à Paris I Panthéon-Sorbonne, Arnaud Gossement, est également dubitatif, en ne voyant pas "d'intérêt juridique" à une telle évolution, en faisant valoir que la Charte pour l'Environnement, votée en 2004, est déjà partie intégrante de la Constitution.

Jean-Luc Mélenchon (LFI) annonce qu'il voterait "non" au référendum qu'il assimile à une "manipulation".

Il s'agit d'"une énième manœuvre politicienne" d'Emmanuel Macron, juge Marine Le Pen, tandis que l'eurodéputé RN Nicolas Bay affirme que "les Français ne veulent pas un référendum sur le climat" mais "sur l'immigration".

S'il se tenait, ce référendum serait le premier à être organisé en France depuis 2005, et la victoire du Non à la Constitution européenne, et le premier sur l'écologie.

le Mardi 15 Décembre 2020 à 05:27 | Lu 114 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus