Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

MMA / Triathlon – Flore Hani et Teva Poulain ont rejoint le mouvement végan


Suite au premier Salon Végan du dimanche 10 décembre, nous évoquions l’engagement pour le véganisme de l’athlète Xterra Cédric Wane. Il a été rejoint par les sportifs polynésiens de renom Flore Hani et Teva Poulain. Nous avons voulu en savoir plus sur ce qui a motivé ces deux autres athlètes à modifier leur mode de consommation.


La population de Polynésie française est de plus en plus sensible aux problématiques liées à la santé
La population de Polynésie française est de plus en plus sensible aux problématiques liées à la santé
De plus en plus de personnes veulent prendre soin d’elles en Polynésie. La crise sanitaire liée au taux d’obésité plus qu’alarmant pousse une partie des personnes qui mangent trop sucré, trop salé, trop gras à vouloir changer leurs habitudes alimentaires. Le culte du corps bat son plein Polynésie : tatouages, danse, élection de miss, mister…A l’heure de l’explosion des réseaux sociaux, on veut paraître beau ou belle.
 
Le coaching se développe, les centres de fitness, de musculation fleurissent et la pratique du sport au sens large (surf, va’a, sports de combat, football, danse, fitness…) est bien dans les mœurs d’une partie de la population, accompagnée par un tissu associatif dense. Il y a l’apparence et il y a la santé, sport et nutrition sont censés aller de pair.
 
La combattante de MMA/boxe anglaise Flore Hani ainsi que le waterman/triathlète Teva Poulain ont rejoint la cause du véganisme. Leur but ? L’optimisation des performances sportives mais pas seulement.

Sport et nutrition sont intimement liés
Sport et nutrition sont intimement liés
Pour la santé mais aussi pour l’éthique
 
Les végans évitent de consommer des proteines issues du monde animal, ils se contentent des nombreuses possibilités offertes par le monde végétal pour leur fournir les proteines dont notre corps a besoin. En dehors de l’optimisation des performances sportives, les végans sont également sensibles à la cause animale.
 
Pour les besoins humains, 60 milliards d’animaux sont sacrifiés chaque année dans ce qui s’apparente, pour les végans, à de véritables « camps de concentration ». Pour les végans, l’élevage animal est également au cœur de la problématique environnementale : « pour produire un kilo de viande, il faut 16 kg de céréales et 15 000 litres d’eau. » La fin de l’élevage c’est donc, pour eux, la fin de la faim dans le monde.
 
Selon l’organisation mondiale de la santé, après une régression constante depuis une décennie, en 2016 la faim dans le monde a progressé de nouveau, ravivée par les conflits et les changements climatiques. Elle a touché 815 millions de personnes soit 11% de la population mondiale, dont 155 millions d’enfants de moins de cinq ans. En parallèle, 41 millions d’enfants sont en surpoids. SB

Lire aussi l'article "Cédric Wane, la révolution 
Végan..."

Teva Poulain, un adepte de disciplines sportives où l'on va au bout de soi même, le waterman et le triathlon
Teva Poulain, un adepte de disciplines sportives où l'on va au bout de soi même, le waterman et le triathlon
Parole à Teva Poulain :
 
Pourquoi as-tu modifié ton comportement alimentaire ?
 
« Mes résultats sportifs étaient convenables mais j’ai connu des baisses de régime qui m’ont amené à me poser des questions. J’étais ami avec Cédric Wane, il m’avait proposé de manger plus liquide que solide entre les épreuves de waterman parce que j’avais du mal à digérer. C’est ce que j’ai fait. Le waterman qui a suivi, j’ai gagné, cela a donc été véritablement efficace. »
 
« Les gens ont peur de devenir végan parce que pour eux c’est devenir maigre. On pense prendre des proteines animales pour être musclé, performant. Moi aussi j’avais peur, j’en avais pas envie, pour ma copine, pour moi. Puis Cédric m’a parlé de compenser cette perte de masse musculaire par des proteines végétales et des lipides comme l’avocat, l’huile d’olive ou d’autres bonnes graisses dont on a de nombreux exemples et dont le corps a besoin. »
 
Tu as abandonné les compléments de type « whey » ?
 
« Oui, je pense que de nombreux athlètes sont en train de s’abimer la santé. Moi j’ai basculé de l’autre côté, que cela soit en waterman ou triathlon, cela me réussit bien. Je suis content que Cédric soit en quelque sorte un porte-parole pour expliquer aux gens que ce n’est pas une secte. On est pas fous, cela concerne tout le monde, que l’on soit, sportif, chef d’entreprise ou personne lambda, cela permet de se sentir mieux dans sa vie, tout simplement. Il faut essayer, pour moi cela a marché. »
 
Concernant l’aspect économique ?
 
« Au final mes coûts ont été réduits. Le pot de proteine est très cher. Tout ce qui est transformé en général, les gels tout ça, c’est cher. L’alimentation végan est moins chère et tu performe plus, c’est tout bénéfice pour l’athlète et pour monsieur tout le monde aussi. Pour moi, cela a été le passage de la nuit au jour. Consommer local c’est possible, beaucoup de choses peuvent aussi se consommer crues. »

Flore Hani et son agent Avaro Neagle ont participé au 1er Salon Végan
Flore Hani et son agent Avaro Neagle ont participé au 1er Salon Végan
Parole à Flore Hani
 
Tu as modifié ta façon de t’alimenter ?
 
« J’ai progressivement supprimé tout ce qui est viande et produits laitiers de mon alimentation. J’ai fait l’expérience sur un camp d’entrainement avec tout ce qui est graines germées, légumes, fruits, salades, beaucoup de choses crues et quelques légumineuses comme les lentilles etc...Je me suis rendu compte que mes performances étaient vraiment meilleures. »
 
Qu’as tu ressenti ?
 
« Je n’ai pas eu une seule courbature pendant deux mois malgré les entrainements très intenses. Il n’y a pas eu un seul jour où je me suis réveillée en me disant « je suis fatiguée, je n’ai pas envie de m’entrainer ». Le jour de mon combat, j’ai fait une prestation magnifique. J’étais au top, j’ai gagné. Cette première expérience en 2015 du « cru » en retirant la viande m’a poussée à changer. »
 
Il y a un manque d’information ?
 
« Complètement. Quand on grandit, on nous met des normes, comme manger trois fois par jour, avaler des cachets quand tu es malade. L’alimentation c’est pareil, on te dit que pour bien grandir il faut manger des produits laitiers, bah non, c’est faux. J’ai complètement retiré le gluten de mon alimentation. C’est un poison, comme les produits laitiers. »
 
« En fait l’organisme l’assimile mal, la digestion est super longue et donc ça épuise à tous les niveaux. La digestion cela utilise des calories, de l’énergie. Donc, surtout pour un athlète, si tu utilises 70 % de ton énergie pour digérer, il te reste quoi pour t’entrainer ? L’athlète, il lui faut des vitamines. Pour un végan, les jus sont un apport de vitamines assimilables facilement. Manger cru et beaucoup de fruits, c’est vraiment important. »
 
Consommer végan, ce n’est pas plus cher ?
 
« Pas du tout, au contraire. Si tu manges essentiellement des fruits et des légumes, des légumineuses, des tubercules que tu trouves au marché, ce n’est pas plus cher. Je vois la différence, quand j’achetais du poisson à 1600 ou 1800 francs le kilo…Les gens se trompent, ils pensent qu’en mangeant végétarien ou végan tu vas devoir acheter des produits que tu n’a pas l’habitude de consommer, pas forcément. »
 
Ton mental de sportive t’a aidée pour modifier ton alimentation ?
 
« Complètement. Il ne faut pas changer de style d’alimentation en se disant, « il faut que je le fasse ». Je l’ai fait à la base parce que j’ai eu une prise de conscience éthique, j’ai vu une fois un abattoir, cela m’a suffit, j’ai compris. J’ai aussi pris conscience que ce n’était pas logique de consommer des fruits et légumes qui ne sont pas locaux alors qu’on a tout ici à disposition. »
 
« Je me suis rendue compte aussi que pour mon bien être, en tant qu’athlète, si je voulais être à 100% dans mes performances, il fallait que je me sente bien. Et pour me sentir bien, il ne fallait plus que je consomme des produits transformés. Cela a été un choix parce que j’ai senti que c’était ce qu’il me fallait. »

Rédigé par SB le Dimanche 24 Décembre 2017 à 12:53 | Lu 5859 fois




Sports | Territoriales 2018 | Les jeux | Présidentielles 2017 | Va'a 2017 | Parau Ha'uti | La tribune politique | La video de la semaine | OPEN | En exclu sur TAHITI INFOS | Faire-parts | Décès | Entrepreneurs du fenua | Mieux comprendre | SportLive | Expression libre | CCISM | Le savez-vous? | SERVICES | Archives | TIFO, la monarquenovela | programme TV | Hawai Nui va'a 2016 | Observatoire des Prix | Tiki | Legislatives 2017 | Les Portraits