Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Les repas de fêtes pas forcément mauvais pour la santé



PARIS, 20 décembre 2013 (AFP) - Foie gras, saumon fumé, chapon et bûche, les plats fétiches des repas de fêtes de fin d'année ne sont pas forcément mauvais pour la santé s'ils sont savourés lentement et sans tomber dans l'excès, selon des nutritionnistes interrogés par l'AFP.

"L'organisme arrive parfaitement à faire face à un excès ponctuel, il ne va pas forcément stocker" souligne le Dr Arnaud Cocaul, un nutritionniste attaché à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris.

Son avis est partagé par Solveig Darrigo, une nutritionniste diététicienne qui a participé aux conseils diffusés sur internet par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) "pour aborder sereinement cette fin d'année".

"Les excès s'éliminent naturellement à condition de ne pas être répétés pendant toute la période des fêtes et de prendre quelques précautions" avertit-elle.

Comme il est fréquent de passer à table très tard le soir du réveillon, elle conseille une petite collation en fin d'après-midi, composée d'un ou deux fruits, d'un laitage ou d'un tartine pour "éviter de se jeter sur la nourriture" plus tard.

Inutile également de se mettre à la diète dans les jours qui précèdent afin de pouvoir se lâcher sans culpabiliser le jour J.

"Car qui dit restriction, dit compensation" avertit Mme Darrigo.

Pour le Dr Cocaul, un spécialiste des troubles du comportement alimentaire qui a publié "le SAV des régimes" (Editions Marabout) en février dernier, c'est d'autant plus vrai chez les personnes qui suivent un régime et qui ont tendance à passer d'un "extrême à l'autre".

"Se régaler" et non "se gaver"

Pour lui, "la notion de plaisir est essentielle" en matière alimentaire. "Il faut, précise-t-il, manger lentement, toujours être conscient de ce qu'on a en bouche et bien mastiquer pour libérer tous les arômes" tandis que Mme Darrigo insiste sur l'importance de "se régaler" et non de "se gaver".

Des solutions existent : la première, c'est de privilégier un plat riche en calories comme le foie gras en entrée et de compenser par des mets plus légers par la suite (dinde ou poisson plutôt que chapon) et une bûche à base de sorbet en dessert.

Mais on peut également se faire plaisir sur la totalité du repas "en faisant attention aux quantités et aux sauces", relève la diététicienne.

Comme les repas de fêtes sont généralement riches en graisses et en protéines, elle propose de faire l'impasse sur le plateau de fromage et de le remplacer par une salade.

"Optez pour des produits simples mais de bonne qualité" et "cuisinez maison" recommande pour sa part le site "mangerbouger.fr", qui préconise des menus de fêtes variés en tenant compte des repères nutritionnels du Programme national nutrition santé (PNNS).

Les nutritionnistes rappellent également qu'alcool et graisses ne font pas bon ménage et que leur association augmente fortement le temps de digestion qui peut atteindre 12 heures, voire plus, et donner lieu à divers désagréments comme des ballonnements.

Pour se remettre de ces agapes, il est conseillé de bien s'hydrater, en consommant des eaux plates ou gazeuses, des tisanes, des bouillons ou des potages et de manger davantage de fruits ou de légumes riches en fibres (comme les poireaux) et de faire un peu d'exercice.

Selon un sondage Ifop rendu public cette semaine, ces conseils sont assez bien suivis par les 87% de Français qui ont conscience de trop manger lors des fêtes de fin d'année: pour soulager leur estomac, 42% déclarent boire de l'eau ou des tisanes et 34% faire des promenades digestives.

Par ailleurs 29% font la sieste, 28% prennent un médicament, 4% un digestif (trou normand, poire) et 23% ne font rien du tout, selon le sondage réalisé du 13 au 15 novembre auprès d'un échantillon représentatif de 1.001 personnes.

ez/pjl/bg

Rédigé par () le Vendredi 20 Décembre 2013 à 06:03 | Lu 287 fois






1.Posté par MDR le 20/12/2013 11:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ils ne savent pas ce qu'ils ont dans leur assiette. Ils n'imaginent même pas dans quelles conditions insalubres, bourrés d'antibiotiques car malades, maltraités, torturés, emprisonnés, gavés, etc.... L'HORREUR., INHUMAIN.

Pire que les camps de concentration et tout ça pour le profit....

Défendez la cause animale, DES MILLIERS D'ANIMAUX MEURENT TOUS LES JOURS dans des conditions MISERABLES.

Comment peut-on TORTURER DES ANIMAUX INNOCENTS A NOTRE EPOQUE ? MONSTRUEUX.

2.Posté par tonton le 21/12/2013 09:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ho Mdr faut bien se nourrir quand même ! , tu est pas famille avec Brigite Bardot par hasard ?? ,

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies


















ranktrackr.net