Tahiti Infos

Les pulvérisations d'insecticide anti-moustiques concerneront surtout Tahiti et Moorea


PAPEETE, vendredi 17 janvier 2014. L’Etat et le Pays ont publié ce vendredi matin un communiqué de presse conjoint sur la lutte anti-vectorielle menée actuellement sur le territoire pour faire face aux épidémies de dengue et de zika. «La lutte contre les moustiques porteurs des virus de la dengue et du zika nécessite leur élimination sous leur forme larvaire et adulte» précise le communiqué qui rappelle que la stratégie choisie conjointement par les autorités du Pays et de l’Etat s’articule autour de trois actions coordonnées. : l’information du public pour supprimer les gîtes à moustiques dans et autour des habitations et le rappel des moyens pour se protéger contre les piqures de moustiques ; la suppression des gîtes de moustiques, en dehors des maisons particulières est confiée aux agents communaux qui peuvent également utiliser des produits larvicides sur les gîtes qui ne peuvent pas être éliminés manuellement ; enfin les pulvérisations d’insecticide permettront de tuer les moustiques adultes et seront effectuées par des agents du Pays. Il est précisé, pour la première fois de façon nette que «cette lutte adulticide sera effectuée à Tahiti et Moorea. Dans les autres îles, elle sera mise en œuvre en fonction de la densité d’habitations et des données épidémiologiques» indique le communiqué de presse.

Les actions de pulvérisations démarreront à partir de la semaine prochaine à Tahiti. Elles se feront à l’aide de générateurs d’aérosols montés sur un véhicule 4x4. Les pulvérisations d’insecticide «se feront de manière coordonnée avec les opérations de suppression des gîtes larvaires réalisées en porte-à-porte par les communes. Elles se dérouleront toujours après celles-ci et dans un délai de sept jours environ. Elles seront planifiées d'une semaine sur l'autre». Les cartes des sites de pulvérisations à venir seront publiées tous les vendredis sur les sites Internet du Centre d'Hygiène et de Salubrité Publiqu et Te Fenu@. Les mairies sont invitées également à être des relais de cette information. Sur ces cartes, les zones qui feront l'objet d'une pulvérisation d'insecticide seront identifiées avec une date prévisionnelle de passage. Si une pulvérisation prévue ne peut avoir lieu notamment pour des raisons météorologiques (pluie ou vent fort), elle sera planifiée à nouveau la semaine d'après.

Les recommandations des autorités sur la conduite à tenir par la population lors du passage du pulvérisateur sont les suivantes : «laissez les portes et fenêtres ouvertes pour faciliter la pénétration du produit dans la maison et ainsi la destruction des moustiques qui se cachent à l’intérieur ; protégez vos aliments ; couvrez vos bassins à poissons et vos aquariums. Les agents qui réalisent ces pulvérisations mènent ces actions afin de protéger la population de la dengue et du zika et de leurs éventuelles complications. Un bon accueil devra leur être réservé» indique encore le communiqué de presse qui espère donc une coopération positive de la part de la population.

Pour répondre au mécontentement exprimé par les apiculteurs notamment quant à la toxicité du produit utilisé, la deltaméthrine sur les abeilles, le communiqué de presse officiel indique que «la deltaméthrine, recommandée par l'Organisation Mondiale de la Santé en cas d'épidémie, est largement utilisée pour ce type de traitement dans le monde, en France métropolitaine et dans les DOM, sans causer de problèmes de santé humaine et animale», en oubliant toutefois la très grande toxicité reconnue de ce produit pour les abeilles, mais aussi pour le milieu aquatique. Si l’OMS considère que la deltaméthrine a une dangerosité limitée pour l’homme, en revanche la classification de ce produit pour l’Union européenne –qui ne l’a pas interdit toutefois, notamment pour un usage agricole- précise bien que la deltaméthrine est dangereuse pour l’environnement : très toxique pour les organismes aquatiques (R50) et peut causer des effets à long terme sur l’environnement aquatique (R53). Le communiqué de presse rappelle que «des mesures spécifiques de protection sont prises pour des cas particuliers : apiculture, agriculture biologique, captages d’eaux destinées à la consommation humaine. A noter que ces mesures seront d’autant plus efficaces que préalablement, une géo-localisation des ruchers et des fa’apu bio aura été possible suite à leur déclaration auprès du Service du Développement Rural (SDR)». Ce jeudi, le Syndicat des apiculteurs de Polynésie a rappelé qu'il était fermement opposé à ces pulvérisations d'insecticide contre les moustiques adultes, considérant la stratégie inefficace.


Pour lire le communiqué de presse officiel dans son intégralité, CLIQUER ICI






Rédigé par Mireille Loubet le Vendredi 17 Janvier 2014 à 10:49 | Lu 2595 fois