Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



" Les points triggers ", par Frédéric Précloux, Chiropracteur à Papeete



Photo d'illustration
Photo d'illustration
Par Frédéric PRÉCLOUX, D.C.(Doctor of Chiropractic) Chiropracteur diplômé de Los Angeles (1986)

Ressentir une douleur au niveau d’un bras, d’une jambe, ou de n’importe quelle partie du corps, et se révéler capable de la faire disparaître d’une simple pression du pouce, semble relever d’un scénario peu crédible.

Et pourtant… c’est bien de cela dont il s’agit. Les vérités les plus simples sont souvent les moins divulguées, et les plus méconnues à la fois.

Il se trouve que la technique des « trigger points » est une des techniques neuromusculaires que je préfère. Je la pratique au quotidien depuis une trentaine d’années, et je la trouve réellement fabuleuse. J’estime qu’il est temps de partager mon sentiment sur cette technique restée mystérieuse, malgré son incomparable efficacité.

En anglais Trigger signifie déclencher. Un point trigger est un point capable de déclencher des conséquences bénéfiques, quoique jusqu’alors inespérées…
Les points triggers ont été depuis longtemps répertoriés et cartographiés. Chaque muscle en possède au moins un. En réalité, tout muscle fonctionne par l’intermédiaire d’un nerf qui lui rapporte « l’électricité » capable de le faire se contracter.

En théorie, un muscle ne devrait seulement se contracter que lorsque notre cerveau conscient, c’est-à-dire nous même, l’avons décidé. Cependant, chez bon nombre d’adultes, c’est loin d’être le cas ! C’est pourquoi nous nous retrouvons avec des tas de contractures dispersées dans diverses zones de notre corps, et auxquelles nous sommes habitués.

En fait, la plupart des gens sont incapables de reconnaître s’ils ont les trapèzes tendus, par exemple. Sans compter le fait que ces contractures involontaires nécessitent de l’énergie pour perdurer. Il y aurait donc une partie du potentiel énergétique que nous avons au moment où nous nous levons le matin, qui serait déjà réservé prioritairement pour fournir un travail que nous n’avons pas demandé, mais qui en plus nous nuit…

En effet, avoir les muscles de la nuque tendus nous limite et nous empêche de nous sentir à 100% opérationnels au travail, ou d’avoir les idées totalement disponibles à la maison, pour les enfants ou notre conjoint. Autrement dit, ces points triggers que nous avons pu accumuler tout au long de notre vie nous narguent et nous font de l’œil : Irritabilité, troubles du sommeil, problèmes de concentration, fatigue… Mais, nous nous contentons de trouver cela parfaitement normal, car l’on se dit que ce sont les conséquences de l’âge, et que de toutes manières, le « Dolicrâne » fera passer tout ça… Et, s’il existait un remède naturel, simple à exécuter, non polluant et non invasif pour mon corps, et que de surcroît, je pourrais pratiquer par moi-même, ne serait-ce pas merveilleux au delà de mes espérances ?

La « technique des points trigger » ou « points gâchettes myofasciaux »

Sachez qu’il existe des cartes des points triggers selon les différentes régions du corps. Admettons que vous ayez une douleur dans l’avant bras gauche. Posez celui-ci sur une table, et à l’aide de votre pouce droit, exercez une pression soutenue à l’endroit où se trouve le point paraissant le plus douloureux. Attention, la douleur doit être vive mais parfaitement supportable. Néanmoins, le ressenti d’une douleur s’avère nécessaire, afin qu’un arc réflexe soit capable de déclencher le relâchement du muscle. Généralement, le signal douloureux durera de quelques secondes, pour les points les plus superficiels, à 30 secondes pour les plus coriaces.

Pourtant quelquefois, un point ne sera pas capable de céder le jour même. Il ne sera donc pas utile de persévérer au delà d’une minute. L’important est que l’intensité de la douleur ait diminué quelque peu.

On admet que la douleur initiale quelle qu’elle soit, soit maximale. Elle sera référencée par une note de dix sur dix. Si la douleur baisse de moitié, on lui attribuera donc une note de 5 sur 10. Si elle avait totalement disparue, une note de zéro sur 10.

Donc, si au cours d’une première pression la douleur baisse de 4 points par exemple, c’est-à-dire qu’elle se retrouve à 6 sur 10, ce sera déjà une excellente nouvelle. Il sera toujours temps de faire diminuer cette note, c’est à dire la douleur, au cours d’une séance ultérieure. Trois à six séances sont généralement nécessaires pour l’éradication complète.

Pour l’heure, après ce premier point, il va être nécessaire de continuer le travail d’anéantissement des points triggers. Je vous conseille de rechercher et de travailler entre 4 à 10 points différents, dans une zone incriminée par exemple l’avant bras, qui était notre exemple initial. Notez que votre action ne doit dépendre que de votre courage du jour, qui peut être variable selon votre humeur et vos dispositions du moment.

En vous entraînant régulièrement, vous pourrez rapidement devenir un as de l’auto-soulagement pour des « petits bobos » récurrents, tels que des contractures dans les mains, ou des crampes dans les mollets, ou encore des maux de tête de tension. En effet, vous pouvez également travailler les zones de tension situées sur la tête, ou à la base du crâne, quoique je vous conseille de le faire allongé sur le dos, c’est plus facile et plus confortable.

Néanmoins, pour des syndromes installés tels que les tendinites comme « le Tennis Elbow », ou une tendinite de la coiffe des rotateurs de l’épaule vous empêchant de lever le bras, ou encore une tendinite de « de Quervain » au niveau du poignet, vous devrez avoir recours à un professionnel aguerri à ce genre de soins. Quoiqu’il en soit, n’hésitez pas à vous touchez, pour dénouer ces nœuds musculaires qui vous entravent afin de vous soulager, si la curiosité vous en dit. Vous ne pouvez vous faire que du bien, si vous respectez les quelques règles que je viens de vous donner. Après tout, si vous considérez que vous êtes le Maître de votre vie, il peut vous sembler important de devenir le Maître de votre principal véhicule dans cette vie, votre corps. Apprendre à le gérer c’est apprendre à l’aider au naturel, afin de se sentir plus responsable dans sa vie.

Prochain chapitre : La raideur s’installe.
P.S. : Si cet article vous a intéressé, n’hésitez pas à le transmettre à vos amis, votre famille ou vos collègues, susceptibles également d’apprécier les informations qu’il contient.
Tel : 40 42 23 30 – Website :
chiropratiquedoucetahiti.pf

Rédigé par Frédéric PRÉCLOUX le Jeudi 30 Avril 2015 à 08:42 | Lu 2131 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies