Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Les pensions à l'heure du bilan



Fakarava, le 30 novembre 2020 - Cette année, le coronavirus a causé beaucoup de dégâts au tourisme en Polynésie française. Lenick Tau, présidente de l’association Fakarava Nohoariki qui rassemble les hébergements et prestataires touristiques de l'île, dresse un bilan sans concession.


Comment s’est passé le confinement ?
"Evidemment nous n’avons pas fermé avec plaisir, mais je crois que tout le monde a profité de cette pause pour entretenir sa pension de famille et bien sûr passer du temps auprès de ses proches. À ce jour, aucun établissement n’a eu à mettre la clé sous la porte, même si la trésorerie de chacun s’amincit de jour en jour… Les aides octroyées par le Territoire et l’Etat ont été très bien accueillies et nous sommes bien sûr reconnaissants. Mais s’il y avait un second confinement, mon discours serait bien différent… Je ne cache pas que l’exonération d’impôts par exemple serait vraiment notre salut pour espérer tenir dans le temps."
 
Quelle a été votre stratégie pour la réouverture ?
"Le but était bien sûr d’attirer la clientèle locale, car les vols internationaux étaient encore suspendus. Après réunion de notre association, la majorité des pensions de famille a décidé de baisser ses prix, c’était d’une part une façon de s’assurer du travail et d’autre part de faire un geste pour les ménages touchés par cette crise économique. Ce qui est important de dire aussi, c’est que le retour des visiteurs à Fakarava a été bénéfique pour la dynamique collective : les commerces, les snacks, l’artisanat, etc. Fakarava a fait partie des premières îles à récupérer une liaison aérienne à la sortie du confinement : d’abord avec un vol par semaine, puis trois. Ce mois-ci, la compagnie commence à ajouter des vols supplémentaires, nous regrettons d’ailleurs fortement qu’ils ne l’aient pas fait en haute saison quand la demande était forte !"
 
Avez-vous participé au Salon du tourisme à distance organisé par Tahiti Tourisme ?
"Certains membres de l’association y ont effectivement participé. Malheureusement, les retombées ont été faibles voire nulles. Il faut dire qu’un salon en virtuel s’éloigne des valeurs essentielles d’échange et de contact qu’offre le concept de pension de famille et n’offre pas la même visibilité aux établissements. Aussi, de nombreuses demandes de réservations étaient intéressées : un simple devis provenant de l’hébergement permettait de bénéficier de billets d’avion à tarif réduit. Ce système n’était pas en faveur des établissements, car ces demandes n’ont finalement pas abouti à un séjour malgré le fait que les demandeurs aient leur billet en poche. Nous attendons tous vivement le Salon de février prochain que nous espérons en présentiel."
 
Aujourd’hui, comment les habitants réagissent à l’arrivée de touristes ?
"A ce jour, Fakarava n’a pas de cas de Covid-19. La population est partagée entre crainte et confiance, mais elle reste accueillante et bienveillante. Les gestes barrières sont devenus des habitudes du quotidien et je trouve que les protocoles sanitaires sont en général bien respectés par les acteurs du tourisme. Lorsque la Polynésie était encore "covid-free", le risque venait uniquement des touristes internationaux, désormais il peut venir de chacun, il faut rester vigilant et respecter les mesures en place. N’oublions pas que c’est ensemble que nous réussirons à sortir de cette crise."
 
La France s'est récemment à nouveau confinée, avec des aménagements prévus courant décembre, quel est l’impact pour Fakarava ?
"Nous avons eu énormément d’annulations ! Les marchés français et européen représentent la plus grosse part des visiteurs de l’île en temps normal. Il faut dire que le territoire et l’Etat n’ont pas été cohérents dans leurs décisions récentes : d’une part permettre aux métropolitains de se rendre en Polynésie pour le motif de "reprise économique" et d’autre part leur interdire de se déplacer pour se rendre à l’aéroport… On marche sur la tête !"
 
Comment voyez-vous l’avenir ?
"Pour les mois à venir, nous espérons vraiment que la clientèle locale, friande de voyages notamment en période de fêtes, en profitera pour visiter les îles ! En revanche, il me semble vraiment nécessaire pour protéger nos îles - en particulier celles qui sont toujours "covid-free", d’instaurer un protocole au départ de Papeete avec test obligatoire : pourquoi ne pas utiliser les stocks d’autotests qui étaient destinés aux touristes ?
Pour voir plus loin, nous restons malgré tout positifs quant à l’avenir de nos activités : Fakarava est vraiment réputée et convoitée, surtout pour la plongée. Ce que je souhaite surtout, c’est que la population et l’économie du fenua restent en bonne santé !"

Rédigé par M.B. le Lundi 30 Novembre 2020 à 07:38 | Lu 1326 fois





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Janvier 2021 - 15:55 Des prêts à taux zéro avec Initiative Polynésie

Vendredi 15 Janvier 2021 - 14:55 Flashé à 114 km/h sur le front de mer de Papeete

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus