Tahiti Infos

Les nouveaux médicaments contre l'hépatite C vont être réévalués


Paris, France | AFP | vendredi 18/03/2016 - L'agence européenne du médicament (EMA) a lancé vendredi une réévaluation des nouveaux médicaments efficaces mais très coûteux contre l'hépatite C pour déterminer leur rôle "éventuel" dans la réactivation du virus de l'hépatite B chez des patients atteints par les deux virus.

"La réévaluation fait suite à des cas de réactivation de l'hépatite B chez des patients infectés par les virus de l'hépatite B et C et qui ont été traités par des antiviraux d'action directe (AAD)" précise l'EMA sur son site internet.

La réactivation signifie qu'une infection par le virus de l'hépatite B, jusque là latente chez un patient, redevient active.

Apparus sur le marché ces dernières années, les AAD sont des médicaments qui bloquent la capacité de multiplication du virus de l'hépatite C et qui sont nettement plus performants que les traitements conventionnels (interféron et ribavirine).

Mais leur coût, de l'ordre de 40.000 à 80.000 euros pour un traitement standard de 12 semaines, selon les pays, rend leur accès très difficile à de nombreux malades dans le monde.

Parmi les plus connus figure le Sovaldi (molécule sofosbuvir) du laboratoire américain Gilead, mais l'EMA cite également le Daklinza (daclatasvir) de Bristol-Myers Squibb, Exviera (dasabuvir) de AbbVie, Harvoni de Gilead, Olysio (symeprevir) de Janssen-Cilag et Viekirax, également du laboratoire AbbVie.

"L'EMA va évaluer l'étendue de la réactivation de l'hépatite B chez les patients traités par des AAD contre le virus de l'hépatite C" et "se prononcer sur la nécessité de mesures destinées à optimiser le traitement", précise l'agence européenne.

Elle ajoute qu'en attendant son avis, les patients peuvent demander conseil à leur médecin ou à leur pharmacien.

La réévaluation a été demandée par l'Union européenne et sera menée par le Comité d'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC), indique encore l'EMA.

Il existe un vaccin très efficace contre l'hépatite B mais pas contre l'hépatite C qui touche environ 170 millions de personnes dans le monde.

Néanmoins, pour cette dernière, l'arrivée des nouveaux médicaments (AAD) a constitué une véritable révolution avec des taux de guérison spectaculaires.

Rédigé par AFP le Samedi 19 Mars 2016 à 06:48 | Lu 10494 fois